Formation et stage

Lorsque la physiothérapie et l’orthopédie partagent leurs expertises au bénéfice des patients

Christophe Lavoie et le professeur François Cabana
Christophe Lavoie et le professeur François Cabana
Photo : UdeS - Martin Blache

Des chirurgiens orthopédistes et des physiothérapeutes partageant comme champ d’expertise le système musculo-squelettique travaillent maintenant ensemble afin d’offrir une meilleure accessibilité aux soins de santé et d’améliorer la qualité des soins prodigués aux patients. Regard sur une collaboration inédite et attrayante entre le Service d’orthopédie du CIUSSS de l’Estrie-CHUS et le programme de physiothérapie de l’Université de Sherbrooke.

En 2017, le Pr François Cabana, chirurgien orthopédiste et professeur à la FMSS, et le Pr Michel Tousignant, directeur de l’École de réadaptation, ont partagé leur intérêt réciproque de tenter une expérience novatrice pour permettre à un étudiant finissant en physiothérapie de réaliser un stage collaboratif dans un contexte de triage des conditions chirurgicales pour les patients suivis en clinique externe d’orthopédie.

Devant la charge de travail grandissante des médecins généralistes et, par conséquent, possiblement aussi d'une plus grande méconnaissance envers le système musculo-squelettique, beaucoup de patients sont référés en orthopédie, souligne le chirurgien. Souvent, à la lumière de nos évaluations, le traitement chirurgical n'est pas indiqué ou du moins, il ne l'est pas encore.

Lorsqu'il n'y a pas d'indication chirurgicale, les patients, qui ont souvent attendu plusieurs mois, voire parfois plus d'une année, n'ont peut-être pas, pendant cette période d'attente, pu bénéficier de la meilleure stratégie de traitements.

En travaillant de pair avec des physiothérapeutes dans nos cliniques externes, l'évaluation des patients en attente pourrait se faire beaucoup plus rapidement, précise le Pr Cabana. Du même coup, nous pourrions leur assurer une meilleure prise en charge.

L’idée a fait son chemin et le directeur du programme de physiothérapie, Pr Yannick Tousignant-Laflamme s'est, par la suite, joint à ce projet audacieux.

L’idée initiale fut d’intégrer un stagiaire en physiothérapie en fin de formation au sein des cliniques externes d’orthopédie afin de participer, de façon collaborative, au processus de triage et de prise en charge des patients qui consultent le chirurgien orthopédiste. Pour ce faire, l’équipe s’est intéressée initialement à une clientèle avec problématique d'arthrose du genou, de la hanche ou encore, avec une problématique de douleur à l'épaule. Dans ce contexte de collaboration, le stagiaire devait être à même de déterminer si un traitement chirurgical était à envisager ou encore, orienter la prise en charge non chirurgicale.

Certaines initiatives avaient déjà été tentées ailleurs au pays, avec de bons résultats, mais par l’implication de physiothérapeutes ayant un bagage de plusieurs années d'expérience clinique.

Nous avons fait l’hypothèse qu’avec le rehaussement de la formation depuis les dernières années, nos finissants possèdent les compétences de base pour rendre plus efficient le triage des pathologies musculo-squelettiques en clinique externe d’orthopédie, explique le Pr Tousignant-Laflamme.

Un étudiant de 4e année, Christophe Lavoie a donc commencé un stage de sept semaines. Les trois premières semaines étaient réservées à un processus d'observation en clinique et à une formation par différents chirurgiens sur les problématiques en cause.

Puis, M. Lavoie a été plongé en situation de contact direct et de processus de décisions sur les pathologies du genou, de la hanche et de l'épaule. Il était important de restreindre le stage qu'à certaines pathologies à incidence élevée, l'éventail de pathologies couvertes par les chirurgiens orthopédistes en clinique étant trop large de prime abord.

Ce stage novateur a suscité chez moi un grand intérêt et m’a amené à me dépasser, explique Christophe Lavoie. En tant qu’étudiant, collaborer si étroitement avec les chirurgiens dans un contexte de triage m’a apporté une meilleure compréhension du continuum qui unit nos pratiques respectives.

Jouer un rôle de plus en plus actif en première ligne

Le stage de Christophe nécessitait un certain degré d’autonomie. Christophe évaluait seul le patient en procédant à une anamnèse et à un examen physique complet spécifique à la pathologie en cause. Il effectuait par la suite une analyse des résultats d'imagerie disponibles et devait indiquer son impression diagnostique et son avis quant au besoin d’une intervention chirurgicale ou, sinon, suggérer un traitement conservateur optimal. Une corrélation était ensuite faite avec la propre évaluation que l'orthopédiste faisait lui-même de ce patient.

En plus de sa grande compétence, Christophe Lavoie a été très près des patients, il est très empathique et méthodique, souligne Pr Cabana. Il prenait le temps de bien expliquer aux gens et s’assurait de bien se faire comprendre. Il a été à même d'évaluer près de 85 patients pendant les 4 semaines attribuées.

Pr Yannick Tousignant-Laflamme, Christophe Lavoie,Pr François Cabana et Pr Michel Tousignant
Pr Yannick Tousignant-Laflamme, Christophe Lavoie,
Pr François Cabana et Pr Michel Tousignant
Photo : UdeS - Martin Blache

L’expérience a été simultanément intégrée dans un projet de maîtrise de recherche réalisé par un étudiant en médecine, le Dr David Yin. Cette étude, également codirigée par les professeurs Tousignant, Tousignant-Laflamme et Cabana, a démontré une très grande adéquation entre le jugement de l’étudiant finissant en physiothérapie et celui de l’orthopédiste.

On sait depuis longtemps que les suivis postopératoires en physiothérapie sont bénéfiques pour les patients, mais notre rôle en préopératoire fait partie des nouveaux rôles que peuvent assumer les physiothérapeutes dans différents réseaux de soins de santé au pays ou ailleurs dans le monde, souligne le Pr Yannick Tousignant-Laflamme.

Le plus beau dans cette aventure c'est le travail de collaboration professionnelle entre les orthopédistes et les physiothérapeutes, mentionne le Pr Michel Tousignant.

Forts des succès de ce projet mené à l’automne 2017, le Pr Cabana et le Service de chirurgie orthopédique ont incité le Pr Tousignant à mettre en place une offre de stage qui pourrait éventuellement évoluer vers une formation spécifique pour des physiothérapeutes intéressés à acquérir une expertise clinique au niveau du triage. Ces physiothérapeutes pourraient éventuellement jouer un rôle plus actif en première ligne, dans la gestion des pathologies du système musculo-squelettique, au sein des cliniques externes hospitalières, mais également au sein des regroupements de médecins de famille.

À l'automne 2018, un premier stage a été offert dans le domaine de la reconstruction du genou et de la hanche et un autre stage est actuellement en cours en chirurgie du rachis et en orthopédie pédiatrique.

Une volonté de pérenniser ce type de stage novateur est exprimée par les orthopédistes et les responsables du programme de physiothérapie. Dès la complétion de ce 2e stage en cours, une réévaluation de tout le processus devra être effectuée par tous les intervenants du milieu, mais on voit déjà les retombées positives, particulièrement pour les patients!