Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance clinique des services de première ligne

Innover pour améliorer l’accès aux services de première ligne

La professeure Mylaine Breton, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance clinique des services de première ligne.
La professeure Mylaine Breton, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance clinique des services de première ligne.
Photo : UdeS - Martin Blache

L’accès aux services de première ligne est un enjeu majeur dans le réseau de la santé. La professeure Mylaine Breton, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance clinique des services de première ligne, cherche à mieux comprendre les innovations prometteuses pour améliorer l’accès à ces portes d’entrée dans le système de santé. Elle est l’une des rares femmes à être titulaire d’une chaire de recherche au Canada. Elle bénéficiera de 500 000$ sur 5 ans pour poursuivre ses recherches de haut niveau. Les chaires de niveau 2, d'une durée de cinq ans et renouvelables une fois, sont détenues par des nouveaux chercheurs exceptionnels qui sont reconnus par leurs pairs comme étant susceptibles de devenir des chefs de file dans leur domaine.

De gauche à droite, lors de la conférence de presse : Dominique Dorion, doyen de la FMSS,  Richard Deschamps, PDG du CISSS Montérégie-Centre, Mylaine Breton, titulaire de la Chaire, Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l'UdeS et Nathalie Rivard, vice-doyenne aux études supérieures, à la recherche et à l’innovation de la FMSS.
De gauche à droite, lors de la conférence de presse : Dominique Dorion, doyen de la FMSS,  Richard Deschamps, PDG du CISSS Montérégie-Centre, Mylaine Breton, titulaire de la Chaire, Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures de l'UdeS et Nathalie Rivard, vice-doyenne aux études supérieures, à la recherche et à l’innovation de la FMSS.
Photo : UdeS - Martin Blache

« Mon objectif ultime est de faire progresser les connaissances sur les innovations en première ligne, en partenariat avec les gestionnaires et les professionnels de la santé, dont les médecins et les infirmières, afin de soutenir la transformation des services de première ligne », explique Mylaine Breton, professeure en sciences de la santé communautaire à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et chercheuse au Centre de recherche Charles-Le Moyne - Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les innovations en santé.

L’accès aux services de première ligne a un impact extrêmement important sur toutes les autres composantes du réseau de la santé. « Nous sommes particulièrement fiers du lancement de cette chaire qui permettra de mieux orchestrer les soins de santé au bénéfice de la population », se réjouit Jean-Pierre Perreault, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures.

Étudier, se comparer

La professeure Breton s’intéresse aux guichets d’accès à un médecin de famille au Québec et compare la performance des guichets mis en place dans sept provinces canadiennes. Elle s’intéresse aussi à l’accès à un médecin en temps opportun et plus spécifiquement à la possibilité pour les patients de voir un médecin le jour même ou le lendemain. Où sont-ils plus accessibles et pourquoi? Ce sont quelques questions auxquelles le travail de la professeure Breton apporte des réponses.

Monsieur Richard Deschamps, PDG du CISSS Montérégie-Centre.
Monsieur Richard Deschamps, PDG du CISSS Montérégie-Centre.

Photo : UdeS - Martin Blache

« Nous sommes très fiers de pouvoir travailler avec Mylaine Breton au centre de recherche et au laboratoire de recherche et d’innovations en gouvernance clinique que nous avons mis sur pied avec l’Université de Sherbrooke. Les recherches de Mylaine sont extrêmement précieuses pour nous permettre d’améliorer nos performances », fait valoir monsieur Richard Deschamps, président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre.

Soutenir l’équité et la diversité comme facteurs stratégiques d’excellence

L’Université de Sherbrooke s’est engagée à répondre aux objectifs fixés par le Programme des chaires de recherche du Canada (PCRC) en matière d’équité, de diversité et d’inclusion en recherche. Elle contribue ainsi à la formation d’une main-d’œuvre qualifiée qui tire parti de tous les talents, sans en exclure : il s’agit d’une question de justice sociale, de créativité et de vitalité économique. « L’Université de Sherbrooke est engagée à soutenir de façon prioritaire l’équité et la diversité comme facteurs stratégiques d’excellence. D’ici 2019, nos titulaires de chaires de recherche du Canada seront représentatifs du bassin de disponibilité des chercheuses et chercheurs pour les groupes désignés, avec l’objectif de maintenir ces seuils de représentation par la suite. Ainsi, l’UdeS a comme objectif de devenir un chef de file en matière d’équité », soutient le vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, Jean-Pierre Perreault.