Analyse rétrospective

Aucun cas de COVID-19 confondu avec l’influenza en Estrie

Photo : UdeS – Martin Blache

Une équipe de recherche de l’Université de Sherbrooke et du CIUSSS de l’Estrie – CHUS a effectué 1440 tests diagnostiques rétrospectifs avec des échantillons respiratoires, prélevés entre le 1er janvier et le 20 février 2020, dans lesquels on avait recherché le virus influenza. Le but? Détecter si les usagers auraient pu être atteints de la COVID-19 à ce moment. De toutes ces analyses, aucun cas de COVID-19 n’a été trouvé!

« Nous pouvons dire avec certitude que le nouveau coronavirus ne circulait pas en Estrie entre le 1er janvier et le 20 février 2020. Les indications cliniques pour les deux tests, soit la fièvre ou la toux, sont très similaires. Nous pouvons donc penser que nous aurions trouvé le SARS-CoV-2 dans ces prélèvements s’il avait circulé chez nous durant cette période. Cependant, ces analyses n’excluent pas que la COVID-19 ait pu circuler quelques jours avant le premier cas diagnostiqué en Estrie, le 12 mars 2020, puisque nous n’avions pas accès aux spécimens avant cette date », souligne le docteur Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue au CIUSSS de l’Estrie – CHUS et professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et au Centre de recherche du CHUS.

Photo : UdeS – Martin Blache

Cette analyse rétrospective a été réalisée avec le tout nouveau réactif Sherby-20. Ce réactif a été mis au point, il y a quelques semaines à peine, grâce au dynamisme des professionnels de recherche et des coordonnateurs de laboratoire de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke (Mathieu Durand et Bruno Lemieux) ainsi que des professeurs et médecins du laboratoire de microbiologie de l’Hôpital Fleurimont du CIUSSS de l’Estrie – CHUS (Simon Lévesque, Philippe Martin et Alex Carignan).