Nouvelle publication | Sous la direction de Patrick Dramé, Pascal Scallon-Chouinard et Françoise Nozati

Décolonisation et construction nationale. Afrique, Asie et Québec

Sous la direction de Patrick Dramé, Pascal Scallon-Chouinard et Françoise Nozati

La décolonisation et l’édification des États et des sociétés qui lui est sous-jacente constituent des aspects majeurs de l’histoire des relations internationales et du Tiers-Monde au XXe siècle. L’indépendance ouvre la voie à la mise sur pied d’un cadre politique et économique nouveau, supposé exorciser les séquelles de la sujétion coloniale tout en permettant d’atteindre le développement et la restauration des valeurs propres.

À travers l’analyse critique de sources d’archives, les articles constitutifs de cet ouvrage collectif explorent les enjeux et les facteurs qui structurent la contestation de l’ordre colonial en particulier en Indonésie et en Inde. Cet ouvrage évalue aussi les lignes forces et les limites des cadres idéologiques et constitutionnels adoptés ainsi que les politiques culturelles érigées par les États-postcoloniaux d’Afrique de l’Ouest. Le Québec des années 1960 est aussi fortement traversé par les idéaux et les enjeux qui sous-tendent la décolonisation.

Cette étude analyse donc le contenu de la critique de Pierre Vallières par rapport à la situation socioéconomique du Québec, d’une part, puis la lecture du concept de « socialisme de décolonisation » par certaines revues et, enfin, le traitement que le journal Le Devoir fait de la guerre d’indépendance algérienne. Finalement, l’ouvrage souligne le poids des mémoires du colonialisme dans les processus de reconstruction nationale, en particulier en Namibie et en Afrique du Sud.

À propos des auteurs

Patrick Dramé est professeur au Département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il a été titulaire de la chaire de recherche Lucienne-Cnockaert en histoire de l’Europe et de l’Afrique entre 2007 et 2011. Ses champs de recherche portent sur l’histoire du colonialisme et de la décolonisation en Afrique. Il porte également un intérêt particulier à l’histoire des relations internationales nord/sud. Ses recherches actuelles se focalisent sur le panafricanisme, la
violence politique et les constructions mémorielles dans l’Afrique postcoloniale.

Pascal Scallon-Chouinard complète un doctorat en histoire à l’Université de Sherbrooke et est chargé de cours en histoire africaine et en histoire de l’Islam à l’Université du Québec à Rimouski. Membre du Réseau d’étude et de recherche sur l’Afrique (RÉRA) et de l’Équipe de recherche sur l’invention et l’affirmation des Suds (ÉRIAS), il s’intéresse à l’histoire africaine et, plus particulièrement, aux représentations et aux rapports entre colonisés et colonisateurs à partir du 19e siècle. Ses travaux actuels portent sur l’éducation coloniale et sur le rôle joué
par la jeunesse et les élites noires dans les espaces culturels, politiques et administratifs de l’Afrique occidentale française dans la période de l’entre-deux-guerres.

Françoise Nozati est professeure agrégée de sciences économiques et sociales à la retraite (France – Education Nationale). Elle est licenciée en droit et docteure en anthropologie de l’Université Saint-Denis (Paris VIII). Sa thèse de doctorat, publiée en 2003, est intitulée Les Pana de Centrafrique, une chefferie sacrée (Paris, L’harmattan, 2001). Elle fut aussi membre de la Société des africanistes à titre de trésorière entre 2000 et 2008.