Première rentrée pour le Centre d’études du religieux contemporain

L’interdisciplinarité jette un éclairage nouveau sur le phénomène religieux

David Koussens
David Koussens
Photo : Université de Sherbrooke

C’est devant une salle comble que le professeur David Koussens a officiellement lancé les activités du Centre d’études du religieux contemporain (CERC). Le directeur a ainsi pu présenter les grandes orientations aux étudiants, professeurs, membres du personnel et autres invités réunis, mercredi dernier, à l’Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

D’entrée de jeu, le professeur Koussens a souligné que le CERC avait la chance de s’appuyer sur une riche histoire. « Voilà plus de 50 ans que le phénomène religieux est étudié, questionné et analysé à l’Université de Sherbrooke. Se sont ainsi succédé de nombreux professeurs et étudiants, dont les travaux précurseurs ont permis d’interroger les fondements épistémologiques de l’analyse du phénomène religieux et de bousculer toujours plus les frontières des champs disciplinaires traditionnels, mais aussi de développer des formules pédagogiques innovantes pour le plus grand bénéfice des étudiants. »

Né de la volonté de toutes les facultés de l’Université de Sherbrooke de promouvoir l’enseignement du religieux, le Centre d’études du religieux contemporain a pour objectif principal de systématiser l’analyse interdisciplinaire du religieux contemporain, de manière à relever trois défis majeurs :

  • renforcer la place des enseignements et de la recherche d’excellence en théologie et en sciences sociales à l’Université de Sherbrooke;
  • offrir des enseignements qui, tout en prenant les traditions historiques et culturelles en compte, sont aussi étroitement liés aux transformations de la société;
  • développer des partenariats plus actifs entre l’Université et les groupes religieux, les milieux institutionnels, les milieux d’affaires et les milieux communautaires.

Le CERC, qui porte désormais les programmes de maîtrise et de doctorat en études du religieux contemporain, permet d’ores et déjà aux étudiantes et aux étudiants de bénéficier de l’expertise de 18 professeurs spécialisés en théologie, en histoire, en philosophie, en sciences de l’activité physique, en droit, en anthropologie, en sociologie, en travail social et en sciences de l’administration. D’autres se joindront à l’aventure au cours des prochaines semaines et des prochains mois, question d’élargir encore davantage les perspectives du nouveau centre universitaire. C’est précisément le croisement des disciplines qui assoit sa mission et qui en ouvre les horizons.

La grande variété des sujets de recherche envisagés par les professeurs rattachés au CERC se révélera attrayante pour les étudiants et les étudiantes qui souhaitent approfondir des questions touchant, notamment, autant la théologie pure que l’extrémisme religieux, les libertés fondamentales, l'histoire du Québec, la spiritualité dans le milieu des affaires, la laïcité de l’État, les crimes d’honneur ou les différentes façons d’interpréter les textes sacrés.

La liste des professeurs qui prendront part aux travaux du centre, ainsi que les nouvelles d'intérêt et les événements à venir, sont accessibles sur le site Web du CERC.