Concours de vulgarisation scientifique | Conférence de Yanick Villedieu

Faire la promotion de la science à la manière FMSS

Les finalistes et les lauréats du Concours de vulgarisation scientifique 2015.
Les finalistes et les lauréats du Concours de vulgarisation scientifique 2015.
Photo : Robert Dumont

La FMSS a comme vision de poursuivre le développement de sa recherche en plus d’offrir un milieu d’études attractif, reconnu et de grande qualité. Dans cette optique, l’automne dernier, la direction de la FMSS a mis en place un Concours de vulgarisation scientifique pour ses étudiantes et étudiants en recherche et ses stagiaires postdoctoraux. Il s’agit là d’une occasion idéale de favoriser l'ouverture à la science et de faire éclore des talents rédactionnels.

Le 26 janvier dernier, le vice-doyen à la recherche et aux études supérieures, Pr Jean-Pierre Perreault invitait les membres de la communauté facultaire à venir découvrir qui étaient les finalistes et les lauréats du concours de vulgarisation 2015 en plus d’assister à la conférence de Yanick Villedieu. C’est devant un amphithéâtre plein à craquer que la conférence s’est déroulée.

Le Concours de vulgarisation scientifique 2015

Ce concours favorise la diffusion et le rayonnement des travaux de recherche qui s’effectuent à la Faculté. Il contribue à développer les aptitudes en communication des étudiants à travers un exercice de vulgarisation scientifique original. « Nous avons lancé le concours de vulgarisation, dans un esprit de créativité et d’innovation, affirme Jean-Pierre Perreault. Nous souhaitions offrir une belle expérience formatrice aux étudiants en plus de faire rayonner notre Faculté avec les projets de recherche des équipes de travail. »

« La science doit être communiquée de manière accessible pour tous, lance Pierre Cossette, le doyen de la FMSS. Nous devons faire connaître ce que nous faisons en dehors de nos labos. » Pour la première année, près de 20 textes ont été soumis. Onze textes rédigés par 12 auteurs ont été retenus. Les finalistes sont Emmanuel Bajon, Marie-Pierre Cyr, Marc-André Dansereau, Romain Drissi, Valérie Gagné Ouellet, Claudie Gauvreau, Fanny Lapointe, Adèle Morvannou et Marc-Antoine Nolin, Maicol, Ospina Bedoya, Marie Anne Richard et Pier-Luc Turcotte. Les 11 textes seront publiés au cours de l’année 2016 et le concours sera à nouveau ouvert dès l’automne 2016.

Le comité externe composé de Yanick Villedieu, des Années lumières à Radio-Canada, Marine Corniou, de Québec Science et Isabelle Pion, de La Tribune ont retenu quatre textes. Il s’agit de Claudie Gauvreau, Adèle Morvannou et Marc-Antoine Nolin, Marie Anne Richard et Pier-Luc Turcotte. Ces lauréats pourront collaborer avec le Bureau des communications tout au long de l’année pour vulgariser des articles scientifiques.

Le journalisme scientifique et la conférence de Paris vu par Yanick Villedieu

La première partie de la conférence de Monsieur Villedieu traite de « culture scientifique ». Sa conférence est dynamique. Il s’est livré à une rétrospective des évènements marquants du journalisme scientifique à travers ses yeux et sa compréhension. Il expose comment la diffusion des informations scientifiques et leur crédibilité ont été bouleversées par l’émergence du SIDA et l’arrivée d’Internet.

Puis, il enchaîne sur un enjeu d’actualité, la conférence de Paris et les gaz à effet de serre. Il nous brosse, avec humour, un tableau de la situation. Il nous raconte comment il a vécu les évènements de la COP21, « un début de quelque chose. Quelque chose, quand on est optimiste, d’intéressant. » Parce que la grande bataille des 195 pays impliqués ne reposait pas tant sur les objectifs à atteindre que sur le moment où ils devraient s’entendre pour faire une révision des réductions des objectifs fixés. « Nous avions vraiment l’impression que nous vivions un moment historique, lance-t-il. L’accord n’est pas parfait, mais 195 pays ont réussi à s’entendre. » En effet, les 195 pays ont reconnu, pour la première fois, les risques associés aux changements climatiques.