Soutenir les embauches en santé pendant la COVID-19

La Clinique universitaire de kinésiologie poursuit ses tests d’aptitudes physiques

Photo d'archives prise avant l'adoption des mesures sanitaires.
Photo d'archives prise avant l'adoption des mesures sanitaires.

Le réseau de la santé a besoin plus que jamais de tous les joueurs qui peuvent l’aider. Il demeure capital de poursuivre l’embauche du personnel et les tests requis pour ce processus. La Clinique universitaire de kinésiologie de l’Université de Sherbrooke a ainsi ajouté des mesures à ses protocoles afin de maintenir, pendant la pandémie de COVID-19, les tests d’aptitudes physiques qu’elle effectue pour l’embauche du personnel du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, un service jugé essentiel par ce dernier.

Soutenir le réseau de la santé en toute sécurité

Déverrouiller une serrure rapidement après avoir gravi des escaliers ou maintenir une charge immobile pendant plusieurs minutes après un sprint, voilà ce que doivent pouvoir accomplir des employés du réseau de la santé comme les agents de sécurité, les préposés aux bénéficiaires en santé mentale et les agents d’intervention en Centre jeunesse, puisqu’ils peuvent être appelés à intervenir en situation d’urgence. S’assurer que les personnes pressenties pour assumer ces fonctions possèdent les aptitudes physiques requises est une question de sécurité pour les patients et les membres du personnel. D’où l’importance de maintenir les tests d’aptitudes physiques dans le processus d’embauche. « La sécurité et la santé des kinésiologues de la Clinique et des personnes soumises à ces tests sont bien entendu tout aussi importantes et elles demeurent la priorité dans les circonstances », soulève la professeure Isabelle Dionne, doyenne de la Faculté des sciences de l’activité physique, laquelle chapeaute la Clinique universitaire de kinésiologie.

C’est donc guidée par le Comité des mesures d’urgence de l’Université de Sherbrooke que l’équipe de la Clinique a revu ses façons de faire de manière à respecter les mesures sanitaires en vigueur tout en maintenant la rigueur de ses tests. Ainsi, le lavage des mains au premier lavabo et la désinfection de tout le matériel utilisé entre chaque candidate et candidat font désormais partie du protocole. Et ce ne sont là que quelques-unes des mesures adoptées pour continuer à réaliser ces tests pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS. « La Faculté des sciences de l’activité physique est fière de pouvoir offrir cette contribution concrète au réseau de la santé en cette période particulièrement critique », termine la doyenne.

La Clinique universitaire de kinésiologie peut être appelée à réaliser plus d’une centaine de tests d’aptitudes physiques par année pour les embauches du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.