Prix d’excellence de Calcul Canada

Deux passionnés d’informatique décrochent les honneurs

Alain Veilleux et Jean-François Landry ont chacun reçu un Prix d'excellence de Calcul Canada pour leur service exceptionnel auprès des chercheurs.
Alain Veilleux et Jean-François Landry ont chacun reçu un Prix d'excellence de Calcul Canada pour leur service exceptionnel auprès des chercheurs.
Photo : Université de Sherbrooke

Ils se dévouent à aider l’utilisateur. Ils sont tous les deux passionnés d’informatique. Mais leurs points communs ne s’arrêtent pas là… Car Alain Veilleux et Jean-François Landry partagent aussi les honneurs! Le 19 juin dernier, Calcul Canada a remis à chacun d’eux un Prix d’excellence, visant à reconnaître leur apport au soutien et leur savoir-faire hors du commun en calcul informatique de pointe.

Visionnaire de l’infonuagique

Véritable innovateur, Alain Veilleux se dévoue avec passion afin d’aider les chercheurs à utiliser des ordinateurs pour arriver à leurs fins. C’est ce qui découle des témoignages des personnes de diverses disciplines qui ont proposé la candidature du directeur du Centre de calcul scientifique au Service des technologies de l’information. En fait, depuis pas moins de 20 ans, Alain Veilleux fait la promotion du calcul informatique de pointe.

Le professeur de physique André-Marie Tremblay se souvient d’une discussion avec son collègue David Sénéchal qui remonte à 1998, époque où «les grappes étaient encore des machines expérimentales.» M. Veilleux leur avait suggéré d’utiliser une de leurs subventions d’achat d’appareils pour bâtir une grappe plutôt que d’acheter un poste de travail traditionnel.

«Lentement, nous sommes passés de trois ordinateurs reliés à une grappe de 32, qui était nettement plus puissante que ce que nous étions en mesure d’acheter, se remémore le professeur Tremblay.

Il note que M. Veilleux aurait pu opter pour la facilité et acheter des systèmes clé en main d’un moins bon rapport qualité-prix, mais «Alain Veilleux a toujours considéré l’informatique du point de vue du chercheur. Comme il s’agit d’un aspect indispensable à ma recherche, une bonne part de mon succès revient à son dévouement qui transcende ses fonctions.»

Le professeur Tremblay ajoute que M. Veilleux a également démontré ses «qualités de visionnaire» quand «il a prédit l’avenir de l’infonuagique». Collaborant avec l’Université de Victoria et WestGrid, il a dirigé un projet d’infonuagique soutenu par CANARIE, qui en fait désormais la promotion. Encensé par Calcul Canada, ce projet constitue une orientation clé pour l’avenir de l’organisme.

Parmi les nombreuses réalisations d’Alain Veilleux, mentionnons son apport à la mise en œuvre du portail GenAP en recherche génomique, car il coordonne les efforts des équipes de McGill et de Sherbrooke. GenAP permet aux chercheurs en sciences de la vie d’explorer leurs données d’une nouvelle manière afin d’enrichir leur recherche et leurs programmes translationnels. Parallèlement, GenAP héberge des données et des ressources pour des projets internationaux, comme le portail de données du Consortium international de l’épigénome humain.

Meilleure personne-ressource

Si vous avez besoin d’aide ou de conseils, Jean-François Landry vous répondra, souvent dans la minute. Chacune des cinq personnes qui ont proposé la candidature de cet administrateur de systèmes de la Faculté des sciences a mentionné sa grande disponibilité et son empressement à aider en tout temps.

«Jean-Francois excelle dans son travail, écrit Mathieu Germain, un étudiant de deuxième cycle en informatique à l’Université de Sherbrooke. Son dévouement à l’égard de l’utilisateur est sans limites.»

Mathieu Germain mentionne que M. Landry prend le temps d’expliquer les concepts complexes aux utilisateurs de toute discipline. «Il nous a aidés à plusieurs reprises à comprendre pourquoi notre code était lent, indique M. Germain. Il nous a également dirigés vers les ressources pertinentes lorsqu’il n’était pas en mesure de nous assister directement. Par ailleurs, il était toujours là pour nous aider à réparer la grappe d’UTG expérimentale. Grâce à lui, nous avons pu respecter notre échéancier et nous concentrer sur la science.»

Dans le dossier de candidature, le professeur Hugo Larochelle indique que M. Landry lui rendait souvent visite dans son laboratoire pour lui expliquer la pertinence de la grappe Mammouth pour son travail. «Il était très coopératif pour nous aider à utiliser la petite grappe d’UTG de Mammouth, note le professeur Larochelle. Il allait même jusqu’à faire certaines tâches la fin de semaine.»

Marc Alexandre Côté, doctorant à l’Université de Sherbrooke, qualifie M. Landry de meilleure personne-ressource en calcul évolué appliqué à la recherche. Il le décrit comme un «passionné de l’information et des ressources» qui travaille d’arrache-pied pour cerner le problème et le résoudre efficacement.