Engagement étudiant

Deux projets de l'Université de Sherbrooke couronnés au gala Forces Avenir

Projets lauréats de l'UdeS au concours Forces Avenir 2020. (Photos prises avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)Photos : Fournies
Projets lauréats de l'UdeS au concours Forces Avenir 2020. (Photos prises avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photos : Fournies

L’Université de Sherbrooke comptait six finalistes lors du gala Forces Avenir d’hier et deux d’entre eux ont été couronnés. L’initiative étudiante, Bien-être numérique, a été nommée Projet par excellence et s’est vu octroyer une bourse de 15 000 $ alors que 4 000 $ ainsi qu’un trophée AVENIR ont été remis au projet PAINtalks dans la catégorie Société, communication et éducation. À titre de finalistes, les membres du projet OZERO, Julien Pinsonneault, Jérémie-Billal Lardi ainsi que Marie-Pierre Cyr ont obtenu des bourses de 2 000 $ chacune. La délégation de l’UdeS a ainsi amassé un total de 27 000 $ au cours de la soirée.

Projet par excellence

Charles-Antoine Barbeau-Meunier, étudiant au double doctorat en médecine et en neuroimagerie, lors d'un atelier Autodéfense numérique. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Charles-Antoine Barbeau-Meunier, étudiant au double doctorat en médecine et en neuroimagerie, lors d'un atelier Autodéfense numérique(Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photo : Fournie

L’engagement interdisciplinaire du collectif Bien-être numérique leur aura permis de se démarquer en remportant le Projet par excellence. Devant l’incertitude des impacts du numérique sur les fonctions cognitives, les rapports sociaux et la santé mentale des jeunes, le projet propose une vision d’ensemble basée sur les plus récentes données scientifiques. Grâce à l’atelier scolaire Autodéfense numérique, cet organisme à but non lucratif sensibilise les élèves de la 3e à la 5e année du secondaire aux enjeux des technologies numériques et favorise un usage sain et consciencieux du Web, des réseaux sociaux et des téléphones intelligents. Le groupe a aussi su adapter son offre face au contexte particulier de la pandémie du coronavirus en créant un dossier spécial Le numérique au temps du confinement qui offre toujours l’occasion aux jeunes de s’exprimer et à l’équipe de partager des réflexions et des articles sur l’utilisation des écrans en ces temps de pandémie. Leur atelier scolaire a aussi été transformé en format à distance.

Honorer la passion

Coquetel qui a suivi la soirée PAINtalks. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Coquetel qui a suivi la soirée PAINtalks. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photo : Fournie

Dans la catégorie Société, communication et éducation, l’événement PAINtalks a également remporté les grands honneurs hier soir. Sujet méconnu et parfois tabou, la douleur est pourtant la principale cause de consultation médicale au Québec. Ayant à cœur de rendre accessibles les informations générées par les recherches en cours, les membres du Réseau québécois des étudiants-chercheurs sur la douleur ont mis sur pied les PAINtalks qui consistent en des soirées de vulgarisation sur les récentes avancées scientifiques relatives à la douleur. Dans le but de faire profiter cette initiative au plus grand nombre de personnes, les conférences sont maintenant gratuites et bilingues, en plus d’être diffusées sur différentes plateformes de communication. Déjà bien implanté à l’échelle provinciale, le concept de PAINtalks est de plus en plus adopté à l’international. L’édition 2020 aura lieu le vendredi 13 novembre prochain en webdiffusion seulement.

Des finalistes de qualité

Les membres du projet OZERO en action. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Les membres du projet OZERO en action. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photo : Fournie

Pour son caractère novateur, le projet OZERO était en lice dans la catégorie Environnement. Tous issus de la Faculté de génie, les membres du projet s’attaquent à la problématique de la propagation des espèces exotiques envahissantes dans les lacs du Québec au moyen d’une technologie novatrice qui permet de décontaminer la tuyauterie interne des embarcations nautiques avant leur mise à l’eau. OZERO s’intéresse ainsi à un problème réel qui n’a toujours pas été résolu. Ils ont également remporté, en juin dernier, le premier prix du jury du défi AquaHacking BC-2020, mettant ainsi la main sur une bourse de 20 000 $.

