La Faculté des lettres et sciences humaines innove en recherche

À la conquête des humanités numériques

Le 20 février 2020, la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke lançait sa Plateforme en humanités numériques. François Claveau, professeur au Département de philosophie et d’éthique appliquée et directeur scientifique de la Plateforme en humanités numériques, présentait le projet lors du lancement.
Le 20 février 2020, la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke lançait sa Plateforme en humanités numériques. François Claveau, professeur au Département de philosophie et d’éthique appliquée et directeur scientifique de la Plateforme en humanités numériques, présentait le projet lors du lancement.
Photo : UdeS - Michel Caron

Masses de données, Big data, moissonnage automatique, apprentissage machine : bien que ces termes soient souvent reliés au domaine des sciences de l’informatique, le professeur de philosophie François Claveau croit qu’il existe également une forte relation entre les sciences humaines et le numérique.

Il y a aujourd’hui des données et des méthodes qui permettent de répondre relativement aisément à des questions de recherche qui étaient presque hors d’accès il y a quelques décennies. Ce serait dommage que les sciences humaines ne tirent pas avantage de ces opportunités. Voilà pourquoi nous créons une Plateforme en humanités numériques : faciliter l’accès aux outils numériques en sciences humaines et sociales.

François Claveau, professeur au Département de philosophie et d’éthique appliquée et directeur scientifique de la Plateforme en humanités numériques

En effet, les sciences humaines ont tout à gagner à s’approprier davantage les méthodes de recherche de l’ère numérique, en tirant profit de la disponibilité de masses de données et d’outils informatiques puissants comme le moissonnage automatique, la fouille de texte, l’apprentissage machine et la visualisation dynamique de données. Cependant, les chercheuses et chercheurs du domaine disposent rarement d’une ressource avec les compétences techniques appropriées pour mener des études novatrices basées sur ces méthodes. Le 20 février dernier, la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke lançait sa Plateforme en humanités numériques afin de venir combler cette lacune.

Anick Lessard, doyenne de la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke
Anick Lessard, doyenne de la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke
Photo : UdeS - Michel Caron

Cette initiative de la Faculté des lettres et sciences humaines s’insère dans l’un des axes de sa récente planification stratégique “Unir les forces pour faire développer et rayonner la recherche”, où l’on trouve l’objectif suivant : bonifier les infrastructures de recherches ainsi que les ressources humaines en appui aux chercheuses et aux chercheurs.

Anick Lessard, doyenne de la Faculté des lettres et sciences humaines

Pour le professeur Claveau, il devenait primordial de créer un centre d’expertise pour soutenir les chercheuses et chercheurs en sciences humaines.

L’idée est venue de ma réalité de jeune professeur : j’ai appris à programmer par intérêt et j’avais déjà des projets utilisant des méthodes computationnelles avant d’avoir mon poste. Avec mes premières subventions de recherche, je me suis rendu compte qu’il était extrêmement difficile de trouver des auxiliaires de recherche qui peuvent, à la fois, programmer et comprendre les problématiques des sciences humaines.

La Faculté des lettres et sciences humaines n’a pas tardé à agir en ce sens. Aujourd’hui, les services de la Plateforme s'adressent tout aussi bien aux chercheuses et chercheurs sans base en programmation qu’aux gens qui manquent simplement de temps pour mener seuls tous leurs projets appuyés par le numérique.

Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l'Université de Sherbrooke
Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l'Université de Sherbrooke
Photo : UdeS - Michel Caron

On souhaite professionnaliser notre recherche. Il faut arrêter de faire de la recherche sur une base individuelle et la faire avec les standards qui sont les meilleurs au monde. C’est l’ensemble de l’institution qui peut nous amener au second niveau grâce, entre autres, au partage d’expertise.

Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures

Des services complets, utiles dès le début d'un projet

Les services offerts se divisent en deux volets :

  1. Constitution et mise en valeur de bases de données pour les humanités numériques,
  2. Développement et application d’outils informatiques spécialisés en analytique computationnelle de données.

Les chercheuses et chercheurs sont également invités à demander le soutien de la Plateforme dans la phase préalable de planification de leur projet (conseil sur l’outil à utiliser et estimation du temps d’un professionnel pour réaliser le projet). L’aide d’un spécialiste des humanités numériques à cette phase peut s’avérer inestimable, entre autres pour formuler un projet crédible aux yeux des organismes subventionnaires.

Selon le professeur Claveau, les outils computationnels bonifient la trousse à outils dans laquelle pigent chercheuses et chercheurs pour répondre à des questions de recherche pertinentes. Un enjeu important est, selon lui, que les spécialistes en sciences sociales sont rarement mis au fait des ressources en humanités numériques qui s’offrent à eux et du potentiel que recèle le numérique pour leurs questions de recherche.

Le professeur de philosophie ajoute qu'il faut que la communauté soit mieux à même de déterminer quand ces outils seraient pertinents et que des équipes puissent les utiliser. Ceci vaut pour la recherche universitaire, mais aussi pour l’enseignement. Les étudiantes et étudiants pourraient, par exemple, apprendre à manipuler ces outils lors de leur parcours universitaire et ainsi comprendre leur utilité dès le 1er cycle afin de l’exploiter ultérieurement en recherche ou dans leur futur emploi.