Un médecin de famille passionné par la pédagogie médicale

Paul Grand’Maison honoré par le Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada

Le Dr Andrew Padmos, directeur général du CRMCC, le Pr Paul Grand'Maison et le Dr Kevin Imrie, président du CRMCC.

Le Dr Andrew Padmos, directeur général du CRMCC, le Pr Paul Grand'Maison et le Dr Kevin Imrie, président du CRMCC.


Photo : CRMCC

Le 23 octobre dernier, Paul Grand’Maison a rejoint ces personnes d’exception que reconnaît  chaque année le Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) en obtenant le titre d’Associé honoraire (RCPSC Honorary Fellow). Il s’agit de la plus haute distinction accordée par le Collège royal à une personne qui n’en est pas membre.

Cette institution est le point d'ancrage de la médecine spécialisée au Canada : elle définit les normes en matière de formation médicale postdoctorale, appuie le développement professionnel continu de ses 47 000 membres et affiliés, et favorise l'innovation dans le domaine de la santé partout au pays. La quête de l’excellence et le sens du leadership et de l’innovation de Paul Grand’Maison ont tracé son parcours incomparable. Il reçoit aujourd’hui un vibrant hommage qui reconnaît la valeur de son dévouement et de ses passions.

« Ce sont des citoyens du monde qui ont eu un effet marquant sur les systèmes de soins de santé au Canada ou ailleurs dans le monde. Leurs travaux et leurs réalisations ont touché des milliers de personnes et leur ont été bénéfiques. Ce sont des personnes qui, dans le cadre de leurs activités professionnelles et grâce à leur travail titanesque, ont mis en valeur l’excellence des soins de santé prodigués au Canada. » Collège Royal des médecins et chirurgiens du Canada

La candidature de Paul Grand’Maison a été retenue en raison de ses contributions exceptionnelles dans les domaines de la formation médicale, de l’enseignement, du mentorat et du rayonnement international, qui cadrent parfaitement avec la mission et le mandat du CRMCC.

Ce n’est pas un hasard si Paul Grand’Maison a été reconnu par le CRMCC. En effet, son travail acharné pour le développement de la médecine de famille au niveau canadien, sa contribution aux innovations en éducation médicale pilotées tout au long de sa carrière, notamment par l’utilisation des ECOS (examens cliniques objectifs et structurés) pour les examens de permis d’exercice et de certification comme l’utilise le CRMCC, son implication significative auprès des organismes nationaux reliés à l’éducation médicale ainsi que son engagement et son leadership en matière de responsabilité sociale des facultés de médecine au Canada et au niveau international ne sont que quelques exemples.

Paul Grand'Maison a prononcé quelques mots lors de la soirée.
Paul Grand'Maison a prononcé quelques mots lors de la soirée.
Photo : CRMCC

En recevant son prix, Paul Grand’Maison a chaudement remercié tous ceux et celles avec qui il a travaillé «  pour lui avoir permis de toujours donner le meilleur de lui-même ». Visiblement ému, il s’est adressé à l’auditoire en affirmant : « Je reçois cette reconnaissance avec fierté pour l’Université de Sherbrooke où je travaille depuis plus de 39 ans, pour la médecine de famille qui est ma discipline professionnelle et pour l’éducation médicale pour laquelle j’ai consacré la plus grande partie de ma carrière ».

Survol de la Grande carrière de Paul Grand’Maison

Personnage phare de l’éducation médicale et de la médecine de famille au Québec, au Canada et à l’international, Paul Grand’Maison se définit lui-même comme « un médecin par formation et un médecin de famille par profession, un professeur par vocation, un éducateur médical par passion, et un administrateur par évolution ». Tous ces rôles, intrinsèquement reliés et entremêlés dans le temps, il les a joués avec brio, pour devenir un modèle pour de nombreux étudiants, médecins, professeurs, pédagogues et administrateurs.

« Un médecin par formation : un médecin de famille par profession »

Au début de sa carrière  en 1974, et pendant dix ans, Paul a pratiqué intensément la médecine de famille tout en formant ses étudiants et ses résidents et en poursuivant son développement professionnel. Par la suite, en s’adonnant à ses autres rôles, il a gardé un pied dans la pratique clinique jusqu’en 2006 - incluant des activités à l’urgence pendant 22 ans. . Le bien-être des patients est resté le moteur de toute son œuvre.

