Pour leur contribution au rayonnement de l’Université

Les plus hauts honneurs à deux professeurs

Leurs qualités humaines, leur parcours exceptionnel et l’impact de leurs actions en font des professeurs d’exception. Tout au long de leur carrière, ils se sont dévoués à l’Université de Sherbrooke et ont contribué à son rayonnement. Lors de la collation des grades du 26 septembre, deux professeurs ont reçus les grands honneurs en obtenant l’éméritat : Carmel Jolicœur, de la Faculté des sciences, et Jean Toupin, de la Faculté d’éducation. Le titre honorifique « professeur émérite » est le plus haut que l'Université peut décerner à l'un de ses professeurs.

Carmel Jolicœur  : vision, action et impact

Professeur Jolicoeur
Professeur Jolicoeur
Photo : fournie

« Ces années de formation et de travail avec le professeur Jolicœur m'ont inspiré des valeurs très précieuses de persévérance, de positivisme, de créativité et de rigueur scientifique, témoigne Guy Viel, directeur général du Centre de recherche sur les biotechnologies marines. Elles se sont traduites au niveau de mon développement professionnel par des impacts positifs encore très présents aujourd'hui. »

Carmel Jolicœur est un chercheur reconnu internationalement pour ses travaux en chimie des colloïdes appliqués à la conception et à l’étude de nouveaux matériaux. Au cours de ses 43 années de carrière au sein de l’Université de Sherbrooke, il joue un rôle majeur dans le développement et le rayonnement de sa discipline, notamment comme directeur de département durant 9 ans.

Le professeur Carmel Jolicœur se distingue particulièrement en recherche interdisciplinaire, développant un large réseau de collaborateurs et de partenaires industriels, tant au Canada qu’à l’étranger. Entre autres, de 1983 à 1993, il est directeur d’un programme régional industriel sur la recherche dédiée à l’amiante et ses dérivés tout en bénéficiant d’une chaire de recherche industrielle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Les fonds de recherche que Carmel Jolicœur reçoit pendant sa carrière dépassent les cinq millions de dollars et permettent la formation d’une centaine d’étudiants aux cycles supérieurs, de chercheurs postdoctoraux, de professionnels et de techniciens. Les travaux de son équipe mènent ainsi à une importante production scientifique, incluant plus de 100 articles scientifiques, 10 contributions à des monographies, 9 brevets d'invention, plus de 50 rapports de recherche industrielle et une participation active régulière à divers congrès spécialisés et forums de transfert technologique. Son éminente contribution scientifique a été soulignée par maints prix et distinctions.

Depuis sa retraite en septembre 2014, Carmel Jolicœur est professeur associé au Département de chimie de la Faculté des sciences et poursuit ses activités de recherche et de collaboration. Il vient d’ailleurs d’être mandaté pour assurer et renforcer les rapprochements interfacultaires que favorise ardemment l’Université de Sherbrooke.


Jean Toupin : pionnier, leader et modèle

Professeur Toupin
Professeur Toupin
Photo : fournie


« Jean Toupin a apporté une contribution exceptionnelle et importante pour le développement de la recherche dans le secteur de l’inadaptation sociale chez les jeunes, témoigne Sylvie Normandeau, directrice scientifique du Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire. Durant toute sa carrière, il a incarné un modèle exemplaire du professeur-chercheur qui conjugue les diverses tâches d’enseignement, de gestion académique et de direction de la recherche. »

Jean Toupin se joint à l’Université de Sherbrooke comme professeur adjoint en 1989 et atteint le rang de professeur titulaire dès 1997, poste qu’il détient jusqu’à sa retraite en 2014. Il occupe plusieurs responsabilités universitaires, dont celles de vice-doyen à la recherche de la Faculté d’éducation (1997-2001) et de directeur du Département de psychoéducation (1993-1995 et 2010-2012). Il a aussi participé à la conception des doctorats en éducation et en psychoéducation.

En 1992, il contribue de manière importante à la création et à l'essor du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance, dont il assume la direction scientifique pendant 16 ans. Au cours de cette période, il permet au groupe d’obtenir plus de trois millions de dollars en subvention d’infrastructures. Tout au long de sa carrière prolifique de chercheur, Jean Toupin s’associe à divers centres d’excellence : l’Institut Philippe-Pinel, le consortium du Fonds de recherche du Québec en santé mentale, l’Institut de recherche pour le développement social des jeunes. Il assume la direction scientifique de l’Institut universitaire du Centre jeunesse de Montréal de 2008 à 2010 et agit maintenant comme vice-président de l’un des deux comités scientifiques de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux.

Le dossier du professeur Toupin apparaît particulièrement éloquent du point de vue de ses subventions (57), publications (70), communications, activités de transfert, cours donnés à tous les niveaux, participations à de multiples comités, encadrements d’étudiants à la maîtrise ou au doctorat.

Jean Toupin fournit une contribution exceptionnelle et importante pour le développement de la recherche dans le secteur de l’inadaptation sociale chez les jeunes sur plusieurs tribunes, au Québec et ailleurs, par son apport à la formation, à la recherche et au rayonnement de la santé mentale et de la psychoéducation.