Création d’une réserve naturelle au parc du Mont-Bellevue

Les propriétaires et différents groupes d’usagers forment une alliance

Le maire de la Ville de Sherbrooke, Steve Lussier et le recteur de l'Université de Sherbrooke, Pierre Cossette, étaient entourés des représentants des différents groupes d’usagers du parc du Mont-Bellevue à l'occasion de la signature de l'entente.
Le maire de la Ville de Sherbrooke, Steve Lussier et le recteur de l'Université de Sherbrooke, Pierre Cossette, étaient entourés des représentants des différents groupes d’usagers du parc du Mont-Bellevue à l'occasion de la signature de l'entente.

Photo : Michel Caron - UdeS

L’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke sont heureuses d’annoncer la création d’une alliance avec différents groupes d’usagers du parc du Mont-Bellevue.

Les regroupements de vélo de montagne, des défenseurs des espaces verts et des marcheurs ainsi qu’une institution scolaire adjacente au parc sont maintenant réunis autour d’une même table avec l’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke. Tous les acteurs travaillent maintenant conjointement afin de créer une réserve naturelle au parc du Mont-Bellevue tout en consolidant les différents usages de façon harmonieuse.

« Cette alliance positionne notre ville et notre université comme des leaders en développement durable. Elle démontre que nous sommes capables de concilier les enjeux liés au développement du vélo de montagne, à la saine cohabitation entre les différents usagers en milieux sensibles et à la protection des milieux naturels », se réjouit le recteur de l’Université de Sherbrooke, Pr Pierre Cossette.

« Au cours des derniers mois, le projet de création d’une réserve naturelle avait opposé des adeptes du vélo de montagne et des défenseurs de l’environnement. Tout le monde a reconnu depuis la nécessité de travailler en synergie et a fait preuve d’ouverture dans le but que Sherbrooke devienne une destination verte du vélo de montagne. Cela démontre que nous pouvons faire de grandes choses à Sherbrooke et j’en suis très fier », indique de son côté le maire de Sherbrooke, M. Steve Lussier.

De grands principes

Tous les partenaires se sont entendus sur de grands principes et ont signé une entente en ce sens aujourd'hui. « Maintenant, laissons le temps aux membres de l’alliance de nous proposer des solutions concertées et novatrices », précise le recteur de l’Université de Sherbrooke.

Ainsi, l’Université de Sherbrooke accepte qu’un sentier de vélo de montagne traverse la zone protégée de la future réserve naturelle afin de relier les terrains du Collège du Mont-Sainte-Anne aux nombreux sentiers déjà autorisés situés du côté du mont Bellevue.

L’emplacement exact du sentier reste à définir et devra respecter des critères préétablis ainsi que les règles d’une réserve naturelle telles que définies par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Ce sentier pourrait contourner le mont J.S-Bourque ou passer par son sommet selon les résultats des travaux de l’alliance.

Une réévaluation de l’ensemble des sentiers pédestres dans la zone protégée est également nécessaire et déjà entamée. La marche et la course à pied pourraient être autorisées dans certains sentiers informels du mont J.S.-Bourque, tandis que des sentiers formels pourraient être fermés en raison de leur piteux état. L’ensemble de cette analyse se fera au cours des prochains mois à partir des préoccupations adressées par différents intervenants dont les clubs de vélo, le Club de trail Le Coureur et d’autres usagers.

L’Université de Sherbrooke consent aussi à permettre le développement de nouveaux sentiers de vélo de montagne sur ses terrains situés à l’extérieur de la réserve naturelle, non loin de son centre sportif et du Collège du Mont-Sainte-Anne, ainsi que dans le Parc Innovation. Certains sentiers de vélo de montagne seront aussi consolidés dans la zone de transition, du côté du mont Bellevue.

L’ensemble des travaux de reconfiguration des sentiers vise à assurer une cohabitation harmonieuse entre tous les usagers. Cette cohabitation nécessitera d’importantes mesures de sensibilisation et de surveillance, mesures auxquelles tous les partenaires s’engagent à contribuer à la hauteur de leurs capacités. L’Université de Sherbrooke est propriétaire de 75 pour cent du parc du Mont-Bellevue tandis que la Ville de Sherbrooke détient l’autre 25 pour cent, principalement du côté de la montagne de ski.

Des sites alternatifs pour le vélo de montagne

De son côté, la Ville de Sherbrooke compte consolider et développer, en fonction de ses disponibilités budgétaires, de nouveaux sentiers de vélo de montagne sur des terrains lui appartenant afin d’assurer le développement écoresponsable de ce sport.

La Ville accompagnera les clubs dans leurs démarches auprès de propriétaires privés et souhaite que Sherbrooke soit reconnue comme une destination de vélo de montagne. Elle s’assurera également de l’affichage et du respect des règles à l’intérieur de la zone protégée de la réserve naturelle du parc du Mont-Bellevue.

Des activités de reboisement

Pour leur part, le club de vélo de montagne Dalbix et l’organisme Sentiers Sherbrooke s’engagent notamment à déployer des efforts raisonnables pour mobiliser efficacement leurs membres afin que ceux-ci respectent les règles d’une réserve naturelle. Ces deux groupes, représentant les adeptes du vélo de montagne, collaboreront aussi à la régénération de la zone protégée de la réserve lors des activités de reboisement des sentiers informels.

L’Association citoyenne des espaces verts de Sherbrooke contribuera elle aussi à la régénération des sentiers informels.

Tous ces partenaires ont reconnu la nécessité de rédiger et de signer une charte environnementale intitulée « Les amis de la réserve du parc du Mont-Bellevue ». Cette charte visera le maintien à long terme des usages dans un souci de saine cohabitation, d’équité et de respect du milieu naturel, tout en reconnaissant le privilège qui est offert d’accéder à ce territoire précieux.

Précisons que le Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB) sera appelé à jouer un rôle déterminant dans la gestion et la pérennité de l’alliance. D’autres membres s’ajouteront à cette alliance au cours des prochains mois.

Une démarche évolutive

L’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke adopteront des résolutions au début de 2019 afin que la demande de reconnaissance d’une réserve naturelle pour le parc du Mont-Bellevue soit officiellement déposée au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Le Ministère et l’organisme Corridor appalachien accompagneront les partenaires dans cette démarche évolutive. Celle-ci devrait être finalisée à l’hiver 2019.