Élaboration d’une Politique de participation citoyenne

Un groupe de recherche de l'École de politique appliquée consultant pour la Ville de Magog

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, Emmanuel Sfiligoi, étudiant à la maîtrise en politique appliquée, Isabelle Lacroix, directrice de l'École de politique appliquée, Emmanuel Choquette, chargé de cours à l'École de politique appliquée, François Guillette, étudiant à la maîtrise en politique appliquée.
Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, Emmanuel Sfiligoi, étudiant à la maîtrise en politique appliquée, Isabelle Lacroix, directrice de l'École de politique appliquée, Emmanuel Choquette, chargé de cours à l'École de politique appliquée, François Guillette, étudiant à la maîtrise en politique appliquée.
Photo : Ville de Magog

La Ville de Magog a annoncé qu’elle entreprendrait une vaste démarche afin d’élaborer sa première Politique de participation citoyenne. Pour l’accompagner dans cette réflexion, la municipalité travaillera de concert avec une équipe de recherche de l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

Les citoyennes et les citoyens au cœur de la réflexion

À ce stade du projet, la population de Magog est invitée à faire part de ses attentes au chapitre de la participation citoyenne en répondant à un sondage en ligne afin de déterminer de quelles façons et sur quels sujets elle souhaite être consultée. Le sondage est disponible jusqu’au 28 février sur le site Internet de la Ville de Magog.

Des groupes de discussion portant sur le thème de la participation citoyenne seront également organisés au printemps auprès des différents organismes, groupes et partenaires.

Les résultats de cette démarche mèneront ainsi à l’élaboration d’une première Politique de participation citoyenne pour la Ville de Magog, laquelle devrait être adoptée et rendue publique à l’été 2019.

« Nous souhaitons connaître les attentes de la population en matière de participation citoyenne et adopter des mesures qui nous permettront d’améliorer nos pratiques », a indiqué la mairesse de la Ville de Magog, Mme Vicki-May Hamm. « Nous nous questionnons sur les façons d’accroître la participation de la population dans la gestion des affaires municipales et de faciliter l’acceptabilité sociale de différents projets. Avec l’aide des professionnels de l’Université de Sherbrooke, nos façons de faire sont actuellement attentivement analysées. Nous sommes convaincus qu’au terme de cette démarche, nous entamerons un virage important en matière de démocratie participative à Magog. »

Une contribution de l’École de politique appliquée

L’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke accompagnera la Ville de Magog dans la démarche d’élaboration de sa politique de participation citoyenne.

« Un groupe d’étudiantes et d’étudiants ainsi qu’un professionnel de recherche sera associé à cette démarche en vue de la documenter d’un point de vue scientifique et d’envisager sa mise en œuvre en collaboration avec les intervenants de la Ville. Il s’agit d’un enjeu réel et important pour les municipalités, et nous sommes heureux de pouvoir contribuer », a expliqué la professeure et directrice de l’École de politique appliquée, Isabelle Lacroix.

Pour vous, avec vous est le slogan qu’a choisi la Ville de Magog pour cette démarche. Il reflète la volonté qu’ont les membres du conseil municipal et du personnel de travailler de concert avec la population pour développer un milieu de vie et offrir des services qui correspondent aux besoins et aux attentes des Magogoises et des Magogois.

« Dans nos sociétés contemporaines, les populations n’ont jamais été autant consultées et pourtant nous n’avons jamais eu autant de retour d’insatisfaction. Les processus participatifs doivent donc être pensés en fonction de la réalité du terrain », précise la professeure Lacroix.

Rappelons que la séance d’idéation qui a eu lieu le 29 janvier dernier pour imaginer le développement du secteur de la sortie 118 a également été organisée dans le cadre de cette démarche. « Il s’agissait de la phase 1 du processus lors de laquelle nous souhaitions aborder une consultation publique sous un angle différent. Nous avons l’habitude de consulter les citoyens sur un projet précis. Cette fois, nous avons fait l’inverse en les consultant sur le développement d’un secteur donné pour savoir ce qu’ils souhaitent, ou non, voir à cet endroit », a expliqué la mairesse, Vicki-May Hamm.