Initiatives en développement durable

Déjà 100 projets ont reçu du financement!

Quelques étudiantes et étudiants du projet RÉGime, un service d’achat-revente de livres scolaires d’occasion, avec la directrice générale de la Coopérative, Stéphanie Lemay.
Quelques étudiantes et étudiants du projet RÉGime, un service d’achat-revente de livres scolaires d’occasion, avec la directrice générale de la Coopérative, Stéphanie Lemay.
Photo : Michel Caron

Depuis l’automne, l’équipe d’une dizaine d’étudiantes et d’étudiants au baccalauréat en administration des affaires - cheminement spécialisé en entrepreneuriat - travaille sur un projet d’entreprise d’économie de partage, le RÉGime, qui malgré son nom, n’a rien à voir avec les kilos en trop et le pèse-personne... C’est plutôt de livres scolaires dont on veut nous débarrasser de façon responsable! Il s’agit du 100e projet soutenu par le Fonds conjoint d’initiatives en développement durable (FCIDD), un fonds qui donne le coup de pouce nécessaire pour démarrer et concrétiser les idées vertes depuis déjà 10 ans.

RÉGime vend nos livres en trop!

Au nombre de 12 000 à 14 000 chaque session, les livres destinés aux études à l’UdeS représentent des tonnes de papier. Ce constat était suffisant pour indigner des entrepreneurs en herbe qui cherchaient, pour le cours ACT101 – Préparation à la création d’entreprise, un projet qui soit compatible avec leurs valeurs de développement durable. RÉGime est né pour « faire perdre des livres en trop », mais surtout pour donner une deuxième, troisième, même une quatrième vie aux manuels. « Lorsqu’on s’indigne, on entreprend. Faire un projet durable pour l’UdeS, c’est aussi une source de fierté pour nous », souligne Guillaume Lavoie, l’un des étudiants instigateurs du projet.

L’activité ACT101 permet de s’initier à l’entrepreneuriat et aux étapes de création d’une entreprise. Certains projets créés pour l’activité sont sélectionnés par les étudiants pour poursuivre leur démarrage pendant l’activité suivante, ACT201, consacrée au lancement de l’entreprise et à sa gestion. RÉGime a été choisi par le groupe parce qu’il était le plus viable à long terme.

Répondre à un besoin réel

Trouver le livre d’occasion pour un cours précis demande une bonne dose de patience, du temps et beaucoup de chance. Relayées sur Facebook, les annonces de livres d’occasion sont légion, mais les transactions satisfaisantes au moment où on a vraiment besoin du livre ne sont pas toujours au rendez-vous. En regroupant l’ensemble des livres dans un service structuré d’achat et de revente, et en s’associant avec la Coopérative de l’Université pour offrir le service, l’équipe de RÉGime est certaine de répondre adéquatement à un besoin réel.

En plus des valeurs de développement durable, le groupe voulait que son projet ait un impact positif, qu'il redonne à la communauté étudiante. « Nous avons monté une affaire qui ne sera jamais pour notre profit, mais ce sont les étudiants qui vont en bénéficier à long terme, soutient Guillaume Lavoie. La Coop a déjà toute la structure nécessaire pour offrir le bon service. En plus, elle redonne à la communauté universitaire, ce qui rend notre projet encore plus durable à nos yeux. »

Un fonds consacré aux bonnes idées

RÉGime est le 100e projet financé par le Fonds conjoint d’initiatives en développement durable (FCIDD), qui s’adresse autant aux étudiantes et étudiants qu’au personnel de l’Université de Sherbrooke. Ce programme vise à stimuler et à financer des activités et des projets qui, dans une optique de développement durable, ont pour but de modifier les pratiques et de changer les comportements individuels et collectifs. Le FCIDD est financé par l'Université, la FEUS, le REMDUS, l’APAPUS, l’APCUS, l’APPFMUS, le SCCCUS, le SPPUS, Café CAUS et la Coopérative de l’Université de Sherbrooke. Il favorise non seulement les partenariats entre les facultés et les services, mais également les partenariats avec les organismes de la région.

Le Frigo Free Go compte parmi les projets dont le démarrage a été soutenu par le Fonds conjoint d’initiatives en développement durable.
Le Frigo Free Go compte parmi les projets dont le démarrage a été soutenu par le Fonds conjoint d’initiatives en développement durable.
Photo : Fournie

Au fil des ans, le FCIDD a aidé des initiatives comme les jardins sur les campus, Ruche Campus, la coopérative La Déraille, la mise sur pied de l’équipe verte des résidences, des achats écoresponsables pour des groupes étudiants, la tenue de colloques, etc.

Toutefois, lorsque les projets sont en place, il y a souvent d’autres besoins de financement qui émergent pour améliorer des équipements ou encore pour assurer la continuité de l’activité au fil des années. Le mouvement #vertUdeS lancé cet automne a permis de mettre sur pied le nouveau Fonds de soutien aux projets de développement durable, qui, lui, est destiné à la continuité et à la pérennité des projets. « Notre communauté universitaire est créative et innovante, comme le démontre la centaine de projets financés par le FCIDD. Nous espérons que le nouveau fonds de soutien viendra apporter un coup de pouce significatif à ces projets, qui font la fierté de notre institution en matière de développement durable », mentionne la Pre Denyse Rémillard, vice-rectrice à l’administration et au développement durable de l’UdeS.

Le Frigo Free Go est une autre activité de partage et de lutte contre le gaspillage qui a profité du soutien du FCIDD. Lors des dernières Portes ouvertes de l'UdeS, quelques projets étudiants ont été présentés au public, qui devait élire le « coup de cœur des visiteurs ». L’équipe du Free Go a su charmer le public avec ses fruits récupérés du marché Végétarien, offerts en collation, qui ont permis de se sensibiliser au gaspillage alimentaire. Vous ne connaissez pas encore le Frigo Free Go? Allez faire un tour à l’entrée nord des Services à la vie étudiante (SVE), ou voyez les arrivages sur la page Facebook. Vous pouvez aussi y apporter vos surplus.

Le démarrage officiel de la vente de livres d’occasion par RÉGime est prévu pour septembre. D’ici là, la collecte de livres à la fin de cette session et un pilote de boutique éphémère permettront de tester l’entreprise durant la session d’été. Si tout va comme prévu, le service devrait desservir toutes les facultés dès l’automne sous une formule de blitz de vente hors de la Coop. Le Vert & Or s’associe d’ailleurs au projet pour aider en période de pointe.