Une très prestigieuse Bourse Vanier est décernée à Chloé-Aminata Gauvin-Ndiaye

Photo : fournie par l'Institut quantique

Le Programme de bourses d’études supérieures du Canada Vanier (BESC Vanier) honore des doctorantes et doctorants hautement qualifiés, et compte aujourd’hui Chloé-Aminata Gauvin-Ndiaye, doctorante en physique à l’Université de Sherbrooke, parmi ses récipiendaires.

Trois critères guident le BESC Vanier dans sa sélection : l’excellence universitaire, le potentiel de recherche et les compétences en leadership. Les titulaires recevront chacun 50 000 $ par année pendant trois ans afin de poursuivre leurs formations en recherche.

Un parcours universitaire remarquable

Dès son entrée au baccalauréat en physique, Chloé s’est démarquée grâce à son excellence universitaire. Elle était première de sa promotion et a obtenu à deux reprises une bourse de recherche de premier cycle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), en plus d’une bourse d’admission de la Chaire de recherche du Canada en physique de la matière condensée et une bourse d’excellence de la Fondation de l’Université de Sherbrooke. Chloé a même reçu une mention d’excellence à la collation des grades.

Au deuxième cycle, son sujet de maîtrise portait sur les nouveaux matériaux pour la réfrigération magnétique, comportant des défis d’ordre fondamental et des applications technologiques potentielles. Cette recherche pourrait rendre plus efficaces les technologies actuelles de réfrigération domestique afin de limiter leur impact environnemental. En seulement 18 mois, elle complétait sa maîtrise avec une grande compréhension des méthodes de la théorie de la fonctionnelle de densité (DTF), la méthode de Monte-Carlo en physique statistique et l’exploration des données dans le domaine des matériaux, tout en ayant collaboré avec un professionnel de recherche et avec un groupe en physique expérimentale.

De plus, l’année dernière, Chloé a pris l’initiative d’élaborer un projet de recherche qui a mérité une subvention de l’Institut quantique dans le cadre de l’appel à projets annuel. Proposant des méthodes d’apprentissage automatiques, le projet permet à des stagiaires de premier cycle d’y participer tout en collaborant avec des chercheurs au Mila en intelligence artificielle. Cette recherche sur la réfrigération magnétique a pour but d’améliorer les technologies actuelles de réfrigération domestique, et ainsi de diminuer l’émanation de gaz à effets de serre.

« Chloé s’est démarquée à Sherbrooke dès ses études de premier cycle. Je me compte chanceux qu’elle ait accepté de faire ses études de deuxième et troisième cycle dans mon groupe. Il arrive souvent qu’après avoir discuté de problèmes avec elle, il me vienne plus tard des idées que j’ai hâte d’avoir l’occasion de partager. Lorsque je la revois, elle a non seulement eu indépendamment les mêmes idées, mais elle les a mises en pratique et en a eu d’autres, encore plus fructueuses. C’est un vrai bonheur de travailler avec Chloé. Et l’engagement social de Chloé est remarquable à plusieurs niveaux depuis très longtemps. Elle mérite amplement cette bourse. », atteste le Pr André-Marie Tremblay, professeur de physique à l’Université de Sherbrooke et directeur de thèse actuel et directeur de maîtrise de Chloé.

Sur les recherches doctorales de Chloé

Dans le cadre de son doctorat, Chloé s’intéresse à la méthode auto-cohérente à deux particules (TPSC), projet proposé en deux aspects : « Le premier aspect est d’inclure les fluctuations de spins dans la DFT. Pour ce faire, nous souhaitons la combiner à la TPSC, une approche développée par mon superviseur, le Pr André-Marie Tremblay. Afin de tenir compte des réalités expérimentales des méthodes théoriques et numériques, le second aspect du projet de recherche est ainsi d’inclure l’effet du désordre à l’approche auto-cohérente à deux particules. De cette façon, nous pourrons étudier de façon plus réaliste des systèmes comme les supraconducteurs à haute température critique dopés en électrons. », explique Chloé.

Un leadership exceptionnel

Les projets auxquels se consacre Chloé connaissent de véritables succès. Dès son arrivée au Département, elle s’est donné comme objectif de rendre ce milieu à prédominance masculine plus accueillant pour les femmes et les minorités. Guidée par ses valeurs féministes, elle a mis sur pied avec des collègues le Comité Diversité en Physique de l’Université de Sherbrooke (DiPhUS), un comité étudiant ayant comme objectifs d’agir sur les questions de diversité et d’inclusion au Département de physique.

Elle a également siégé sur le comité étudiant pour l’embauche de nouveaux professeurs et sur l’assemblée départementale en plus d’être tutrice au centre d’entraide en physique et auxiliaire d’exercices pour quatre cours du baccalauréat.

Allier engagements et excellence universitaire ne doit pas laisser beaucoup de temps libre, et pourtant, Chloé trouve du temps pour l’écriture qui est un de ses passe-temps. D’ailleurs, Chloé faisait partie des autrices et auteurs en lice pour la deuxième année consécutive pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada.

Félicitations, Chloé, et bonne chance dans les nombreux projets que tu entreprends!