L’UdeS derrière La Tribune et La Voix de l’Est

Photo : Michel Caron - UdeS

Sensible à l’importance de La Tribune et de La Voix de l’Est, l’Université de Sherbrooke s’engage activement à les épauler dans leur projet de relance d’entreprise. Cet appui prendra la forme d’un engagement en tant que membre de soutien de la coopérative de solidarité de La Tribune et d’investissements publicitaires garantis pour 5 ans dans les 2 journaux.

Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS
Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'UdeS

Photo : Michel Caron - UdeS

Les journaux régionaux sont au cœur de notre vie démocratique. Ils racontent qui nous sommes et doivent continuer de couvrir les enjeux de la région. Comme institution ancrée dans sa communauté, nous avons la responsabilité d’appuyer la formule qui, tout en respectant l’indépendance journalistique, assure le maintien des activités des journaux.

Pierre Cossette, recteur de l’UdeS

Par l’achat d’une part comme membre de soutien de la coopérative formée par le personnel de La Tribune et la communauté estrienne, au prix de 10 000 $, l’UdeS se joint à quelques dizaines d’organisations et d’individus qui ont décidé de s’engager pour assurer le capital de démarrage de la nouvelle entreprise.

Michel Lafleur, professeur à l'École de gestion
Michel Lafleur, professeur à l'École de gestion

Les pouvoirs et les responsabilités du membre de soutien sont bien définis par le cadre législatif établi par Québec, comme l’explique le professeur Michel Lafleur. Ce spécialiste de la gestion des coopératives a conseillé La Tribune dans l’élaboration de la nouvelle entreprise.

Dans une coopérative de solidarité, 1 membre égale 1 vote, peu importe combien chaque membre a investi. De plus, la coopérative formée respectera les règles éthiques et déontologique propres au monde journalistique et au Conseil de presse du Québec. En accord avec la loi, les membres travailleurs seront majoritaires au conseil d’administration de la nouvelle coopérative. Ils constituent ainsi une protection supplémentaire, assurant à la salle de rédaction du journal un contrôle complet de ses contenus. Elle est seulement solidifiée par la contribution de la communauté.

Michel Lafleur, professeur à l’École de gestion

En plus de son engagement comme membre de soutien, l’UdeS appuie la mission des journaux par des investissements garantis en achat publicitaire, tant dans La Tribune que dans La Voix de l’Est.

De plus, la stabilité du modèle coopératif est un avantage indéniable, selon le professeur Lafleur. « Périodiquement, les mouvements coopératifs d’ici et d’ailleurs étudient leur taux de succès par rapport aux entreprises traditionnelles. Ces études démontrent que la coopérative est la forme entrepreneuriale la plus durable », souligne-t-il.

Dans un secteur d’activité en pleine réinvention, c’est une excellente nouvelle.