En soutien à quatre projets de recherche de l’UdeS

Courir pour la recherche sur la sclérose en plaques

La Grande Course, c'est l'occasion de soutenir la recherche à l'UdeS tout en pratiquant une activité physique.
La Grande Course, c'est l'occasion de soutenir la recherche à l'UdeS tout en pratiquant une activité physique.
Photo : fournie

Vous voulez courir ou marcher pour une bonne cause? Le dimanche 10 juillet prochain, l’Association de la sclérose en plaques de l’Estrie invite la population à participer à la deuxième Grande Course, qui se tiendra dans les magnifiques sentiers du mont Bellevue et au stade extérieur de l’Université.

Tout en faisant la promotion de l’activité physique et d’un mode de vie sain, La Grande Course vise à amasser des fonds pour soutenir plusieurs projets de recherche sur la sclérose en plaques de l’Université de Sherbrooke.

La Grande Course réunit 7 disciplines de course à pied ouvertes à tous, tant aux débutants qu’aux plus avancés. Des parcours de 5, 10 et 21 km de course, des parcours de marche et un parcours de 1  km pour les enfants sont proposés.  En plus, les coureurs et coureuses bénéficient d’un accès privilégié aux installations et d’une foule de services.

Le dimanche 10 juillet, venez joindre l'utile à l'agréable.
Le dimanche 10 juillet, venez joindre l'utile à l'agréable.
Photo : fournie

En plus d’être organisé en partenariat avec le Circuit Provincial Sport Expert/Intersport, la Grande Course compte sur l’engagement de l’Université, notamment par la participation du professeur Albert Lamontagne de la Faculté de médecine et des sciences de la santé à titre de porte-parole. Il sera d’ailleurs sur place pour participer à la course du 5 km et échanger avec la communauté.

Projet en microbiologie cellulaire

On la nomme NLRP 12. Cette protéine jouerait un rôle important dans l’amélioration de la diminution de l’inflammation de certaines cellules pouvant causer des plaques dans le système nerveux central. C’est le projet d’une étudiante très talentueuse, la doctorante en pédiatrie Marjan Gharagozloo à la Faculté de médecine et des sciences de la santé.

Projet en gestion du stress

Les personnes atteintes de sclérose en plaques doivent apprendre à vivre avec plusieurs symptômes de la maladie qui affectent grandement leur vie. Alex Bourque, kinésiologue et étudiant à la maîtrise à la Faculté des sciences et de l’activité physique, s’intéresse  aux effets du stress sur les symptômes perçus de la sclérose en plaques. Ce projet met en valeur les techniques de la méditation de pleine conscience dans un processus de réduction du stress chez un groupe de personnes atteintes de la maladie. Cette recherche innovatrice vise à vérifier l’amélioration de la qualité de vie ainsi que la diminution des symptômes de dépression et du niveau de fatigue.

Projet en imagerie médicale du cerveau

Ce projet mené par Ann-Marie Beaudoin, étudiante à la maîtrise au Service de neurologie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, donne suite à l’ambitieux groupe de recherche Connectome, mené par le professeur Maxime Descôteaux. L’objectif est de mieux comprendre les lésions causées par la sclérose en plaques sur les réseaux neuronaux, grâce aux technologies de l’IRM de diffusion.

Projet Zénith

Dirigé par l’entrepreneur Philippe Oligny et le directeur René Mackay de l'Association de la sclérose en plaque de l'Estrie, un groupe d’étudiants en génie mécanique se penchera pendant les deux prochaines années sur un dispositif d’entraînement destiné aux personnes à mobilité restreinte. L’objectif est de reproduire le patron de marche tout en contrôlant la charge infligée aux muscles impliqués, de façon à faciliter le processus de réadaptation.