Front commun des universités québécoises pour déclarer l’urgence climatique

Photo : Michel Caron - UdeS

Dix universités québécoises font front commun afin de joindre le mouvement mondial des établissements d’enseignement supérieur visant à déclarer une situation d’urgence climatique. En signant la déclaration, les universités reconnaissent la nécessité d’un changement social pour lutter contre la menace croissante des changements climatiques en prenant trois engagements structurants :

1. S’engager à atteindre la carboneutralité pour 2030, ou 2050 au plus tard.

2. Mobiliser davantage de ressources pour la recherche axée sur les mesures pour 
   remédier aux changements climatiques et faciliter le développement
   de compétences.

3. Accroître l'accès à l'éducation relative à l'environnement et au développement
   durable dans les programmes d'enseignement, sur les campus et dans les
   programmes de sensibilisation des communautés.

Les universités signataires de la déclaration sont : l'Université de Sherbrooke, l'Université Laval, l'Université Bishop's, l'Université du Québec à Trois-Rivières, Polytechnique Montréal, l'Université de Montréal, l'École de technologie supérieure, HEC Montréal, l'Université du Québec à Montréal et l'Université Concordia.

Ce mouvement a été lancé par The Alliance for Sustainability Leadership in Education (EAUC), Second Nature et la Youth and Education Alliance du Programme des Nations Unies pour l’environnement. Il regroupe désormais 45 réseaux d’établissements d’enseignement supérieur représentant 8411 institutions sur 6 continents. En plus des institutions représentées par ces réseaux, 163 établissements d’enseignement supérieur ont personnellement signé la déclaration.

Cette déclaration sera officialisée et diffusée aux principaux responsables gouvernementaux et membres des médias lors de la Conférence des parties (CdP 25) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se déroulera du 2 au 13 décembre 2019 à Santiago, au Chili.

Photo : Michel Caron - UdeS

Cette concertation entre plusieurs universités du Québec, qui a été orchestrée par l'Université de Sherbrooke, vient illustrer la nécessité d’agir tous ensemble face à ce défi de société.

Les universités signataires entendent donc mettre tous les efforts nécessaires pour appuyer cet engagement avec des actions concrètes et mesurables afin d’exercer un rôle de leadership et d’exemplarité au sein de leurs communautés.

Le recteur, le Pr Pierre Cossette, souligne d’ailleurs :

Les engagements de cette déclaration d’urgence climatique rejoignent les orientations et les actions que déploie actuellement l’Université de Sherbrooke en matière de climat et de développement durable. Il était donc naturel pour notre institution d’organiser cette mobilisation des universités québécoises.

L’UdeS : déjà engagée vers la carboneutralité

Photo : Michel Caron - UdeS

L’UdeS a déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre liées aux bâtiments de 30 % par rapport à 1990, et elle s’est déjà engagée dans son budget 2019-2020 à atteindre la carboneutralité en 2030. Ceci permet de s’assurer que les mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les projets d’efficacité énergétique menés au cours des dernières années demeurent une priorité. À titre d’exemple, la rénovation de l’École de musique en 2018 a permis l’installation d’un système de géothermie, ce qui en fait un pavillon alimenté exclusivement de sources renouvelables, soit la géothermie et l’hydroélectricité.

À cette priorité accordée à la réduction des émissions s’ajoute la carboneutralité des nouveaux espaces ainsi que de la flotte de véhicules. L’Université entend également recourir à la compensation visant à progressivement rendre des secteurs et des bâtiments carboneutres. Pour 2019-2020, 10 % des émissions de GES feront l’objet de compensations.

Mobiliser la recherche

Trois éléments occupent une place importante en recherche et au niveau des études supérieures à l’Université de Sherbrooke : le développement durable, les principes d’équité, de diversité et d’inclusion, ainsi que le partenariat.  Dans son plan stratégique 2018-2022, l’Université a fait du développement durable un principe fondamental sine qua non pour l’ensemble de ses travaux de recherche. Pour mobiliser sa communauté à résoudre les problèmes complexes nécessitant des approches multidisciplinaires et ayant des répercussions importantes, elle a d’ailleurs fait de cette thématique un thème fédérateur de recherche, soit les « Changements climatiques et environnement ».

Former à l'écoresponsabilité et travailler avec le milieu

Photo : UdeS

L’UdeS s’est engagée à faire de ses diplômées et diplômés des personnes conscientes et responsables de l’environnement physique et social dans lequel elles évoluent, particulièrement dans le contexte des changements climatiques. Le développement durable occupe d’ailleurs une place significative dans nombre de programmes de formation. Plus de 300 activités pédagogiques et programmes sont offerts en environnement et développement durable, dans l’ensemble de ses facultés et centres universitaires.

Concrètement, le développement durable se vit au quotidien sur les trois campus tant dans notre gestion universitaire et du milieu de vie qu’au niveau des missions de recherche, d’enseignement, d’innovation et d’engagement social. La culture institutionnelle de développement durable qui en résulte permet à l’Université de se transformer progressivement en un véritable laboratoire, branché sur les enjeux globaux, mais aussi engagé avec les partenaires locaux pour changer les choses.

Pre Denyse Rémillard, vice-rectrice à l’administration et au développement durable

« Les 7 stratégies du plan de développement durable 2018-2022, actuellement mises en œuvre, s’inscrivent dans la réduction de l’empreinte carbone de notre institution, et plus globalement, dans la lutte contre les changements climatiques. Parmi l’ensemble des quelque 300 actions prévues, mentionnons plusieurs collaborations avec nos partenaires en matière de mobilité durable ou de conservation des milieux naturels tels que le parc du Mont-Bellevue. », ajoute la Pre Rémillard.