#CouplesUdeS

Quand l’amour est sans frontières

Photo : Fournie par le couple

Dans le cadre de son cursus à l’Université de Rikkyo à Tokyo, Erika décide, en 2004, de participer à un programme d’échanges et choisi l’Université de Sherbrooke pour y étudier pendant deux sessions. N’ayant jamais mis les pieds au Québec, elle s’installe aux résidences de l’UdeS et se prépare à faire le plein de découvertes et à affronter de gros défis : des études dans une région qu’elle ne connaît pas du tout, le choc des cultures et l’apprentissage d’une nouvelle langue. Peu après son arrivée, elle se lie d’amitié avec Abdou, qui vient du Burkina Faso en Afrique de l’Ouest. Rapidement, Abdou devient un très bon ami et l’aide dans les travaux et l’apprentissage du français. À la fin de l’échange, Erika retourne à Tokyo pour terminer ses études, puis elle entre sur le marché du travail. Malgré la distance, elle garde contact avec certains amis rencontrés à Sherbrooke, dont Abdou, afin de maintenir le niveau de français acquis lors de son séjour au Québec.

Avec le temps, l’amour s’installe entre Erika et Abdou. Pourtant, des obstacles rendent difficile leur histoire : la culture, mais surtout la distance. De 2006 à 2011, ils réussissent pourtant à se voir une ou deux fois par année, à raison de trois à cinq jours seulement chaque fois. Pendant cette longue période, Abdou ne manque aucune occasion d’entretenir la flamme en n’oubliant jamais d’écrire à Erika sur l’heure du midi, pour lui souhaiter bon appétit. L’amour étant plus fort que tout, en 2011, Erika quitte sa famille, ses amis et son travail au Japon et déménage au Canada pour retrouver son amour, Abdou. Ils se marient en janvier 2011, et ne manquent pas de célébrer la noce au Japon, puis au Burkina Faso.

« Aujourd’hui, je vis à Regina en Saskatchewan, avec mon mari et nos deux merveilleux enfants, qui héritent de trois différentes cultures, soit celles du Canada, du Japon et du Burkina Faso. Souvent, j’ai la nostalgie de mon pays. Mes parents et amis me manquent beaucoup. Cependant, je me suis fait de nouveaux amis et surtout, j’ai fondé ma propre famille. Je trouve que la vie est belle. Merci à l’Université de Sherbrooke pour cette rencontre qui a changé ma vie! ».