30e édition des Jeux de génie du Québec

Première, Sherbrooke trône au sommet!

La délégation sherbrookoise, championne de la 30e édition des Jeux de génie du Québec
La délégation sherbrookoise, championne de la 30e édition des Jeux de génie du Québec
Photo : Voltaic (Hao Yin)

Qui ne voudrait pas améliorer la situation de la Terre, préserver tous les savoirs, développer de manière responsable les ressources et choisir des activités économiques durables et non polluantes? Investis de tous ces objectifs, 450 futurs ingénieurs ont bataillé ferme afin de trouver des solutions innovantes pour circonscrire ces problèmes à venir, lors des Jeux de génie du Québec qui se déroulaient récemment à l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal. Au terme de ces compétitions, la délégation sherbrookoise, composée de 44 étudiants, a remporté la 30e édition en s’emparant du premier rang au classement général et en gagnant la mythique compétition de la Machine!

Au moment où la population s’inquiète davantage des changements climatiques et des conséquences néfastes des activités humaines sur les écosystèmes, les onze délégations de talentueux futurs ingénieurs universitaires québécois ont participé à diverses compétitions où ils ont dû résoudre des problèmes complexes liés à la réingénierie d’un monde plus vert, plus sain et plus durable. Afin de pallier le manque de ressources à venir – dont la rareté de sols fertiles –, des alternatives à la désertification ou à l’érosion se développent comme l’hydroponie ou la culture sans terre, thématique principale de la prestigieuse compétition Machine, où Sherbrooke a fini première.

L’équipe Machine de Sherbrooke a travaillé d’arrache-pied pendant la période automnale pour concevoir quatre robots intelligents différents afin de réussir, en un temps prévu, un parcours prédéterminé consistant à planter des plantes hors terre. « Nous avions à notre disposition diverses billes qui représentaient les semences et les plantes. Il fallait alors remplir de billes les palettes pour ensuite les déplacer et les vider aux bons endroits sur le parcours. Les déplacements ainsi que l’alimentation se faisaient sur rails. De plus, nous devions reproduire une suite lumineuse pour aller chercher plus de points et plus de temps au défi », résume Francis Roy, étudiant au baccalauréat en génie robotique. Pour ce faire, un des robots s’occupait des suites lumineuses, un autre remplissait les palettes et deux autres s’occupaient des déplacements des palettes ainsi que de leur renversement. La rapidité des robots sherbrookois et leur précision ont fait toute la différence.

Outre ces deux premières positions sur le podium, les Sherbrookois ont également terminé au premier rang de la Majeure et des épreuves en génie mécanique. Soulignons les autres excellents résultats obtenus qui ont fait la différence dans l’obtention du titre de champions de ces Jeux de génie, soit les deuxièmes positions dans les épreuves liées au génie électrique, au génie civil et au sport extérieur, en l’occurrence le kickball, et la troisième marche du podium obtenue en génie informatique et en improvisation.

Il n’y a pas que les compétences qui comptent pour devenir un ingénieur : le savoir-faire, le savoir-agir et le savoir-être font également partie de l’équation. En résolvant des problèmes complexes dans une perspective de réingénierie d’un monde plus vert, plus sain et durable, la délégation sherbrookoise a acquis une solide expérience tout élargissant les réseaux de contacts avec de futurs ingénieurs d’autres universités dans un esprit ludique. Les prochains Jeux de génie se dérouleront à la Polytechnique en 2021 et l’UdeS compte bien revenir avec le trophée de championne, une fois de plus!