Partenariat entre l’Université de Sherbrooke et Haïti

Une collaboration pour venir en aide à la population en situation de handicap pour réduire la propagation de la COVID-19

Photo : Fournie

La pandémie de COVID-19 amène de nombreux défis d’ajustement au sein de la population, dont les personnes en situation de handicap (PSH) en Haïti. Seize étudiantes et étudiants en réadaptation de l’Université de Sherbrooke et de la Faculté des sciences de la Réhabilitation de Léogane (FSRL) de l’Université Épiscopale d’Haïti ont collaboré, de juin à décembre derniers, pour améliorer la situation de ces personnes.

Ils furent accompagnés de Chantal Viscogliosi, professeure à l’École de réadaptation (ÉR) et de Carmen Moliner, coordonnatrice à la formation clinique en ergothérapie, de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, ainsi que de Ara Vanesa Henri Casséus, physiothérapeute en Haïti, avec le soutien de la doyenne de la FSRL, Janet O’Flynn, et du vice-doyen à l’ÉR, Michel Tousignant.

Leur objectif principal consistait à sensibiliser la population en situation de handicap quant aux consignes de la santé publique et d’adapter les moyens de prévention de la transmission de la COVID-19 à leurs réalités et besoins. Pour atteindre cet objectif, ils ont créé des capsules de sensibilisation, animé quatre forums sur la radio communautaire, distribué des dépliants instructifs et des équipements sanitaires. De plus, l’achat de matériel électronique a permis aux étudiants haïtiens de collaborer à distance avec les étudiants québécois pour le développement du matériel de sensibilisation en français, créole et langage des signes.

La clé de la réussite d’un projet de cette ampleur fut la responsabilisation étudiante, actualisée par l’attribution de rôles « porteur de dossier » dont : gestionnaire des finances, animateur comité scientifique, liaison partenariat communautaire, diffusion et de distribution du matériel sanitaire et de sensibilisation, gestionnaire du matériel technologique, supervision de stages, documentation et évaluation en continu.

La réalisation de ce projet fut financée à hauteur de 12 224 $ par l’Agence universitaire de la Francophonie et par 1000 $ du Fonds d’appui à l’engagement étudiant de l’UdeS.

Photo : Fournie

Tous les participants constatent que l’engagement citoyen, la persévérance et le désir de collaborer entre étudiantes et étudiants ont permis à l’équipe de réaliser le projet et de surmonter les difficultés continues. Devant les nombreux défis rencontrés, le slogan de l’équipe s’est vite implanté : « On ne lâche pas la patate! »

Étudiantes et étudiants ayant participé au projet : James Antoine, Laurie Breton, Abigaël Breus, Nicolas Ducharme, Sabrina Jacob, Karly Jean, Oliverio Lemus-Folgar, Adrianne Létourneau, Malachy Léveillé, Sam-Paul Louis, Sabrina Lueng, Marie Pelletier, Annabelle Pierre, Clinetana Prino, Boaz Telfort, Wood Tellus et Pascale Tremblay-Perreault.