Une première pour l’inclusion de la diversité sexuelle et de genre

L’histoire de la bourse Alain Harvey et Claude Villeneuve

Avec la création de cette bourse, Claude Villeneuve souligne l'engagement étudiant en matière d'inclusion de la diversité sexuelle et de genre, en plus de rendre hommage à son mari, Alain Harvey.
Avec la création de cette bourse, Claude Villeneuve souligne l'engagement étudiant en matière d'inclusion de la diversité sexuelle et de genre, en plus de rendre hommage à son mari, Alain Harvey.
Photo : Michel Caron - UdeS

L’histoire derrière la bourse Alain Harvey et Claude Villeneuve en est une d’ouverture, de reconnaissance et d’amour. Offerte à compter de l’automne 2021, cette bourse facilitera l’accès aux études universitaires d’une personne étudiante engagée dans des initiatives d’inclusion de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres, une première à l’UdeS.

Ce soutien financier, renouvelable annuellement, vise à couvrir l’équivalent des droits de scolarité d’une personne étudiante, pendant toute la durée d’un programme de baccalauréat. L’excellence du dossier scolaire et l’implication dans des actions visant à favoriser l’inclusion de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres en sont les critères d’attribution phares. Tant les candidatures issues de l’international que celles du Québec et du Canada y sont admissibles.

Directeur adjoint des études de 2e et 3e cycles à l’École de gestion, Claude Villeneuve évolue depuis 1999 à l’UdeS, où il a aussi été coordonnateur de stages, puis coordonnateur des programmes d’administration de 1er cycle.

Au printemps dernier, il reçoit un appel de la Fondation de l’Université l’invitant à renouveler un don. Il se dit qu’il pourrait voir pour diriger le montant vers une cause particulière. Lui vient ensuite l’idée de créer une bourse d’études et, par le fait même, de rendre hommage à son mari Alain Harvey, emporté prématurément par un cancer, en 2017.

Générosité, amour et reconnaissance

Inséparables, Alain Harvey et Claude Villeneuve ont partagé plus de 20 ans de vie commune.
Inséparables, Alain Harvey et Claude Villeneuve ont partagé plus de 20 ans de vie commune.
Photo : Fournie

Inséparables depuis leur première rencontre au Presse Boutique Café de Sherbrooke, fermé depuis, Alain Harvey et Claude Villeneuve ont partagé plus de 20 ans de vie commune. Tous deux ont toujours fait montre de générosité en donnant au suivant.

S’ils n’ont jamais eu d’enfants, la bourse ainsi créée permettra de soutenir financièrement une personne étudiante engagée dans son milieu, qui n’aurait peut-être pas eu accès aux études supérieures.

C’est d’ailleurs au contact d’un collègue impliqué avec lui dans un groupe de membres du personnel de la communauté LGBTQ+ à l’UdeS que Claude Villeneuve a pensé à créer cette bourse. Le collègue mentionnait que, grâce à l’obtention d’une bourse soulignant l’engagement exceptionnel et l’excellence scolaire de son conjoint au cégep, ce dernier avait pu amorcer des études universitaires, en dépit de ses origines modestes.

Alain disait souvent qu’il préférait laisser son héritage à quelqu’un qui le mérite et avec qui il aurait eu des contacts significatifs au cours de sa vie. Je crois que le geste que je pose avec cette bourse s’inscrit parfaitement dans cette philosophie.

Claude Villeneuve

D'une générosité sans bornes, Alain Harvey a fait carrière comme enseignant en design graphique au cégep de Sherbrooke.
D'une générosité sans bornes, Alain Harvey a fait carrière comme enseignant en design graphique au cégep de Sherbrooke.
Photo : Fournie

Enseignant en design graphique au cégep de Sherbrooke, Alain Harvey n’hésitait jamais à prêter main-forte à ses étudiantes et étudiants. À une époque où le matériel d’art était particulièrement dispendieux – cartons, filtres et gélatines, peinture –, il n’était pas rare qu’il donne l’argent nécessaire aux personnes qui avaient du mal à tout payer.

Pour Claude Villeneuve, le fait de nommer la bourse en l’honneur du couple heureux qu’ils formaient ensemble allait de soi :

C’était important pour moi que la bourse porte nos deux noms, et que celui d’Alain soit en premier. C’est un hommage qui permet de préserver sa mémoire et de donner en quelque sorte une suite à notre vie ensemble.

Un milieu inclusif et ouvert

Claude Villeneuve l’admet d’emblée : il s’est toujours senti privilégié, tant dans sa vie personnelle que professionnelle à l’UdeS. Dès son entrée à l’Université en 1999, son union avec son conjoint était connue, et il a toujours senti qu’il était respecté et bien accueilli sur ce plan.

Aider quelqu’un de la communauté LGBTQ+ à étudier ici et à se sentir bien, c’est une façon pour moi de continuer cet accueil. On pense que c’est plus facile maintenant, mais non, pas pour tout le monde. Il y a tellement de facteurs qui entrent en ligne de compte.

L'équité, la diversité et l'inclusion (ÉDI) sont en phase avec la vision, la mission et la communauté de l'UdeS.
L'équité, la diversité et l'inclusion (ÉDI) sont en phase avec la vision, la mission et la communauté de l'UdeS.
Photo : Michel Caron - UdeS

Pour celui qui a l’habitude de participer à la sélection des dossiers de bourses et de remarquer que la majorité est attribuée à des personnes résidentes du Canada, il était important que la sienne puisse être aussi offerte aux personnes étudiantes internationales, pour que leurs chances d'y accéder soient égales.

Je l’ai eue facile et, malgré le deuil, je l’ai facile, grâce à mon accueil à l’UdeS et à son ouverture, grâce à la vie que j’ai eue avec Alain. Quand ce préposé du centre d’appel m’a contacté, c’était naturel pour moi de penser offrir une bourse annuellement pour payer les frais de scolarité de quelqu’un.

Si peu d’universités au Canada − et encore moins au Québec − récompensent par l’octroi de telles bourses l’engagement étudiant à ce chapitre, l’initiative de Claude Villeneuve pourrait faire école. Déjà, des personnes ont manifesté leur intérêt à contribuer au fonds de cette bourse. Récemment, une personne diplômée faisait part de son souhait de soutenir financièrement des initiatives facultaires liées à la diversité. Tout ceci laisse présager une belle continuité dans l’avènement de communautés plus inclusives.