Bourse Maternité en sciences

Un soutien financier pour les futures mères en recherche

Photo : Michel Caron - UdeS

La Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke fait preuve d’initiative pour soutenir les femmes engagées dans un de ses programmes de maîtrise de type recherche ou de doctorat dans une situation précaire liée à la maternité.

Une fois l’objectif du fonds atteint, la Faculté offrira un support financier de 5 000 $ permettant aux jeunes mères de prendre un congé de 18 semaines au cours de leur maternité. Chaque femme qui abandonne la science est un peu de savoir envolé. Pour la Faculté, donner naissance à un enfant ne devrait pas être un obstacle à la poursuite d’une carrière en recherche.

Les étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs en sciences bénéficient de bourses pendant la réalisation de leurs travaux de recherche. Toutefois, lors d'une maternité, les étudiantes doivent habituellement suspendre leurs travaux de recherche, ce qui mène alors à une suspension de leur bourse*. Dans cette situation, le gouvernement du Québec offre, dans certaines conditions, de reporter la dette d’étude ou même de la rembourser. Mais à quel prix pour un parcours déjà bien entamé? En recherche, les coûts associés aux reports de projets peuvent être très élevés. À noter aussi que le statut d’étudiante empêche l’accès aux subventions gouvernementales mises en place pour les travailleurs, telles que le RQAP.

La maternité ne doit pas être perçue comme un frein aux études graduées en sciences, et pour ceci l’appui des différentes instances universitaires est primordial. Les personnes étudiantes de la Faculté des sciences doivent pouvoir se réaliser pleinement dans leurs études tout comme dans leur vie personnelle sans avoir à choisir entre les deux.

Professeure Pascale Beauregard, Département de biologie

Dans les laboratoires, on fait tout notre possible pour accommoder les étudiantes enceintes, mais on n’avait jamais de solutions pour l’aspect financier. Cette bourse va combler ce besoin et résoudre bien des problèmes. Si on veut concrètement voir à l’enjeu de la représentativité des femmes en recherche en sciences, c'est évident qu'il faut offrir des conditions qui permettent la conciliation vie professionnelle - vie personnelle.

Professeur Jérôme Claverie, directeur du Département de chimie

Grâce aux dons et aux efforts de plusieurs, une femme en difficulté financière pourra bénéficier de ce fonds destiné à la poursuite de ses études et au bon déroulement de sa grossesse. Cette initiative s’inscrit dans le programme d’équité, de diversité et d’inclusion mis en place, entre autres, pour favoriser la diplomation des femmes en sciences.


*À l’exception de programmes gouvernementaux comme les bourses du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) ou du Fonds de recherche Nature et technologie (FRQNT).