50e anniversaire du régime coopératif

Une stèle en l'honneur des bâtisseurs

La vice-rectrice aux études Lucie Laflamme, le directeur général du Service des stages et du placement Denis-Robert Élias, et la rectrice Luce Samoisette, ont dévoilé la stèle en l'honneur des bâtisseurs du régime coopératif devant une cinquantaine d'invités.

La vice-rectrice aux études Lucie Laflamme, le directeur général du Service des stages et du placement Denis-Robert Élias, et la rectrice Luce Samoisette, ont dévoilé la stèle en l'honneur des bâtisseurs du régime coopératif devant une cinquantaine d'invités.


Photo : Université de Sherbrooke

Grâce à des gens passionnés et visionnaires, des dizaines de milliers de jeunes universitaires ont eu la possibilité, depuis 1966, de faire des études en régime coopératif à l’Université de Sherbrooke. Ces stages rémunérés intégrés dans leur formation leur ont permis de travailler dans des entreprises liées à leur domaine et de confirmer leur choix d'études, tout en côtoyant de véritables professionnels du milieu.

Afin d’honorer les bâtisseurs du désormais réputé régime coopératif de l’Université de Sherbrooke, dont son fondateur, le professeur Michel Normandin, le Service des stages et du placement (SSP) a dévoilé aujourd’hui une stèle commémorative devant ses bureaux, à quelques pas de la Faculté de génie, là où tout a commencé, il y a près de 50 ans.

La rectrice de l’Université de Sherbrooke, Luce Samoisette, la vice-rectrice aux études, Lucie Laflamme et le directeur général du SSP, Denis-Robert Élias, ont levé le voile sur le monument réalisé en grande partie à l’UdeS, en collaboration avec la Faculté de génie et le Service des immeubles. Des entreprises de la région ont également participé à sa réalisation.

« Il est important de souligner le travail de tous ceux et celles qui ont fait le succès et la renommée du régime coopératif de l’Université de Sherbrooke au cours des 50 dernières années. Le professeur Normandin fut un grand visionnaire en 1966. De 123 stages la première année, nous sommes passés à 3778 stages pour la seule année 2014-2015 » a affirmé Denis-Robert Élias en rappelant qu’initialement, deux programmes seulement étaient offerts en alternance études-stages, soit le baccalauréat génie et la maîtrise en administration des affaires.

Dès le départ, 80 étudiants s’inscrivent à la Faculté des sciences et 32 à la Faculté d’administration. Pour gérer les nouveaux programmes et planifier les stages de travail, on décide de créer le Service de la coordination, dirigé par Marcel-P. Lafrenière assisté de Gilles Joncas. Ce dernier en prendra la direction en 1971. Dès la première année, la tâche est énorme : il faut organiser 190 stages de quatre mois dans plusieurs entreprises du Québec. La progression du programme est très rapide. En trois ans, le nombre de stagiaires triple, passant de 123 en 1966 à 426 en 1969. On réussit à élargir proportionnellement le nombre d’entreprises participantes, qui passent de 75 à 250 pour la même période.

Aujourd’hui, les étudiants de 44 programmes et cheminements ont l’occasion de mettre en pratique les connaissances apprises en classe au cours de stages rémunérés de quatre mois en entreprise.

Chef de file dans le domaine des stages coopératifs

La rectrice Luce Samoisette a profité de l’événement pour rappeler que l’enseignement coopératif fait partie de l’ADN de l’Université de Sherbrooke. Avec des milliers de stages réalisés annuellement dans autant d’entreprises et d’organisations au Québec et dans 20 pays, l’institution sherbrookoise se classe au deuxième rang au Canada, et parmi les 10 premiers établissements d'enseignement supérieur en Amérique du Nord pour l'importance de son régime.

« L’Université de Sherbrooke a été la première institution québécoise à instaurer le régime coopératif dans ses programmes. Depuis, elle occupe une véritable place de chef de file dans ce domaine, ce qui contribue fortement à son expérience, à la qualité de ses services, à sa fierté et à sa notoriété », a-t-elle souligné.

« Le régime coopératif de l'Université de Sherbrooke constitue une méthode de formation inestimable pour intégrer graduellement les jeunes universitaires à un marché du travail de plus en plus exigeant. De leur côté, les employeurs y retrouvent une façon efficace d'identifier les employés de demain » a quant à elle ajouté la vice-rectrice aux études, Lucie Laflamme. « De plus, cet échange étudiants-employeurs nous permet d’améliorer en continu nos formations, et ce, pour répondre aux besoins de main-d’œuvre des employeurs. »

« On retrouve des programmes coopératifs dans toutes les facultés de l’Université de Sherbrooke, a-t-elle poursuivi. Cet automne, nous accueillons nos premiers étudiants dans le nouveau cheminement en entrepreneuriat offert au baccalauréat en administration des affaires ainsi qu’au baccalauréat en sciences infirmières – formation initiale. »

Les programmes avec stages coopératifs vont du génie à l'administration, en passant par la chimie, la physique, la biologie, la biochimie, la biotechnologie, l'écologie, la microbiologie, la géomatique appliquée à l'environnement, l'orientation, l'économique, l'informatique, l'informatique de gestion, les mathématiques, la kinésiologie, le droit, les sciences infirmières, la communication, le marketing, la rédaction anglaise et la traduction.

Programmation du 50e anniversaire

Ce dévoilement constituait le premier d’une série d’événements visant à souligner le cinquantenaire du régime coopératif à l’UdeS. Au cours des 15 prochains mois, soit jusqu’en décembre 2016, plusieurs activités seront organisées par le Service des stages et du placement, en collaboration avec d’autres unités de l’Université de Sherbrooke.

La série informative « L’expérience gagnante » présentera notamment les récits à succès d’étudiants, diplômés et employeurs qui participent ou qui ont participé à l’histoire du régime coopératif. Au cours de la session d’été 2016, les étudiants au certificat en art visuel créeront une œuvre collective à l’intérieur du pavillon Irénée-Pinard. Également, le SSP organisera une série de conférences ayant pour objectif de réunir la communauté d’affaires de plusieurs régions du Québec et du milieu universitaire.