Nouvelles UdeS

Journée internationale des personnes aînées

L’expertise de l’UdeS pour aider la population vieillissante

Améliorer la qualité de vie des personnes aînées : deux projets de recherche menés à l'UdeS
Améliorer la qualité de vie des personnes aînées : deux projets de recherche menés à l'UdeS

Photo : Raw Pixel

L’Université de Sherbrooke contribue à conserver et à améliorer la qualité de vie des aînés, notamment par sa recherche collaborative. Voici deux aperçus de projets en cours, nés d’un maillage fait par le Groupe de partenariats d’affaires entre le besoin d’un partenaire et l’expertise de l’UdeS.

Accompagner les aînés lorsqu’ils quittent leur domicile

Pour une personne âgée, quitter son domicile pour vivre en résidence est une étape pouvant être la source de nombreuses préoccupations. Pour faciliter ce changement de milieu et réduire les difficultés d’adaptation, la FADOQ Estrie, qui regroupe 36 000 membres, souhaite élaborer un guide préparatoire à l’intention des aînés.

La professeure Nathalie Delli-Colli
La professeure Nathalie Delli-Colli

Photo : UdeS

C’est la professeure de l’École de travail social Nathalie Delli-Colli, membre du Laboratoire d’innovations par et pour les aînés, qui a été approchée par le Groupe de partenariats d’affaires. Ce projet de recherche original a débuté au printemps dernier et se poursuivra minimalement jusqu’à l’hiver.

Les aînés au cœur du projet

Une trentaine d'aînés aux profils variés occupent une place centrale dans le projet.

« Cette proximité créé une synergie particulièrement stimulante, indique Nathalie Delli-Colli. Que ce soit lors de séances de co-création, de discussions sur les besoins des aînés, le contenu du guide ou sa diffusion, les aînés participent concrètement à toutes les étapes du projet. Ils s’impliquent et souhaitent réellement que le guide contribue à faire du changement d’habitation une expérience réussie. »

Complémentarité des expertises

Trois aînés siègent également au comité de pilotage du projet, ainsi que le professeur Dany Baillargeon du Département de communication, la directrice de la FADOQ Estrie, une étudiante en communication et une en gérontologie.

« De cette combinaison de profils et d’expertises complémentaires découle une expérience d’apprentissage unique pour l’ensemble des participants », conclut Pre Delli-Colli.

La bientraitance des aînés

La bienveillance des aînés est au cœur du projet de recherche mené par la Pre Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées, en partenariat avec les résidences Chartwell.

 « Vivre en collectivité comporte plusieurs avantages pour un aîné, dont celui de favoriser le maintien ou le développement de son réseau social. On sait tout de même que la maltraitance entre aînés en résidences privées existe, c’est une problématique complexe et méconnue », indique-t-elle.

C’est vers l’Université de Sherbrooke que s’est tourné Chartwell pour répondre à son besoin : « On souhaitait mettre en lumière les situations où un résident est plus susceptible d’être la cible de maltraitance de la part d’autres résidents et identifier des pistes de solutions », résume Lucie Brosseau, directrice générale, Chartwell, Seigneuries du Carrefour.

L’étudiante au doctorat en gérontologie Roxane Leboeuf, s’appuie notamment sur le projet pour : « Comprendre comment se développe l’intolérance entre les résidents, tenter de trouver comment cela peut se résoudre, mais aussi comment on peut favoriser la bienvaillance et la maintenir. »

Expérience positive de part et d’autre

La professeure Marie Beaulieu
La professeure Marie Beaulieu

Photo : UdeS

La collaboration, l’engagement et la motivation de plus de 40 collaborateurs  (aînés, intervenants et cadres) et de près de vingt partenaires du milieu, ont insufflé un vent de fraicheur aux activités : « Cette proximité avec les milieux, qui caractérise la recherche partenariale, a rendu l’expérience particulièrement positive de part et d’autre », remarque Marie Beaulieu.

Au cours des trois prochaines années, le projet se poursuivra pour approfondir les pistes de solutions et élaborer des outils pratiques. Un cahier d’intervention pour favoriser la bientraitance serait notamment produit, puis déployé à travers l’ensemble des résidences privées du Québec. « Les retombées de notre collaboration avec l’UdeS pourront faire une différence pour l’ensemble des résidents du Québec », se réjouit Lucie Brosseau.

Une fierté que partage également l’équipe de chercheurs : « Ultimement, nous ne serons plus présents auprès du partenaire, mais le fruit de notre travail sera encore visible grâce aux pratiques qui seront implantées. »

À propos du Groupe de partenariats d'affaires

Le Groupe de partenariats d’affaires de l’UdeS a comme mission de faciliter le parcours de partenariat en recherche collaborative. Tout au long du projet, il assure le lien entre le partenaire et le chercheur afin de maximiser les retombées des partenariats.