Dévoilement du premier plan de mise en oeuvre en matière d'art et de culture

L'Université de Sherbrooke lance un Grand Concours littéraire

La vice-doyenne à la Faculté des lettres et sciences humaines Anick Lessard, accompagnée ici du professeur André Marquis et du vice-recteur Alain Webster, a lancé le Grand Concours littéraire de l'UdeS auquel toute la communauté universitaire est invitée à participer.

La vice-doyenne à la Faculté des lettres et sciences humaines Anick Lessard, accompagnée ici du professeur André Marquis et du vice-recteur Alain Webster, a lancé le Grand Concours littéraire de l'UdeS auquel toute la communauté universitaire est invitée à participer.


Photo : UdeS - Michel Caron

Soucieuse de donner une place de choix à l’art et à la culture, l’Université de Sherbrooke lance son Grand Concours littéraire et invite l’ensemble de la communauté universitaire à y participer en grand nombre.

« Pièce centrale du Plan de mise en œuvre de notre Politique des arts et de la culture, le concours littéraire se veut une belle occasion pour notre communauté de déployer sa créativité, son talent et son audace, explique la professeure Anick Lessard, vice-doyenne à la Faculté des lettres et sciences humaines. Ce concours s'inscrit à l'intérieur d'une Fête de l'écriture et de la création littéraire qui, d'octobre à mars, comportera une série d'évènements allant d’ateliers de rédaction à des conférences sur des auteurs reconnus et culminant par le dévoilement des récipiendaires. »

Les œuvres soumises devront respecter une contrainte d’écriture, celle d’inclure un extrait – une phrase ou un vers – de l’œuvre d’Anne Hébert, une auteure avec laquelle l’Université entretient un lien privilégié. Les nouvelles devront contenir un maximum de 1500 mots et les oeuvres poétiques, un maximum de 600 mots. La date limite pour soumettre un texte est le 29 janvier 2016.

Les noms des personnes gagnantes des quatre prix remis dans le cadre de ce Grand Concours littéraire seront dévoilés lors d'une cérémonie officielle qui se tiendra en mars 2016. Un jury composé de trois littéraires reconnus s’assurera de la sélection des textes gagnants. En plus de mériter à leurs auteurs divers prix, ces textes seront publiés dans la revue littéraire Cavale ainsi que sur le site de l'Université.

Plan de mise en œuvre

Ce concours constitue l’une des 30 actions prévues dans ce premier Plan de mise en œuvre 2015-2017 de la Politique des arts et de la culture de l’UdeS. Au cours des deux prochaines années, l’institution se donne, par exemple, le défi de favoriser le développement de la recherche interdisciplinaire en art et en culture, de développer de nouvelles activités pédagogiques, de compléter la mise à jour du Centre culturel, de consolider la mise en place d’Arrière-cours, de numériser la collection d’œuvres d’art de l’UdeS, d’accroître l’accès et la diffusion culturelle ou de favoriser la médiation culturelle.

Pour le professeur Alain Webster, vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, « l’art et la culture sont de puissants catalyseurs de créativité et d’innovation. Ce plan de mise en œuvre vise donc à faciliter l’intégration de cette dimension dans l’expérience universitaire en donnant à la communauté universitaire, et à la population, un plus grand accès à la culture. »

Démarche en constante évolution, le Plan de mise en œuvre oriente ainsi les actions de l'Université dans les trois axes de la Politique :

  • Consolider les liens entre l’activité universitaire et les arts et la culture.
  • Favoriser la participation des membres de la communauté universitaire à des activités artistiques et culturelles.
  • Encourager la fréquentation des lieux de diffusion et sensibiliser la communauté aux arts et à la culture.

Culture et développement durable

« Cette démarche est le fruit d’un important travail de concertation regroupant des membres de la communauté universitaire et des partenaires externes comme la Ville de Sherbrooke et le ministère de la Culture et des Communications, indique le professeur Alain Webster. Une démarche qui s’inscrit dans le concept de l’Agenda 21 de la culture intégrant la culture aux stratégies de développement durable de nos collectivités ».

Une démarche d’intégration qui s’effectue également de façon virtuelle, puisque le site institutionnel de développement durable est maintenant complété par un portail sur les arts et la culture. Ce site permet à la communauté de retrouver, en un seul endroit, le calendrier des activités culturelles offertes, l’ensemble des informations sur les plus récentes recherches effectuées au sein de l’institution sur les arts et la culture ainsi que tous les renseignements sur les programmes et les cours en lien avec la culture qui y sont offerts.