« Un professeur par vocation »

Avant-gardiste et intéressé par l’enseignement depuis ses débuts, Paul a été parmi les premiers professeurs universitaires en médecine de famille à la Faculté et au Québec. Il a enseigné sa discipline pendant plus de 30 ans.  Il a eu un rôle important dans la promotion de cette discipline pour qu’elle joue pleinement son rôle et rayonne dans la Faculté et à l’extérieur.

Paul a travaillé pour la mise en place en 1988 de la résidence obligatoire en médecine de famille au Québec. Il a ardemment défendu la place et la contribution de la médecine de famille aux études médicales prédoctorales. Son travail a permis l’instauration dès  1990 d’un stage d’externat obligatoire dans cette discipline pour tous les étudiants. Toutes ces actions ont favorisé une  meilleure  reconnaissance de la médecine de famille par les étudiants et les professeurs.

« Un éducateur médical par passion »

Dès la fin des années 1970, Paul s’est intéressé à la pédagogie médicale, une discipline alors à ses tout débuts au Canada et encore plus au Québec. Avec une maîtrise en Sciences cliniques de l’University of Western Ontario (1979-1981) en poche avec une majeure en éducation médicale, il confirme son intérêt pour l’éducation médicale. Paul a été à l’origine de plusieurs innovations majeures en éducation médicale qui ont influencé notre Faculté, mais aussi les facultés de médecine du Canada et plusieurs facultés de par le monde. Il est reconnu internationalement comme un expert en ce domaine. Il a démontré un savoir-faire et un faire savoir indiscutable.

« Un administrateur par évolution »

Paul a été en 1984 le premier directeur du Bureau de développement pédagogique de la Faculté nouvellement créé. Il y a joué un important rôle dans la formation pédagogique des professeurs et la mise en place à partir de 1987 de la réforme du programme de doctorat en médecine avec l’utilisation de l’apprentissage par problèmes (APP) comme principale méthode pédagogique. Cette méthode a redéfini l’enseignement de la médecine dans plusieurs universités au Canada. Quelques années plus tard, il a dirigé, à nouveau, le Centre de pédagogie en sciences de la santé de 1996 à 2000.

Dans les années 1990, alors qu’il était directeur du Département de médecine de famille pendant huit ans, il a exercé un leadership national et international pour le développement de la médecine de famille,  pour  l’utilisation et la recherche sur les examens ECOS pour l’évaluation de la compétence clinique en médecine et pour la formation médicale basée dans la communauté.

Engagé envers les communautés francophones du Nouveau-Brunswick depuis les années 1980, il a assuré en 1996 la confirmation du rôle de premier plan de notre Faculté pour la formation des médecins francophones de cette province. Il a, de 2003 à 2006, coordonné un projet national majeur pour soutenir la pratique et la formation médicale pour les communautés francophones minoritaires de partout au Canada.

Durant les années 2000, à titre de vice-doyen aux études médicales pré-doctorales, Paul et son équipe ont permis au programme de médecine d’accueillir progressivement deux fois plus d’étudiants (90 admissions en 1998 et plus de 200 depuis 2006) et ainsi, répondre à un besoin sociétal. Une autre grande réalisation accomplie en collaboration avec  son équipe  a été la délocalisation des études médicales prédoctorales au Nouveau-Brunswick (Moncton) et au Saguenay−Lac-Saint-Jean (Saguenay). Pour réaliser ces grandes aventures, il a su mobiliser les milieux et l’ensemble des intervenants avec enthousiasme et conviction, grâce à une vision claire des objectifs à atteindre,  une grande créativité pour mettre en place les moyens nécessaires et à une capacité de travailler avec les membres de ses équipes pour des projets d’envergure.

Paul a aussi été le maître d’œuvre pour la désignation en 2001 (et la redésignation en 2005, 2009 et 2013) de la Faculté par l’Organisation mondiale de la santé comme Centre collaborateur sur le thème du développement des ressources humaines en santé avec comme objectif de mieux répondre aux besoins des populations à servir.  Cette désignation reconnaît l’expertise de la Faculté et l’engage à collaborer au niveau international en ce domaine. Paul y a joué et y joue encore un rôle rassembleur alors que cette réussite continue de faire rayonner l’Université de Sherbrooke en éducation médicale de par le monde.

Depuis plus de 10 ans, Paul joue, aux niveaux national et international, un rôle de leader dans le domaine de la responsabilité sociale des facultés de médecine. En 2012, il a accepté de diriger le Bureau des relations internationales de la Faculté. Avec ses collaborateurs, il consolide les stages internationaux de formation, la formation dans le domaine de la santé mondiale et les projets facultaires d’appui au développement international en santé.