Compétition québécoise d’ingénierie 2019

Sherbrooke offre une solide performance

Délégation sherbrookoise 2019
Délégation sherbrookoise 2019
Photo : Délégation sherbrookoise CQI 2019

Lors la 35e édition de la Compétition québécoise d’ingénierie qui a eu lieu du 24 au 27 janvier dernier à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, à Rouyn-Noranda, les 21 étudiants et étudiantes de la délégation sherbrookoise se sont illustrés en raflant deux premières positions, soit en conception senior et en design innovateur, pour se mériter un laisser-passer à la Compétition canadienne d’ingénierie qui se déroulera à l’Université de Waterloo du 1er au 4 mars prochain. Les défis présentés lors de la CQI 2019 ont requis de la part des futurs ingénieurs un niveau très relevé de débrouillardise où ils ont mis à profits leurs talents en conception, vulgarisation et communication. « Pour tirer son épingle du jeu, il faut être créatif en très peu de temps, huit heures en ce qui nous concerne pour notre défi lors de l’épreuve de génie-conseil où nous avons terminé quatrième », commente Pierre-Olivier Reneault, étudiant au baccalauréat en génie mécanique.

L’équipe de conception senior composée de Valérie Gauthier, Marc-Antoine, Cédric Godin et Alexandre Guilbault, tous étudiants en génie électrique, a conçu en seulement douze heures un véhicule télécommandé pour recueillir les plus grandes quantités de ressources possibles. « Nous sommes très satisfaits de notre performance compte tenu que nous avons très bien géré le stress, notre plus grand accomplissement dans les circonstances » explique fièrement Valérie Gauthier.

Jonathan Delisle, Olivier Julien, Maxime Lamoureux et Francis Roy formaient l’équipe de conception junior. Ils en ont mis plein la vue en offrant une performance marquée par la constance. En huit heures, les quatre étudiants en génie robotique ont conçu un prototype pouvant monter des écrous de différentes masses sur une hauteur donnée. En plus d’être l’équipe ayant conçu le prototype le moins coûteux, selon des prix fictifs établis dans le cahier des charges, elle a été la seule à réaliser un essai sans faute, en exécutant dix levées identiques en deçà du temps requis.

Le projet Hoola, la machine-outil qui ramasse le microplastique sur les plages d’HawaÏ, a obtenu une autre très belle reconnaissance en se démarquant auprès des juges par son caractère social et environnemental. Les représentants de cette équipe, Dany Audette, Jean-David Lantagne et François Pontbriand, ont pu gravir la plus haute marche du podium lors de cette épreuve de design innovateur.

Soulignons l’excellente prestation de Béatrice Laroche en communication scientifique. Cette nouvelle diplômée en génie mécanique a grimpé sur la troisième marche du podium dans le cadre de cette épreuve, un fait d’armes puisque Sherbrooke n’a pas gravi l’une de ces trois marches depuis 2012. L’étudiant à la maîtrise en génie électrique, Julien Rossignol, a reçu de son côté le prix « Développement technologique » pour l’excellente présentation de ses recherches sur la tomodensitométrie à temps de vol de photons.

En 2019, la délégation sherbrookoise a dépassé ses objectifs de l’aveu même des chefs de la délégation, Roberta-Noémie Bonin et Simon Milhomme : « Notre esprit d’équipe a fait toute la différence. La grande famille que nous formions a vécu la fébrilité des victoires et l’amertume des défaites. »

À propos de la CQI

Depuis maintenant plus de 34 ans, la Compétition québécois d’ingénierie rassemble près de 240 futurs ingénieurs des différentes écoles et facultés de génie du Québec. Ils se livrent de chaudes luttes épiques où ils mettent leur savoir-faire à profit dans une ambiance festive et joviale. En plus d’utiliser les connaissances acquises lors de leur formation académique respective, les participantes et participants doivent développer des compétences transversales en prenant part à divers projets extracurriculaires retrouvés dans les nombreux clubs étudiants existants au sein de toutes ces institutions d’enseignement.