Concours La preuve par l'image

Un cerisier japonais microscopique

Actuellement au postdoctorat, Meriem Bouchilaoun est parmi les 20 finalistes du prix du public Découverte! du concours La preuve par l'image de l'ACFAS.
Actuellement au postdoctorat, Meriem Bouchilaoun est parmi les 20 finalistes du prix du public Découverte! du concours La preuve par l'image de l'ACFAS.
Photo : Michel Caron - UdeS

Être finaliste pour le concours La preuve par l’image de l’ACFAS, c’est découvrir au bout de son instrument de précision une image qui fait sourire et qui justifie l’attroupement autour d’un microscope : l’objectif scientifique initial de précision et de régularité a fait une pause le temps de faire place à un arrangement original et éclaté! Souvent visibles après une erreur, ces images tout à fait inattendues témoignent de l’art qui s’invite parfois dans les endroits les plus improbables…

C’est pendant ses études de doctorat avec le Pr Hassan Maher que Meriem Bouchilaoun a découvert ce beau cerisier japonais derrière la lentille d’un microscope à balayage électronique à l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT).

« Ce sont les défis technologiques que nous avons surmontés en équipe au 3IT qui m’ont  littéralement appris à aimer la microélectronique. Je me sens vraiment à ma place. J’ai fait cette belle découverte au cours de mes études de doctorat. Mes études touchaient la conception et la réalisation de circuits microélectroniques à base de nitrure de gallium. Il y a une étape dans notre processus de fabrication au cours de laquelle on doit déposer une couche de résine photosensible sur une plaquette. Cette étape exige que la surface soit lisse et très propre. Par la suite, on met un masque sur la résine. Quand on envoie des rayons UV aux endroits du masque où il y a des trous, cela permet de fragiliser la résine, puis de la faire disparaître. C’est le même principe que pour le développement des photos. Ce sont des résidus de résine qui ont bourgeonné sur la surface à partir d’un des trous du masque qui ont produit cette image ressemblant à un arbre. Je soupçonne que la résine n’était peut-être pas assez développée à cet endroit », explique-t-elle avec un sourire.

Originaire d’Algérie, Meriem a fait ses études de maîtrise en France, puis a complété son doctorat à l’UdeS. Elle est actuellement postdoctorante, toujours au 3IT, mais elle doit elle aussi prendre une pause le temps de faire place à une belle surprise qui s’est invitée : un petit bébé à naître dans quelques mois!

Et, pour la petite histoire, le gagnant du Prix du jury du concours La preuve par l’image de 2016, Youcef Bioud, c’est le conjoint de Meriem.

Bonne chance, Meriem!

Les 20 images de l'édition 2019 ont été dévoilées le dimanche 5 mai dans le cadre de  l'émission Découverte de Radio-Canada. Le vote pour le prix du public Découverte! 2019 est donc maintenant ouvert. Le vote prendra fin le 15 septembre 2019.