Documentaire sur les sciences humaines

L'appétit intellectuel. Pour une société plus humaine

Quelle est la place des sciences humaines dans notre société? C’est à cette question que deux étudiantes au baccalauréat, Mélise Roy-Bélanger (histoire) et Maude Fortier (communication appliquée), ont voulu répondre en produisant ce documentaire. Pour y arriver, elles ont rencontré quatre personnalités bien connues du public : l’historienne Micheline Dumont, le sociologue Gérard Bouchard, l’historienne Évelyne Ferron et le slameur David Goudreault.

« Leur parcours de vie est passionnant et leur vision des sciences humaines fait réfléchir sur notre monde, explique Mélise Roy-Bélanger, réalisatrice et instigatrice du projet. J’ai vraiment eu de la chance de pouvoir les passer en entrevue, de discuter avec eux, d’enregistrer leur point de vue. Je les remercie encore d’avoir accepté de participer au projet. »

À travers cet exercice, les deux étudiantes ont découvert les réalités de la production vidéo. « Tout le côté technique m’était inconnu, ajoute la nouvelle diplômée en histoire. Avec l’aide que j’ai reçue de diverses personnes, j’ai pu apprendre comment produire un documentaire, comment faire le montage et la postproduction. C’était très enrichissant. J’ai pu voir directement comment se déroulaient toutes les étapes de réalisation d’un court-métrage. J’ai pu mettre à profit mon sens de l’organisation en coordonnant toutes les phases du projet. »

À la fin de tout ce processus, Mélise Roy-Bélanger, qui poursuivra ses études à la maîtrise à Sherbrooke à l’automne, croit que les efforts en vue de valoriser les sciences humaines doivent être maintenus. « Il y a un travail à faire auprès des élus pour qu’ils comprennent à quel point les sciences humaines sont cruciales dans notre monde et que, si l’on arrête d’investir dans ce domaine, ce sera toute la société qui sera perdante. Je vois personnellement l’écart entre les sciences pures et humaines, par exemple pour les fonds alloués, mais aussi dans les mentalités et la perception des gens. Avec le documentaire, je souhaite faire prendre conscience aux gens que l’un ne doit pas être plus avantagé et qu’ils devraient avoir la même importance, ce qui n’est pas le cas actuellement à mon avis. »