Formation

À la conquête de la musique de film et de jeux vidéo

Le 7 mai dernier, une classe de 3e année en composition a eu la chance de faire jouer ses partitions par l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) et son chef Stéphane Laforest.
Le 7 mai dernier, une classe de 3e année en composition a eu la chance de faire jouer ses partitions par l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) et son chef Stéphane Laforest.
Photo : UdeS - Michel Caron

Une jeune compositrice fébrile se place devant un micro relié à une salle où se trouvent un orchestre professionnel et son chef. Le technicien à la console démarre l’enregistrement, et l’orchestre se met à jouer la pièce de la compositrice. Tout émue d’entendre sa création pour la première fois, l’étudiante-compositrice suit assidûment avec ses partitions entre les mains : elle prend des notes frénétiquement et suit la mesure. La pièce terminée, le chef se tourne vers l’étudiante : « as-tu des commentaires pour nous? ». Une décharge d’adrénaline submerge l’étudiante, qui voit le temps d’enregistrement défiler. Elle se penche rapidement au micro pour donner ses consignes au chef : « une autre fois, avec les cuivres et les cordes seulement ».

C’est l’expérience que les personnes étudiantes en composition et musique à l’image ont pu vivre dans le cadre d’un cours. L’approche pédagogique adoptée à l’École de musique de l’Université de Sherbrooke il y a trois ans est dite « professionnalisante ». Pour un compositeur ou une compositrice en devenir, cela veut donc dire, entre autres, d’avoir la possibilité d’acquérir de l’expérience à travers l’exécution de ses pièces auprès de musiciens professionnels. Le 7 mai dernier, une classe de 3e année en composition a eu la chance de faire jouer ses partitions par l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) et son chef Stéphane Laforest.

Ce type de lecture est parmi celles qui demandent le plus de préparation et de planification, puisqu’on parle de composer une musique et de l’orchestrer pour 30 musiciens. Dans le cadre de ce projet, les étudiants devaient composer la musique pour un jeu vidéo.

Thierry Pilote, responsable de programme du cheminement en composition et musique à l’image

L'École de musique profite d'installations à la fine pointe et d'un studio d’enregistrement pouvant accueillir un orchestre dans lequel la prise de son est à micros multiples.
L'École de musique profite d'installations à la fine pointe et d'un studio d’enregistrement pouvant accueillir un orchestre dans lequel la prise de son est à micros multiples.
Photo : UdeS - Michel Caron

L’Université de Sherbrooke peut se targuer d’être la seule université au Canada à donner cette possibilité aux étudiantes et étudiants en composition du baccalauréat, et ce, dès la première année. Ainsi, à la fin de leurs études de 1er cycle, les compositrices et compositeurs auront été enregistrés au moins trois fois par un orchestre professionnel. Sans compter toutes les autres séances de lectures de plus petite envergure qui ont lieu au cours des trois années d’études.

Nous sommes la seule université à avoir un grand studio d’enregistrement pouvant accueillir un orchestre dans lequel la prise de son est à micros multiples. Nous enregistrons aujourd’hui sur deux plateaux simultanément, alors que le chef est à un seul endroit. Tous les instrumentistes ont des écouteurs avec lesquels ils peuvent entendre le métronome. Les musiciens du plateau 2 voient le chef sur une grande télévision.

Souder composition et interprétation

Les cuivres peuvent suivre le chef sur un écran, alors qu'ils sont dans un autre plateau d'enregistrement.
Les cuivres peuvent suivre le chef sur un écran, alors qu'ils sont dans un autre plateau d'enregistrement.
Photo : UdeS - Michel Caron

Les étudiantes et les étudiants en composition et les musiciens professionnels se côtoient souvent peu dans les cours des programmes universitaires de musique. Ici, on souhaite les ramener ensemble.

La difficulté pour les jeunes compositeurs et compositrices, c’est que lorsque tu fais jouer tes compositions par des collègues étudiants ou un orchestre étudiant, il peut arriver des erreurs dans la lecture de la pièce. Et là, tu te poses la question : le problème est-il dans la partition ou dans le calibre des musiciens qui lisent la pièce? Avec des professionnels comme ceux de l’OSS, s’il y a un problème, c’est souvent du côté du compositeur, c’est plus facile de s’ajuster. Et de l’autre côté, si le musicien professionnel exécute parfaitement ta composition, c’est très gratifiant, ça montre que tu as rendu un produit de qualité.

Prêts pour la vie de studio

Outre l’OSS, certaines collaborations se font également avec les musiciens de la région. Par exemple cette année, lors des projets intégrateurs de 1re année, ce sont un trio de musique baroque, un groupe de jazz (neuf musiciens), et un ensemble d’instruments hétérogènes de douze musiciens qui étaient présents. À l’automne 2020, les étudiants de 2e année ont fait jouer leurs compositions de musique contemporaine par l’Ensemble contemporain de Montréal, dirigé par Véronique Lacroix.

En tant que compositeur ou compositrice, tu ne dois pas nécessairement savoir jouer de tous les instruments d’un orchestre, mais tu dois connaître leurs particularités et leur limitation. Chaque trait qui est composé doit correspondre à quelque chose qu’il est possible de jouer facilement, puisque l’orchestre est en lecture à vue. Cela correspond exactement au contexte professionnel, et c’est ce qu’on vise. Un peu comme un architecte qui doit prendre en considération tous les corps de métier lors de l’élaboration d’un projet, le compositeur dirige la session. Si le chef a des questions, il se tourne vers l’étudiant ou l’étudiante.

Éric Beaulé-Brouillard donne ses indications au chef Stéphane Laforest.
Éric Beaulé-Brouillard donne ses indications au chef Stéphane Laforest.
Photo : UdeS - Michel Caron

Alors que les 1res années sont accompagnées par un membre du corps enseignant lors d’un enregistrement, à la fin de la troisième année, elles sont seules devant le chef et l’orchestre.

Ce qu’on souhaite, c’est que nos finissantes et finissants sachent qu’ils sont capables de mener un projet d’enregistrement d’envergure. Quand tu mets dans ton CV que tu as travaillé avec des orchestres professionnels, que tu as dirigé ta propre séance, on voit que tu as un large éventail d’atouts à offrir.

Alors que les étudiantes et les étudiants s’alternent pour enregistrer leur pièce dans la régie, leur sourire en dit long sur leur appréciation de l’exercice. Tous en ressortent avec la piqûre pour la vie de studio et d’enregistrement. Et il ne serait pas étonnant que leur prochaine production se retrouve au grand écran!