Plus de 17 M$ en nouvelles infrastructures de recherche

«L’innovation ouverte est dans notre ADN»

«Nos chercheurs participent à des projets internationaux d’envergure qui se démarquent par leur nature  interdisciplinaire», souligne le vice-recteur Jacques Beauvais.
«Nos chercheurs participent à des projets internationaux d’envergure qui se démarquent par leur nature  interdisciplinaire», souligne le vice-recteur Jacques Beauvais.
Photo : Équipe Inolivent, Université de Sherbrooke

Bertrand Reulet veut révolutionner les technologies de l'information quantique. Patrick Paultre cherche à construire des ponts plus résistants aux séismes. Philippe Sarret souhaite aider les malades à mieux gérer leur douleur. Voilà comment les chercheurs de l’Université peuvent contribuer au développement de la société.

Le 29 mai dernier, ces trois projets ont reçu un financement de 17,3 millions de dollars pour l’ajout d’infrastructures et d’équipement à la fine pointe, dans le cadre du concours Fonds d’innovation 2015. Ce concours est cofinancé par la Fondation canadienne pour l’innovation et le gouvernement du Québec, auquel s’ajoute le soutien de partenaires.

« Nos chercheurs sont des chefs de file, rien de moins, affirme Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche, à l’innovation et à l’entrepreneuriat. Ils participent à des projets internationaux d’envergure qui se démarquent par leur nature interdisciplinaire. Car l’innovation ouverte se trouve vraiment dans l’ADN de l’Université de Sherbrooke. »

D’un point de vue global, « ces octrois s’ajoutent à toutes nos actions qui nous permettent de nous distinguer et de nous positionner avantageusement sur l’échiquier de la recherche nationale et internationale », précise Jacques Beauvais.

Bâtir l’avenir de la recherche

Dans son plan stratégique en matière de recherche, l’Université de Sherbrooke veut favoriser l’émergence de l’innovation ouverte en lien avec les stratégies gouvernementales d’innovation. Pour accroître son impact, l’Université de Sherbrooke mise, depuis 2010, sur le choix de 45 thèmes porteurs.

« Plus d’une décennie d’actions et de choix culminent dans l’identification des besoins et la mise en place des infrastructures qui appuient l’ensemble de ces thèmes porteurs. Cette stratégie permet d’accroître l’impact de la recherche à l’Université à travers, notamment, la formation de personnel hautement qualifié et le pouvoir d’attraction de chercheurs de premier plan. Et on en récolte les fruits aujourd’hui. »