Patrick Paultre, récipiendaire du prix Armand-Frappier

Un pont de connaissances au-dessus de l’Atlantique

Patrick Paultre est une sommité du génie parasismique. Lauréat 2015 du Prix Armand-Frappier décerné par le gouvernement du Québec, le professeur du Département de génie civil nous reçoit dans son laboratoire, une infrastructure de recherche unique en son genre.

Difficile de positionner un angle rédactionnel pour annoncer un prix d’envergure reçu par un professeur de génie civil quand, d’un côté, on navigue dans 16 pages de contenu élogieux écrites par ses confrères et que, de l’autre côté, le professeur est là, incarnation d’humilité et de réserve. Osons.

Le prix Armand-Frappier me donne l’opportunité d’exprimer tout le bien que je pense de la personnalité, de l’enseignant, du chercheur et de l’administrateur Patrick Paultre.

Peu d’académiciens ont le courage de quitter le confort de leur laboratoire, et Patrick Paultre en est un.

Patrick Paultre apparaît comme une des plus hautes personnalités en génie parasismique du monde académique international.

Le professeur Patrick Paultre est le lauréat 2015 du prix Armand-Frappier, lequel «est remis aux personnes qui ont mené une carrière en recherche et qui ont contribué au développement d'une institution de recherche ou qui se sont consacrées à l'administration ou à la promotion de la recherche et qui, de ce fait, ont su favoriser la relève scientifique et susciter l'intérêt de la population pour la science et la technologie». Ce prix fait partie des Prix du Québec, plus haute distinction remise par le gouvernement du Québec dans le domaine scientifique. Chacune des personnes lauréates reçoit une bourse non imposable de 30 000 $, une médaille réalisée par une artisane ou un artisan du Québec, à l'issue d'un concours public, un parchemin calligraphié et une épinglette portant le symbole des Prix du Québec. Il recevra son prix à l’Assemblée nationale le 18 novembre prochain.

Best-seller en génie civil!

Comment résumer 61 pages de curriculum vitae en deux paragraphes ? Essayons. Titulaire depuis 2002 de la Chaire de recherche du Canada en génie parasismique, le professeur Paultre est reconnu internationalement pour ses travaux en dynamique des structures : bâtiments, ponts, barrages en béton. Des distinctions ? La liste a une page complète. Que le Code national du bâtiment du Canada et la Norme canadienne de calcul des structures en béton aient adopté les résultats de ses recherches dans leurs versions récentes en dit déjà beaucoup.

De plus, ce n’est pas courant qu’un professeur ait été titulaire d’un cours en Italie et en France ! Expérience de vie qui l’a amené à faire éditer son livre « Dynamique des structures ». Utilisé même dans les cours d’ingénierie européens, cet ouvrage est même considéré comme un best-seller dans la collection génie civil de l'éditeur Lavoisier ! Plusieurs de ses méthodes et outils de travail développés sont d’ailleurs devenus des références en Europe.

CEISCE : regroupement des forces

Patrick Paultre est le fondateur du CEISCE (Centre d’études interuniversitaire des structures sous charges extrêmes), qui regroupe les trois plus grands laboratoires de structures au Canada (Université de Sherbrooke, Polytechnique Montréal et Université McGill), auxquels se sont jointes l’ETS, l'Université Concordia et l'Université Laval. Si on prononce CEISCE rapidement, ça sonne comme «séisme»! Plus important regroupement de chercheurs en structures de génie civil du Canada, ce Centre est dédié à l’étude de la vulnérabilité des ouvrages - et en particulier des ouvrages prioritaires (hôpitaux, écoles, ponts, barrages, postes de pompiers, etc.) face à des charges extrêmes (les séismes, la glace et le vent, les explosions, la neige, les glissements de terrain). Le Centre peut ainsi se mettre au diapason des besoins sociétaux en matière de sécurité publique.

« C’est dans un esprit de coopération que ce Centre a été créé. Partager les compétences techniques et les équipements entre institutions m’a toujours semblé une méthode efficace pour faire avancer les choses plus rapidement », avance le professeur. Forts de cet esprit, les nombreux étudiants à la maîtrise ou au doctorat des différentes institutions liées au CEISCE ont ainsi toujours pu bénéficier d’une qualité d’enseignement reconnue et d’outils pédagogiques notoires.

Le professeur Patrick Paultre dans son environnement de travail : le laboratoire de structures
Le professeur Patrick Paultre dans son environnement de travail : le laboratoire de structures
Photo : UdeS

Un de ses confrères européen a trouvé les bons mots pour résumer ses compétences en gestion de centres : «Il a créé les conditions pour un développement exemplaire des laboratoires de l’Université de Sherbrooke grâce à la mise en place d’équipements de très haut niveau et uniques au Canada et il a véritablement structuré et institutionnalisé la formation et la recherche en génie parasismique au Québec, dont le rayonnement en Amérique et en Europe est réel.»

Haïtien de cœur, de naissance, de profession

Quand arrive un séisme tel que celui vécu par Haïti en 2010, un professeur comme M. Paultre, lié de tellement de façons au pays, a dû utiliser toute sa patience pour ne pas sauter dans l’avion immédiatement. Un mois après, il y était. Puis y est retourné plusieurs fois par la suite. Conseiller, concepteur, organisateur de formations, formateur, le professeur a mis tous ces chapeaux tour à tour : difficile de trouver une expertise correspondant aussi parfaitement au contexte. Que ce soit en apportant ses connaissances pour la compréhension des événements, en conseillant les autorités locales sur la reconstruction des édifices nationaux ou en formant des étudiants de l’Université d’État d’Haïti ou des groupes d’ingénieurs et architectes, Patrick Paultre a aidé les Haïtiens à reconstruire leur pays avec engagement et fierté.

« Les connaissances commencent à être acquises, certaines façons de faire prennent forme. C’est un peu difficile à cause des traditions, mais oui, ça va aboutir à des constructions beaucoup plus sécuritaires. Et c’est peut-être une des choses que je fais qui me rend le plus fier », exprime Patrick Paultre.

Et il a fondé – avec deux autres personnes en Haïti - l’Association haïtienne du génie parasismique, organisation dédiée à la formation, à la recherche et au développement de normes de construction. Question de regroupement de forces, logiquement. Il a aussi contribué à la rédaction de documents s’appuyant sur les codes du Canada et des Etats-Unis pour le dimensionnement des structures en Haïti.

Un impact béton

Membre de plusieurs comités techniques internationaux – que ce soit à l’American Concrete Institute, à l’American Society of Civil Engineers ou à la Société canadienne de génie civil -, M. Paultre a su combiner son apport scientifique sur le comportement du béton à très haute résistance et sur la dynamique des structures avec ses compétences en gestion et en pédagogie pour faire une différence significative dans son environnement professionnel. Qualité, envergure, rayonnement, tous des mots croisés plus d’une fois pour parler du professeur Paultre. Et comme en plus ses travaux touchent directement la protection des citoyens, on pourrait assurément ajouter humaniste à ces précédents qualificatifs.