Stage de l’École du Barreau

Sarah Shinder s’envolera pour l’Afrique du sud

Sarah Shinder agira comme clerc à la Cour constitutionnelle sud-africaine.
Sarah Shinder agira comme clerc à la Cour constitutionnelle sud-africaine.

Photo : Fournie

Depuis toujours, la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke valorise la pratique. Dès leurs premiers pas, les étudiants sont fortement encouragés à saisir toutes les occasions d’enrichir leur formation : concours de plaidoirie, étude de cas pratiques, stages, procès simulés, activités cliniques, etc. Ces expériences peuvent les mener loin, très loin. Sarah Shinder, récemment diplômée du baccalauréat en droit et de la maîtrise en common law et droit transnational, en sait quelque chose!

Actuellement étudiante au Barreau, Sarah Shinder vient de décrocher un prestigieux stage à la Cour constitutionnelle sud-africaine, le plus haut tribunal du pays, qui a pour mandat de trancher des litiges de nature constitutionnelle. Cette Cour a la compétence pour entendre les causes portées en appel devant la Cour suprême d’appel lorsque des questions de nature constitutionnelle sont soulevées. Concrètement, Sarah agira comme clerc auprès de l’honorable Bess Nkabinde, l’une des 11 juges qui composent actuellement le banc de la Cour. À l’instar des clercs canadiens, ses principales tâches consisteront à rédiger des résumés analytiques des arguments et de la preuve soumise aux juges lors des auditions, à analyser les arguments à la lumière de la jurisprudence et de la doctrine, à préparer des mémos et à assister les juges lors des auditions.

Terminer sa formation en beauté à l’étranger

C’est donc en juillet prochain que Sarah s’envolera pour l’Afrique, et ce, jusqu’en décembre 2016. « Ce stage s’inscrivait parfaitement dans mon parcours et dans mes objectifs de carrière. C’est grâce aux opportunités qui m’ont été offertes à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke que j’ai pu développer et mettre à profit des compétences en droit constitutionnel et en droit international », affirme-t-elle. Durant ses études à la Faculté, elle a suivi des cours de droit constitutionnel avancé et participé à un procès simulé pancanadien en droit administratif et constitutionnel. Dans le cadre de sa maîtrise, elle a aussi effectué un stage au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à Washington D.C. Sarah s’est également impliquée bénévolement lors des portes ouvertes tenues en octobre 2015.

S’adapter et relever de nouveaux défis

Séjourner en vacances à l’étranger est une chose. Travailler et être submergé dans un système juridique étranger en est une autre. Mais Sarah est persuadée de relever le défi avec brio, puisqu’elle n’en est pas à sa première expérience à l’étranger. « J’ai déjà séjourné à l’étranger à deux occasions. Ainsi, j’ai développé la capacité de m’adapter et de garder un esprit ouvert, dit-elle. Pour me préparer, je me sensibilise à l’histoire unique de l’Afrique du Sud et aux réalités auxquelles font face les Sud-Africains. C’est la différence qui ajoute la richesse à l’expérience! », conclut-elle.