Projet scientifique de calibre mondial

Le Pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle : une stratégie de recherche interdisciplinaire axée sur le patient

Le 1er juin dernier, le Gouvernement du Québec annonçait qu’il versait la somme de 35 479 048 $ à l'Université de Sherbrooke pour soutenir la construction, au coût de 39 421 164 $, du Pavillon de médecine de précision et de recherche translationnelle (PMPRT). Ce pavillon de recherche de la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) accueillera une cinquantaine de chercheurs du domaine de la médecine de précision ainsi que leurs équipes et leurs équipements de pointe dans un environnement moderne, fonctionnel et favorisant les collaborations et la synergie. Le nouveau bâtiment sera érigé au cœur du Parc biomédical de Sherbrooke et communiquera avec les autres édifices par le biais de passerelles aériennes.

Dans les faits, la FMSS est une pionnière en informatique de la santé. Ses équipes de chercheurs travaillent à l’élaboration d’une vaste base de données de recherche tirées du dossier informatisé de patient du CHUS depuis plus de 25 ans, bien avant que cet outil devienne la norme. Depuis presque trois décennies, la base de données CIRESSS emmagasine des centaines de milliers de données cliniques et épidémiologiques, de façon anonyme et hautement sécurisée. Grâce au projet scientifique du PMPRT, cette base de données sera couplée à une foule d’autres bases de données de recherche portant sur d’autres déterminants de la santé (tels l’environnement, les habitudes de vie, les facteurs biologiques, sociaux-économiques et démographiques, etc.) des patients de l’Estrie. Ces données, sauvegardées et protégées dans plusieurs nuages informatiques, seront accessibles à l’ensemble des chercheurs du réseau de l’Université de Sherbrooke.

Nous sommes à l’avant-garde du numérique de la santé et de l'intégration des données, explique le doyen de la FMSS, PrDominique Dorion. Nous nous distinguons de la plupart des grands projets de recherche en santé qui sont menés ailleurs et qui portent sur les profils et les déterminants génétiques. Grâce à l’intégration des grandes bases de données à notre disposition, nous sommes en mesure de faire de la recherche de façon différente : nous intégrons l’ensemble des autres déterminants de la santé aux profils génétiques. Cette façon de faire permet de proposer et d’explorer des hypothèses inédites. Notre objectif est de rassembler une diversité d’experts en médecine, en informatique, en sciences fondamentales pour oser aller plus loin et transformer la recherche en formant une nouvelle génération de chercheurs capables d’aider encore plus efficacement les professionnels de la santé et les patients.

Toutes les 24 heures, des données en provenance de notre réseau sont basculées dans une base de données imposante, CIRESSS. Mais il y a aussi de nombreuses autres bases de données en recherche comme celles des études NuAge et de l’ELCV (deux bases de données sur le vieillissement de la population – une autre des grandes forces en recherche de la FMSS).

Pour soutenir ce type de recherche, la FMSS offre un programme de formation en informatique de la santé pour les professionnels de la santé. Ce programme est le seul disponible en français en Amérique du nord et permet de développer une approche standardisée et une gestion appropriée de l’information afin d’appuyer les décisions cliniques dans différents contextes de soins.

Le nuage informatique de la santé du PMPRT : une mine d’or de données et d’information

Qu’est-ce qu’il y a dans cette mine d’or? Des milliers et des milliers de données biologiques et cliniques anonymes d’individus qu’il est possible de croiser avec des informations portant sur d’autres déterminants de la santé comme les habitudes de vie, les facteurs environnementaux, les données socio-économiques, démographiques ou géographiques. Ces renseignements sont essentiels aux chercheurs pour valider ou corroborer des hypothèses de recherche, par exemple, comprendre pourquoi un traitement donné fonctionne mieux pour une personne plutôt qu’une autre. Ce type de recherche permettra de davantage personnaliser la médecine, et d’offrir le bon traitement, à la bonne personne, au bon moment. Grâce à l’intégration de cette supra-plateforme de recherche numérique, branchée sur toutes les composantes du réseau universitaire en santé, les équipes de recherche de la FMSS auront les outils nécessaires pour valider les résultats de leurs recherches et ainsi raffiner les approches diagnostiques, préventives et thérapeutiques.

De plus, la grande quantité et qualité de données accessibles aux équipes de recherche et aux chercheurs leur permettra de réaliser des études secondaires à partir de données déjà collectées par d'autres équipe de recherche dans le cadre d’autres études.

Nous allons utiliser nos forces en informatique de la santé pour soutenir le développement de la médecine de précision et de la recherche transrationnelle au Québec, explique la vice-doyenne aux études supérieures, à la recherche et à l’innovation, PreNathalie Rivard. Concrètement, le pavillon nous permettra d’offrir aux chercheurs un guichet unique d’accès, à des fins de recherche, à cet important gisement de données pour réaliser de très puissantes études secondaires. Et c’est très excitant! ».

La médecine de précision et la recherche translationnelle au cœur de l’informatique de la santé

Le Pavillon de recherche permet d'accélérer la réalisation de la médecine de précision, et de passer à une médecine qui s'adapte davantage à chaque personne en lui assurant le bon traitement, au bon moment. Il sera un véritable incubateur de nouvelles idées et permettra à la région de profiter des retombées économiques du développement du numérique en santé. En définitive, la FMSS reste fidèle à ses grandes missions : former une nouvelle génération de chercheurs capables de répondre aux grands défis et problématiques de la recherche en santé, dans un environnement de plus en plus complexes, avec les outils les plus performants dans le but d’améliorer les soins aux patients et leur mieux-être.

La médecine de précision et la recherche translationnelle ont pour but de permettre aux équipes de soins d’optimiser le traitement, explique PrDorion. Elle permettra aussi d’explorer des hypothèses de recherche dans un but préventif et non plus uniquement curatif.

La médecine de précision est un modèle de soins personnalisés, ancré dans les pratiques de la FMSS. Il est fondé sur une approche centrée sur le patient et sur des décisions médicales prises à partir de données scientifiques les plus récentes. Il permet des pratiques et des services de santé taillés sur mesure et encore plus efficaces. Les impacts de la médecine de précision aident à choisir parmi l’éventail des thérapies disponibles la plus appropriée, la plus efficace et la moins susceptible d'entraîner des effets secondaires à chaque patient.

Par exemple, pour un groupe de femmes atteintes de cancer du sein, la chimiothérapie de type A fonctionne chez les femmes partageant certains déterminants de santé similaires, alors que la chimiothérapie B est à privilégier chez celles qui ont en commun un autre groupe de déterminants, et la chimiothérapie C chez un autre groupe différent de A et B. Les recherches pourront aussi aider à déterminer comment mieux prévenir le cancer du sein.

La recherche translationnelle

La recherche translationnelle a pour objectif de mieux arrimer la recherche fondamentale faite en laboratoire, aux besoins des milieux de la pratique clinique dans les hôpitaux ou les cliniques de santé. Depuis plus de 15 ans, cet arrimage façonne de plus en plus notre recherche à la FMSS. La formation universitaire ne devrait jamais avoir pour conséquence de cloisonner le savoir scientifique. La recherche fondamentale, essentielle à la recherche clinique, évolue très rapidement à la cadence des nouvelles technologies qui repoussent les frontières du savoir. La recherche translationnelle jettent des ponts entre les chercheurs, les équipes médicales et les patients. Elle aide à transférer les percées réalisées en laboratoire plus efficacement vers la pratique médicale afin qu’elles profitent aux patients plus rapidement.