21 ans d’innovation et de réussite

L'Expo MégaGÉNIALE 2015

L'Expo MégaGÉNIALE 2015 : le doyen teste la glissade nouveau genre qui permet de glisser plus vite et plus longtemps (projet HeliUS).
L'Expo MégaGÉNIALE 2015 : le doyen teste la glissade nouveau genre qui permet de glisser plus vite et plus longtemps (projet HeliUS).
Photo : Université de Sherbrooke

Une glissade nouveau genre qui permettra de glisser plus vite et plus longtemps, une roulotte ultralégère monocoque en aluminium, un véhicule ultraléger capable de parcourir la plus grande distance possible à l’aide d’un minimum d’énergie, une plateforme robotique effectuant des manipulations et procédures de laboratoire en biologie synthétique, en plus de 45 autres projets : les prototypes en ont mis plein la vue, les 2 et 3 décembre dernier au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. Plus de 1800 personnes, dont près de 700 élèves du primaire et du secondaire, ont visité la MégaGÉNIALE. « Nous avons reçu plusieurs félicitations de la part des enseignants et du public pour la très grande qualité des projets et la passion démontrée par nos étudiantes et étudiants, souligne fièrement le professeur Patrik Doucet, doyen de la Faculté de génie.

Ouverte au grand public, cette exposition annuelle présentait 45 projets de conception complets et des prototypes fonctionnels des finissantes et finissants en génie civil, en génie chimique, en génie biotechnologique, en génie électrique, en génie informatique et en génie mécanique de l’Université de Sherbrooke. « À l’occasion de cette 21eexposition publique des projets des étudiants de génie, la Faculté a présenté une exposition commune de l’ensemble de ses projets afin de démontrer la vaste étendue de ses réalisations et le caractère interdisciplinaire de certains projets », commente le doyen.

Les visiteurs ont bénéficié de l’expertise des étudiantes et étudiants qui vulgarisaient leur science en présentant leurs projets ingénieux, dont une éolienne rabattable de 5kW, un sous-marin monoplace permettant d’explorer en toute sécurité les profondeurs sous-marines, une passerelle multiusagers de grande portée sur la rivière Magog, la transformation de déchets en gaz de synthèse afin de créer des nanofilaments de carbone pour la fabrication de plastique, un prototype ultraléger capable de faire aller-retour Mtl-Rimouski sur 0,06 $ d'électricité, un exosquelette permettant de redonner la mobilité des jambes aux personnes paraplégiques et une ligne pilote pour la mise en échelle de procédés biotechnologiques qui permettront entre autres d’ajouter un volet pratique à la formation universitaire au niveau du baccalauréat.

« Les finissantes et les finissant ont dirigé leur projet de conception sur une période de une à deux années, et chacun d’eux a consacré des centaines d’heures de travail à son équipe. Pour créer leur prototype, les étudiants ont franchi plusieurs étapes dont une étude de faisabilité, l’écriture d’un cahier des charges, l’émergence de concepts, les conceptions préliminaires et détaillées, la fabrication d’un prototype et la validation expérimentale », explique le professeur Doucet, doyen de la Faculté de génie.