Le parcours inspirant de Nicolas Boucher-Lalonde

De stagiaire à directeur R&D avant d'avoir terminé ses études!

Nicolas Boucher-Lalonde a reçu une offre d'embauche qu'il ne pouvait pas refuser de la part des copropriétaires de Technologie Demtroys, Jacques Arseneault à gauche et Yan Corriveau à droite.
Nicolas Boucher-Lalonde a reçu une offre d'embauche qu'il ne pouvait pas refuser de la part des copropriétaires de Technologie Demtroys, Jacques Arseneault à gauche et Yan Corriveau à droite.
Photo : Université de Sherbrooke

Les stages coopératifs servent notamment à acquérir de l’expérience pratique, à valider son choix de carrière et parfois à dégoter un premier emploi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Nicolas Boucher-Lalonde en est l’exemple parfait! Avant même d’avoir complété son baccalauréat en génie électrique, l’étudiant de 23 ans vient en effet d’accepter un poste de directeur de la recherche et du développement chez Technologie Demtroys, une entreprise sherbrookoise pourtant située à trois heures de route de sa ville natale où il comptait retourner une fois ses études complétées.

Comme beaucoup de jeunes universitaires inscrits dans l’un ou l’autre des programmes offerts en régime coopératif, Nicolas est arrivé à Sherbrooke le nombril vert et sans trop savoir dans quoi il s’embarquait.

«Je savais que j’aurais cinq stages à faire et je voulais expérimenter le plus possible», raconte d’entrée de jeu l’étudiant originaire de Gatineau, en Outaouais.

Après avoir effectué ses deux premiers stages au Groupe de recherche sur la parole et l'audio du professeur Roch Lefebvre, il a obtenu un poste chez Olympus NDT Canada, une organisation japonaise spécialisée dans le contrôle non destructif. Malgré les avantages d’œuvrer au sein d’une multinationale, le Sherbrookois d’adoption recherchait une entreprise à taille humaine où ses idées et connaissances seraient davantage mises à profit. C’est à ce moment que l’offre de chargé de projet chez Technologie Demtroys a piqué sa curiosité.

Moment charnière

«Je me suis aperçu que mon travail avait beaucoup d’importance chez Demtroys, une PME qui œuvre dans le domaine de la gestion du chauffage», indique Nicolas en ciblant la mi-chemin de son quatrième stage comme moment charnière dans le développement de sa jeune carrière.

«L’entreprise a été vendue quelques semaines après le début de mon séjour et tout de suite les nouveaux propriétaires ont accepté les idées mises de l’avant par les membres de l’équipe, y compris les miennes bien que j’étais stagiaire», souligne celui qui terminera son baccalauréat en décembre prochain.

«J 'ai beaucoup appris durant mes stages! Les expériences de travail permettent d'avoir du succès à l'université. »

Ses compétences ont rapidement été considérées, et c’est ce qui lui a permis d’être embauché à temps partiel avant son cinquième et dernier stage, stage qu’il a évidemment effectué chez son nouvel employeur. Il s’est assuré de devenir indispensable à l’organisation.

«J’ai remarqué qu’il manquait une vision globale des opérations au niveau technique. Personne au sein de l’équipe était en mesure de superviser et de bien mener à terme tous les projets de développement, explique Nicolas. Mon but a donc été de leur démontrer que cette vision était nécessaire pour le bien de l’entreprise.»

Stagiaire-superviseur

Naturellement, le stagiaire est devenu gestionnaire, embauchant même un collègue de l’Université de Sherbrooke pour le superviser lors de son dernier stage. Fin août, les propriétaires Yan Corriveau et Jacques Arseneault lui ont fait une offre qu’il ne pouvait refuser.

«Je ne pensais pas demeurer à Sherbrooke au début de mon bac, au contraire. Je trouvais ça un peu ennuyeux comparativement à Gatineau. Mais en sortant de chez moi et en apprenant à connaître la région, j’ai changé d’idée et je suis maintenant heureux de m’établir ici», lance-t-il en soulignant que l’embauche de stagiaires de l’UdeS continuera évidemment de faire partie de la stratégie de son employeur.

Deux postes sont d’ailleurs disponibles pour la session d’hiver 2021.