Boursier deux fois : Fondation INITIA et Société canadienne de CFD

Samuel Mercier rivalise avec les meilleurs projets de recherche universitaires canadiens

Samuel Mercier, étudiant au doctorat en génie chimique
Samuel Mercier, étudiant au doctorat en génie chimique
Photo : UdeS

Après avoir récolté plusieurs prix et bourses à maintes reprises, au baccalauréat tout comme à la maîtrise, l’étudiant au doctorat en génie chimique Samuel Mercier poursuit sa récolte et rafle cette fois deux bourses prestigieuses : la bourse de la Fondation INITIA ainsi que la bourse de la Société canadienne de CFD pour souligner l’excellence aux études supérieures.

Place à l’alimentaire !
Rappelons les bases de son projet de recherche : développer, entre autres, des techniques de production permettant d’obtenir des pâtes alimentaires enrichies d’une forte teneur en lin de bonne qualité et optimisant les effets positifs sur la santé humaine. C’est lors du Gala AGRO-INNO qui a eu lieu à St-Hyacinthe en avril dernier que Samuel s’est vu octroyer une bourse de la Fondation INITIA, bourse de 6000 $ qui soulignait la qualité de son dossier académique, la qualité de son projet ainsi que les retombées de son projet de recherche pour la société. Tout en récompensant l’excellence des étudiants, ces bourses servent à favoriser le développement de la relève scientifique dans des domaines d’intérêt pour l’industrie alimentaire québécoise. Elles sont offertes par le partenariat CTAC (Conseil de la transformation alimentaire du Québec)-INAF (Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels)-Fondation INITIA.

La mécanique des fluides en mode alimentaire

Samuel a également remporté le mois dernier une bourse d’études d’un montant de 4000 $ de la Société canadienne de CFD, bourse qui vise à souligner l’excellence d’un dossier étudiant aux études supérieures en lien avec la mécanique des fluides numériques. Cette bourse lui a été accordée pour ses travaux réalisés sur la modélisation d’opérations de transformation combinant le transfert de masse, le transfert d’énergie et l’écoulement d’un fluide.

Dirigé par Bernard Marcos (UdeS) et Christine Moresoli (Université de Waterloo), le chercheur développe des outils de modélisation pour simuler les différentes étapes de production de ces pâtes enrichies de lin. De plus, diverses méthodes de production seront testées en collaboration avec le Centre de recherche et de développement sur les aliments de Saint-Hyacinthe, et les résultats obtenus permettront d’optimiser les conditions de production des pâtes alimentaires à teneur élevée en lin, sans en réduire la qualité.

À ce jour, il est auteur de plus de 30 communications scientifiques et a reçu de nombreux prix, bourses et mentions, dont la première place au concours national de conception de procédés SNC-Lavalin, la médaille Léonard de Vinci, la bourse d’excellence Hydro-Québec, la bourse d’excellence Agropur, la bourse d’étude supérieure du MAPAQ et la prestigieuse bourse de doctorat Vanier.