Deux étudiants, Julien Pinsonneault et Jérémie-Billal Lardi ont représenté l’Université dans la catégorie Personnalité 1er cycle.

Julien Pinsonneault, étudiant en physiothérapie, lors des Courses Partagées. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Julien Pinsonneault, étudiant en physiothérapie, lors des Courses Partagées. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photo : Fournie

Étudiant en physiothérapie, Julien Pinsonneault se dévoue à de nombreuses causes dans les sphères du sport, de l’éducation et de la santé, allant même jusqu’à offrir 500 heures de bénévolat annuellement depuis 10 ans. Il est notamment ambassadeur des Courses Partagées de Sherbrooke, un organisme dont la mission est de permettre à des gens à mobilité réduite de vivre l’expérience de la course par l’entremise de fauteuils roulants adaptés. Julien a également élaboré et piloté le projet Connectés par la passion, qui vise à faire découvrir, par l’intermédiaire des correspondances électroniques et de visites en classes, le milieu universitaire à des élèves du primaire.

Jérémie-Billal Lardi, diplômé du baccalauréat en enseignement au préscolaire et au primaire, et sa conjointe Claudia Bouvrette.
Jérémie-Billal Lardi, diplômé du baccalauréat en enseignement au préscolaire et au primaire, et sa conjointe Claudia Bouvrette.

Photo : Fournie

Jérémie-Billal Lardi, diplômé du baccalauréat en enseignement au préscolaire et au primaire, a su se démarquer dès son arrivée à l’UdeS par son engagement social et communautaire remarquable entre autres auprès du Club des petits déjeuners, du Jour des camps Tim Hortons et d’Opération Nez rouge. Il s’est aussi grandement investi au sein des campagnes de Plasmavie. Dernièrement, il a mis sur pied les Clubs de lecture Vert & Or, un projet où il anime, avec ses coéquipiers de rugby, des périodes de lecture dans les écoles primaires, ouvrant ainsi la porte aux discussions sur l’amour, l’amitié et la différence. Père de deux jeunes filles et souhaitant redonner au suivant, il a transformé son Westfalia en bibliothèque mobile pour partager son amour de la lecture avec les jeunes des différents quartiers de Sherbrooke.

Marie-Pierre Cyr, candidate au doctorat en sciences de la santé. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)
Marie-Pierre Cyr, candidate au doctorat en sciences de la santé. (Photo prise avant l'entrée en vigueur des mesures de distanciation)

Photo : Fournie

Grâce à son parcours universitaire marqué par l’excellence et son engagement communautaire, Marie-Pierre Cyr, candidate au doctorat en sciences de la santé, figurait parmi les trois finalistes de la catégorie Personnalité 2et 3cycles. Elle a organisé un stage de coopération internationale d’une durée de six semaines impliquant une vingtaine d’étudiantes et d’étudiants dans le but de donner accès à des soins de réadaptation à une communauté sénégalaise. Sa formation en théâtre lui a permis de contribuer à la création et à la mise en scène du Neuro-Show, lauréat dans la catégorie Société, communication et éducation du concours Forces Avenir 2019. Marie-Pierre est aussi coprésidente du Réseau québécois des étudiants-chercheurs sur la douleur et participe à la coordination des PAINtalks. Diplômée de la maîtrise en physiothérapie, elle trouve aussi le temps d’exercer sa profession et de s’adonner à des activités d’enseignement.

Forces Avenir a distribué 122 000 $ en bourses au cours de la soirée animée par Stéphan Bureau. Forces Avenir est un concours interuniversitaire qui récompense l’engagement bénévole des étudiantes et étudiants depuis 1999.