Concours Pierre-Péladeau en démarrage d'entreprises

Les étudiants de l'UdeS raflent la moitié des prix

Les étudiants au doctorat en génie de l’Université de Sherbrooke, Jean-François Dufault et Dino Mehanovic, ont remporté le 1er prix d’une valeur de 100 000 $, pour le démarrage de leur entreprise C-SAR.

Faciliter et accélérer la création d’entreprises innovantes, l’Université de Sherbrooke met tout en œuvre pour y arriver. Et ça fonctionne! C’est ce que confirment une fois de plus les résultats du prestigieux concours Pierre-Péladeau 2018 visant à soutenir la relève entrepreneuriale.

Des équipes de l’UdeS ont raflé pas moins que deux des quatre bourses offertes par Québecor. D’abord, les étudiants au doctorat en génie Jean-François Dufault et Dino Mehanovic ont remporté le 1er prix, d’une valeur de 100 000 $, pour le démarrage de leur entreprise C-SAR. Puis, Mathieu Kirouac, étudiant au doctorat en génie, fait partie de l’équipe ayant remporté le 4e prix, soit une bourse de 15 000 $ en lien avec l’entreprise Glacies Technologies.

C-SAR : produire de l’hydrogène plus propre et moins cher

L'équipe de C-SAR, Jean-François Dufault et Dino Mehanovic, en compagnie de Pierre Laurin, président du jury des bourses Pierre-Péladeau, et de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor
L'équipe de C-SAR, Jean-François Dufault et Dino Mehanovic, en compagnie de Pierre Laurin, président du jury des bourses Pierre-Péladeau, et de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor
Photo : Fournie, Québecor

Les jeunes entrepreneurs Jean-François et Dino se disent fiers d’avoir remporté ce prix pour une innovation qu’ils ont développée à l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique (3IT).

Ce montant servira à accélérer la commercialisation de notre technologie, soit le réacteur solaire C-SAR. Celui-ci permet de synthétiser de l’hydrogène à un prix concurrentiel, tout en utilisant les rayons du soleil comme source d’énergie pour réduire les émissions de carbone.

Le réacteur solaire C-SAR
Le réacteur solaire C-SAR
Photo : Fournie

L’équipe souhaite jouer un rôle clé dans la transition tant souhaitée vers les énergies « vertes » grâce à ce réacteur utilisant une source d’énergie renouvelable pour produire de l’hydrogène plus propre et moins cher. Le produit pourra répondre aux besoins de deux secteurs industriels en particulier: les producteurs d’engrais et les raffineries.

Accompagnement exemplaire à l'UdeS

Selon les récipiendaires, l’obtention du prix est directement lié à l’accompagnement exemplaire reçu à l’UdeS pour soutenir leur projet entrepreneurial. Alors que le projet n’en était qu’à ses débuts, l’équipe a d’abord pu compter sur le soutien des professeurs Mathieu Picard, Luc Fréchette et Nadi Braidy. Puis, ils ont participé au concours entrepreneurial Createk 25K et ont remporté le 1re prix en 2017.

En plus de leur procurer un fond d’amorçage intéressant ainsi qu’une plus grande crédibilité, Jean-François et Dino disent avoir reçu un inestimable appui de la part de l’organisation du concours pour monter un modèle d’affaires optimal et comprendre leur marché. Le concours leur a de plus permis de se faire connaître par l’Accélérateur de création d’entreprises technologiques (ACET), qui les soutient actuellement pour concrétiser leur projet.

En parallèle à leur doctorat, les deux étudiants poursuivent d’ailleurs le programme de formation de 2e cycle en création de projets d‘entreprise technologique, conçu spécifiquement pour aider les chercheurs à faire le pont entre leurs recherches et l’industrie.

Ghyslain Goulet, président-directeur général de l’ACET, se dit d’ailleurs très heureux que l’équipe de C-SAR ait remporté le premier prix grâce à son magnifique projet de microréacteur à l’énergie solaire.

Il s’agit sans contredit d’un projet ambitieux et innovant. De plus, c’est la troisième fois qu’une entreprise de l’ACET remporte ce prestigieux prix. C’est donc un sentiment de grande fierté qui nous anime aujourd’hui.

Glacies technologies : empêcher la neige de fondre

Les étudiants en génie Mathieu Kirouac et Maxim Bergeron, en compagnie de Pierre Laurin, président du jury des bourses Pierre-Péladeau, et de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor
Les étudiants en génie Mathieu Kirouac et Maxim Bergeron, en compagnie de Pierre Laurin, président du jury des bourses Pierre-Péladeau, et de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor
Photo : Fournie, Québecor

Mathieu Kirouac, étudiant au doctorat en génie, fait partie de l’entreprise qui a remporté le 4e prix du concours Pierre-Péladeau, avec son collègue Maxim Bergeron. Leur entreprise Glacies Technologies vise à proposer des solutions novatrices de stockage de glace aux grands consommateurs de réfrigération. L’objectif est de réduire le coût de production de froid pour, par exemple, des salles de serveurs ou de grands bâtiments. Leur technologie a également des retombées dans le domaine du ski puisque leurs produits permettent de conserver la neige de l’année précédente et de commencer la nouvelle saison à date fixe.

Glacies Technologies a pris naissance dans l’incubateur Createk de l’UdeS. « Pour Glacies, le simple fait d’avoir été remarqué par le jury du comité de la prestigieuse bourse Pierre-Péladeau est absolument extraordinaire et pousse l’entreprise à poursuivre dans cette voie. Le stockage de glace est une des méthodes de stockage d’énergie qui va permettre d’accroître la proportion des énergies renouvelables et Glacies est très fier d’y participer », affirment les entrepreneurs.

Récipiendaires du Prix Pierre-Péladeau à l’UdeS

2016 : 1er prix 50 000 $ remporté par Dragan Tutic et Renaud Lafortune de l’UdeS

Grâce à des unités de dessalement autonomes, Oneka Technologies produit de l’eau potable avec le mouvement des vagues comme unique source d’énergie.

2015 : 2e prix 30 000 $ remporté par Étienne Crevier, de l’Université de Sherbrooke, Matthew Starek et Michel Cameron

BiogeniQ est en mesure de produire des profils génétiques personnalisés applicables à différents champs de la médecine préventive personnalisée, telles la pharmacologie, la nutrition ou encore la cardiologie.

2014 : 1er prix 50 000 $ remporté par Philippe Beauchamp et Rami Jarjour, de l’Université de Sherbrooke

IngeniArts Technologies Inc. conçoit, développe et commercialise des batteries pour le secteur du transport hybride et électrique.