À la suite du succès remporté par les Passeurs culturels

Le projet de Partenaires culturels voit le jour à Sherbrooke

Plusieurs acteurs du milieu de la culture et de l’éducation étaient réunis lors de l’annonce officielle du projet de Partenaires culturels. De gauche à droite : Gilles Normand, président de la CSRS, Martin Lépine, professeur à la Faculté d’éducation, Geneviève Hébert, députée de la circonscription de Saint-François, Mario Trépanier, directeur général du Centre culturel et professeur Pierre Cossette, recteur de l’Université de Sherbrooke.
Plusieurs acteurs du milieu de la culture et de l’éducation étaient réunis lors de l’annonce officielle du projet de Partenaires culturels. De gauche à droite : Gilles Normand, président de la CSRS, Martin Lépine, professeur à la Faculté d’éducation, Geneviève Hébert, députée de la circonscription de Saint-François, Mario Trépanier, directeur général du Centre culturel et professeur Pierre Cossette, recteur de l’Université de Sherbrooke.
Photo : Jessica Garneau

Grâce à une aide financière de 302 250 $ du ministère de la Culture et des Communications, la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke, le Centre culturel de l'Université de Sherbrooke et la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) développeront un deuxième projet pilote de recherche et d'accompagnement novateur en culture. L'objectif? Mieux former et accompagner les enseignants en exercice à leurs rôles de passeurs culturels, jusqu'à en faire de véritables Partenaires culturels.

Si le premier projet pilote, les Passeurs culturels, a rejoint plus de 1000 futurs enseignants, le projet Partenaires culturels permettra aux enseignants en exercice de la CSRS, peu importe où ils en sont dans leur carrière, d’enrichir leurs expériences culturelles. Ils développeront des connaissances sur leur rapport à la culture. Ce projet offrira, par exemple, des journées de formation continue en matière d’approche culturelle de l’enseignement, l’accès à des sorties culturelles gratuites ou à faible coût et des interventions ciblées autour des arts de la scène et des arts visuels. Les stagiaires de quatrième année en enseignement œuvrant à la CSRS auront, eux aussi, accès à l’expérience Partenaires culturels.

Geneviève Hébert, députée de Saint-François.
Geneviève Hébert, députée de Saint-François.

Photo : Jessica Garneau

« Les enseignants jouent un rôle très important de passeurs culturels auprès des élèves québécois. Cette initiative ingénieuse les met davantage en contact avec la diversité des expressions artistiques de Sherbrooke. Je suis heureuse d'appartenir à un gouvernement qui donne de l'importance au maillage entre éducation et culture dans la formation des maîtres, et ce, dans une perspective d'ouverture des jeunes aux bienfaits de la culture », a mentionné la députée de Saint-François, Geneviève Hébert.

Martin Lépine, professeur à la Faculté d'éducation.
Martin Lépine, professeur à la Faculté d'éducation.

Photo : Jessica Garneau

Le professeur Martin Lépine de la Faculté d’éducation, cocréateur du projet Passeurs culturels, se réjouit que cette fabuleuse aventure touche encore plus de gens. C’est que la fréquentation des arts et de la culture est un cercle vertueux, selon un étudiant ayant participé au premier projet. « Ce second projet pilote agrandit ce cercle vertueux à l'extérieur du campus de l'Université de Sherbrooke. Des ponts s’ouvrent entre les enseignants de la CSRS et nos finissants en enseignement, autour des arts vivants. Les arts vivants comme objet de discussion et d'échange, comme lieu de rencontre entre novices et experts? C’est favorable pour le corps professoral au complet, mais aussi pour les élèves qui auront ces Partenaires culturels comme enseignants. Quel riche bagage culturel! »

Le directeur du Centre culturel de l'UdeS, Mario Trépanier.
Le directeur du Centre culturel de l'UdeS, Mario Trépanier.

Photo : Jessica Garneau

Selon Mario Trépanier, également cocréateur du projet Passeurs culturels et directeur général du Centre culturel de l’UdeS, « ce projet porteur est essentiel pour bonifier les sorties culturelles des élèves de la CSRS. Dans une volonté d’augmenter et d’enrichir la fréquentation des arts par les élèves, cette collaboration compte autant pour le milieu culturel que pour nos enfants. Et si le projet peut inspirer l’ensemble du Québec, tant mieux! »

À la somme accordée par le ministère, en vertu du programme Aide aux projets – Accueil, s’ajoutent les contributions de l’UdeS et de la CSRS, notamment pour le soutien technique et humain nécessaire au déploiement du projet. Les fonds actuels financeront le projet pilote pour une durée de trois ans.

Gilles Normand, président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.
Gilles Normand, président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Photo : Jessica Garneau

« À la CSRS, la formation se prolonge bien au-delà des salles de classe par la fréquentation de lieux culturels, par le contact avec les artistes et par une participation à la vie artistique au sein des établissements scolaires. Nous voulons former des personnes entières et cultivées, avec une identité affirmée, une vision du monde ouverte, un esprit critique et un pouvoir de partager tout cet esprit créatif », affirme monsieur Gilles Normand, président de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Un héritage culturel aux retombées concrètes

Quand les enseignants consomment de la culture, ils parviennent à donner davantage de sens aux apprentissages des élèves ainsi qu’aux expériences culturelles vécues dans le cadre scolaire. Et ces expériences sont formatrices. Par conséquent, parmi les orientations mises de l’avant cette année dans la politique culturelle de la CSRS, le développement de la citoyenneté culturelle apparaît central à l’épanouissement personnel de chaque élève, tous âges, niveaux et programmes confondus.

Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'Université de Sherbrooke.
Le professeur Pierre Cossette, recteur de l'Université de Sherbrooke.

Photo : Jessica Garneau

« Je suis très heureux de constater que la Politique des arts et de la culture de l’Université de Sherbrooke se transpose en actions bien concrètes qui apporteront maintenant des retombées accessibles à l’ensemble des professeurs de la CSRS et qui feront la différence pour nos enfants. Cette contribution est importante pour notre système d’éducation et très stimulante pour le milieu culturel, qui voit son rôle valorisé et reconnu », mentionne le professeur Pierre Cossette, recteur de l’Université.

Les participants au projet verront leur bagage de Partenaires culturels s’enrichir en différentes étapes progressives : d’abord héritiers des objets de culture, ils en seront ensuite les critiques, puis les interprètes. À ce stade, les enseignants arriveront à créer des événements pédagogiques permettant à leurs élèves d’interagir avec les œuvres d’art et d’en exploiter le potentiel pour leur éveil culturel et leur créativité. Ainsi, les retombées positives du projet s’étendront jusqu’aux élèves actuels et futurs des Partenaires culturels. Ces élèves côtoieront des enseignants capables de parler de culture vivante avec une expérience plus riche et plus diversifiée qu’au début du projet. Ils vivront alors, à leur tour, des expériences culturelles grâce à une médiation de qualité réalisée par leur enseignant.

Des retombées positives sont aussi prévues pour Sherbrooke et ses organismes culturels. Si ce deuxième projet pilote suscite autant d’engouement que le premier, les organismes culturels verront le nombre de visites d’enseignants en leurs murs augmenter.