Investissement responsable

La Fondation et le Régime de retraite s’unissent pour changer les pratiques

Photo : UdeS

Dans la foulée du déploiement de son Plan de développement durable 2018-2022, l’UdeS lance aujourd’hui sa stratégie d’investissement responsable. Alors que nombreuses sont les revendications étudiantes enjoignant l’institution de retirer ses investissements dans l’industrie pétrolière, cette stratégie arrive à point nommé. Si le désinvestissement des énergies fossiles ne concerne toutefois souvent que quelques points de pourcentage d’un portefeuille d’investissement, les démarches qu’ont choisi d’entreprendre la Fondation et le Régime de retraite de l’Université interpellent l’ensemble des pratiques d’investissement. Un souci particulier est ainsi accordé à la mesure et à la réduction de l’impact carbone, et ce, pour l’ensemble des portefeuilles d’investissement.

Sensible à la fois aux préoccupations étudiantes ainsi qu’à l’importance croissante que prend l’investissement responsable au sein de nos sociétés comme dans les universités, la direction de l'UdeS a souhaité établir un dialogue constructif sur le sujet de l’investissement responsable et du désinvestissement des énergies fossiles. La formation du comité investissement responsable à l’automne 2017 a été la première étape pour y parvenir. Des membres de la direction, des représentants du Régime de retraite (RRUS) et de la Fondation de l’UdeS (FUS), des étudiants et deux professeurs spécialistes sont réunis au sein de ce comité, dont le fruit des travaux est présenté dans la nouvelle Stratégie d’investissement responsable.

« Partenaires de l’Université, la FUS et le RRUS sont des entités autonomes en matière de décision d’investissement. C’est donc de plein gré qu’elles embarquent dans ce mouvement, et des actions sont déjà en œuvre », se réjouit la vice-rectrice à l'administration et au développement durable, Denyse Rémillard, qui est aussi membre du comité d’investissement responsable.

Exclusion des titres de compagnies dans le charbon

Au printemps 2018, la Fondation de l'Université de Sherbrooke a adopté un plan d’action en matière d’investissement responsable sur un horizon de cinq ans afin d’intégrer de manière ordonnée et graduelle des pratiques exemplaires à même ses portefeuilles. La signature des Principes d’investissement responsable (PRI) de l’ONU a été avalisée à la dernière rencontre du conseil d’administration de la FUS. En outre, le plan de la FUS prévoit notamment l’exclusion des titres des compagnies dans le charbon et l’accompagnement des gestionnaires de la FUS à améliorer de façon continue leurs pratiques d’investissement. La mesure de l’impact carbone des portefeuilles de la FUS est également prévue.

Miser sur l’environnement, le social et la gouvernance

Le RRUS exerce ses droits de vote selon une politique prônant les meilleures pratiques de gouvernance, et ce, depuis 2006. Lors de son assemblée générale de septembre 2018, le RRUS a présenté à ses membres son premier rapport d'investissement responsable. Ce rapport s’inscrit dans la démarche entamée en 2017, où le RRUS a adopté des principes d’investissement responsable selon lesquels il favorise l’intégration des facteurs environnemental, social et de gouvernance (ESG) pour le choix des titres par ses gestionnaires de portefeuille. Il s’est également engagé à présenter à ses bénéficiaires un rapport d’investissement responsable annuel. La mesure de l’impact carbone est également au chapitre des préoccupations du RRUS.

Un laboratoire d’investissement responsable

Photo : UdeS

La Stratégie d’investissement responsable prévoit également des activités de sensibilisation et de formation à l’investissement responsable pour la communauté universitaire. Des actions sont également prévues pour mettre à profit l’expertise de ses chercheurs et des travaux étudiants au service de la FUS et du RRUS et, inversement, permettre que des étudiants aient accès à ces organisations où l’apprentissage et l’expérimentation peuvent se déployer. D’ailleurs, le Fonds d’investissement étudiant de l’UdeS (FIEUS) en est un exemple concret. Sous la supervision de professeurs, ce groupe d’étudiantes et d’étudiants agit comme un gestionnaire de la FUS et de la Fondation de recherche en administration de l’UdeS. Avec un actif à gérer de plus de 480 000 $, le développement durable et la bonne gouvernance font partie intégrante de l’analyse faite par le FIUS pour ses décisions d’investissement.