Le cours qui a changé mon regard sur le monde

Les espaces expérientiels au service de l’action en société

Jean Bibeau, professeur en entrepreneuriat à l'École de gestion, et Camille Brière, étudiante à la maîtrise en ergothérapie.
Jean Bibeau, professeur en entrepreneuriat à l'École de gestion, et Camille Brière, étudiante à la maîtrise en ergothérapie.
Photo : Michel Caron - UdeS

Camille Brière, étudiante à la maîtrise en ergothérapie et jeune femme aux multiples projets, a fait un détour par l’environnement et l’entrepreneuriat avant de se diriger dans le domaine de la santé. L’étincelle à la base de ces changements est le cours Préparation à la création d’entreprise de même que l'approche de l’espace expérientiel, qui ont marqué son cheminement et sa vision de la vie.

L’engagement est une seconde nature pour Camille Brière, qui a entamé des études en environnement pour approfondir sa compréhension des problématiques de la société. Elle souhaitait par la suite se mettre en action et développer sa capacité à réaliser des projets concrets. C’est pourquoi elle a poursuivi son cheminement en entrepreneuriat. De fil en aiguille, l’expérimentation des espaces expérientiels à l’École de gestion l’a amenée à se connaître davantage; elle a donc suivi son intuition et a choisi de continuer son parcours en ergothérapie.

Espaces expérientiels : un état d’esprit

Favoriser la présence cognitive et émotionnelle des étudiantes et étudiants : voilà le fil conducteur de l’approche de l’espace expérientiel. La création d’une communauté d’apprentissage et de zones de partage constitue le pilier de cette démarche, que Jean Bibeau, professeur en entrepreneuriat à l’École de gestion, appelle aussi des « espaces d’être ». Dans ce cadre, le personnel enseignant joue un rôle de révélateur et d’accélérateur du potentiel des étudiantes et étudiants.

Pour Camille, le cours Préparation à la création d’entreprise va bien au-delà de simples notions d’entrepreneuriat. Il l’a munie d’un prisme d’analyse de la vie qui modifie sa conception des défis ou des échecs et lui permet de les considérer comme des occasions d’apprentissages. En reproduisant les enseignements de la vie et en plongeant les étudiantes et étudiants dans l’expérience, ce cours les prépare aux défis du quotidien.

L’étincelle nécessaire

Camille Brière, étudiante à la maîtrise en ergothérapie.
Camille Brière, étudiante à la maîtrise en ergothérapie.
Photo : Martin Blache

Vivre cette expérience a donné une impulsion à Camille, qui a, par la suite, multiplié les projets. En développant sa confiance en ses capacités, elle a pris l’initiative d’effectuer un stage en Haïti. Au cours de celui-ci, elle a enseigné le Business Model Canvas en créole et offert des espaces expérientiels à la jeunesse haïtienne, qui l’a émue par la qualité de ses réflexions.

Ce cours m’a vraiment permis de développer une confiance en moi et une estime de mes capacités, j’ai donc eu envie d’offrir cette chance à d’autres personnes.

Camille Brière

Cet élan s’est poursuivi et elle a offert, au cours de l’été 2020, des espaces expérientiels avec la Tribu Co-Vie. Cette communauté de pratique pour les étudiantes et étudiants qui veulent développer des solutions aux répercussions de la crise de la COVID-19 a vu le jour grâce à Enactus et à l’Accélérateur entrepreneurial Desjardins (AED) de l'Université de Sherbrooke.

La création d’espaces qui permettent de réunir des étudiants qui ont des intérêts communs et qui veulent s’engager, je trouve que, en soi, c’est toute une richesse.

Camille Brière

Elle s’est aussi jointe à l’équipe du Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale pour contribuer à l’implication de la communauté étudiante, dans la recherche de solutions aux problèmes exacerbés par la présente crise.

L’importance d’être bien accompagnée

Tous ces projets n’auraient pas été possibles sans l’incroyable accompagnement qu’offre l’UdeS pour les projets entrepreneuriaux. Accompagnement financier pour les demandes de bourses et la connexion avec des partenaires, mentorat, mise en relation des étudiantes et étudiants entre eux : les ressources entrepreneuriales fournies, entre autres par Enactus et l’AED, sont exceptionnelles.

Ce qui est le plus riche, mentionne Camille Brière, c’est l’accompagnement de style “coaching”. Il y a des gens qui sont là pour te poser les bonnes questions, pour amener plus loin ton processus réflexif.

Un outil accessible à toutes et tous

L’activité pédagogique Préparation à la création d’entreprise, bien qu’elle se donne à l’École de gestion, est accessible pour l’ensemble des étudiantes et étudiants, peu importe leur domaine d’études. Elle permet de développer des aptitudes et compétences en créativité, débrouillardise ainsi qu’en gestion du temps et du stress : des qualités requises dans la majorité des emplois. Jumelés au développement de la capacité de résilience et de la confiance en soi, ces apprentissages visent à former des êtres humains engagés dans la société et prêts à réaliser leurs rêves.

À propos de la série Le cours qui a changé mon regard sur le monde
Cet article constitue le quatrième d’une série destinée à mettre en valeur l’enseignement innovant et l’apprentissage pratique à l’UdeS. Reconnue pour l’originalité de ses programmes, l’institution s’engage avec ses communautés à former des personnes citoyennes responsables qui changent le monde. Comment cette vision prend-elle racine concrètement dans les cours et activités pédagogiques qui sont particulièrement significatifs pour les étudiantes et étudiants et le personnel enseignant ou autre qui les entourent? C’est ce que décrypteront les productions diffusées dans le cadre de cette série.

Vous avez aussi suivi un cours qui a changé votre regard sur le monde? Faites-nous part de votre histoire, et elle pourrait peut-être faire partie de la série!