Honneur à six diplômés de l’Université de Sherbrooke

Des chevaliers de l’Ordre national du Québec

Le 16 juin dernier, le Pr Paul Grand’Maison devenait chevalier de l'Ordre national du Québec, en compagnie de cinq autres diplômés de l'UdeS.
Le 16 juin dernier, le Pr Paul Grand’Maison devenait chevalier de l'Ordre national du Québec, en compagnie de cinq autres diplômés de l'UdeS.
Photo : Université de Sherbrooke

Honneur au peuple du Québec. Telle est la devise de l’Ordre national du Québec (ONQ), la plus haute distinction honorifique de l’État québécois. Depuis 1985, l’organisation rend hommage annuellement aux personnes d’exception qui, par leurs réalisations, leurs valeurs et leurs idéaux, ont marqué la construction, l’évolution et le rayonnement du Québec. Des hommes et des femmes qui sont des ambassadeurs d’excellence.

Le 16 juin dernier, le professeur Paul Grand’Maison de la Faculté de médecine et des sciences de la santé joignait les rangs de cette prestigieuse communauté en tant que récipiendaire du grade de chevalier de l’Ordre national du Québec. Cet honneur récompense sa contribution importante à l’évolution de la médecine de famille et de la formation médicale au Québec et au Canada.

Durant cette cérémonie hautement honorifique, cinq autres diplômées et diplômés de l'Université de Sherbrooke ont reçu le même honneur, devenant chevalière ou chevalier. Ces personnalités au parcours exceptionnel ont toutes joué un rôle important pour la société québécoise, contribuant ainsi au rayonnement de leur alma mater. Les récipiendaires sont Alain Lemaire, Laurent Lemaire, Colette Roy Laroche, Francine Ruest Jutras et Michel L. Tremblay.

Paul Grand’Maison : visionnaire et pédagogue

Diplômé en médecine de l'UdeS en 1973 et professeur à sa Faculté de médecine et des sciences de la santé, le Pr Paul Grand'Maison se décrit comme « un médecin de famille par profession, un professeur par vocation, un éducateur médical par passion, un administrateur par évolution ». Il a contribué à la reconnaissance de la discipline de la médecine de famille et à l’amélioration continue des programmes de formation médicale orientés vers les besoins des collectivités. Il a brillé à plusieurs postes de direction, tout particulièrement celui de vice-doyen aux études médicales prédoctorales, de 2002 à 2011. Son expertise en éducation médicale et en responsabilité sociale est reconnue aux plans provincial, national et international.

Colette Roy Laroche : humaine et résiliente

Diplômée de la Faculté d'éducation de l'UdeS en 1976 et Ambassadrice de cette même faculté en 2014, Colette Roy Laroche a travaillé dans le secteur éducatif pendant trente-sept ans. Elle y a gravi tous les échelons, d’enseignante au primaire à directrice de commission scolaire. Élue à la mairie de Lac-Mégantic en 2002, elle s'applique activement avec l’aide de ses concitoyennes et concitoyens, à rebâtir le centre-ville de cette municipalité, dévasté par la tragédie ferroviaire de 2013. Par son attitude exemplaire et sa gestion très humaine de la situation, elle contribue à revaloriser la notion de service public. Tout au long de sa carrière, Mme Roy Laroche s’est impliquée dans les domaines scolaire et municipal, notamment en tant que membre officielle du Conseil supérieur de l’éducation, administratrice de l’École nationale des pompiers du Québec et membre du C. A. de l’Union des municipalités du Québec.

Francine Ruest Jutras : une actrice de changement

Diplômée de la Faculté d'éducation de l'UdeS en 1969 et Ambassadrice de cette même faculté en 2002, Francine Ruest Jutras s’est vouée au développement de la communauté drummondvilloise en assumant la mairie de cette ville pendant 26 années consécutives. Cette ex-présidente de la Conférence régionale des Élus (CRÉ) du Centre-du-Québec a fait de sa ville un puissant moteur de croissance pour l’économie régionale. Sur un quart de siècle, elle a été la tête de la Société de développement économique de Drummondville qui, sous sa houlette, a contribué grandement à diversifier le tissu industriel de Drummondville, avec plus de 600 PME. Par ailleurs, Mme Ruest Jutras a symbolisé un changement important lorsqu’en 2002, elle a été la première femme à être élue à la présidence de l’Union des Municipalités du Québec (UMQ).

Alain Lemaire : passion et persévérance

Récipiendaire d'un doctorat honorifique de l'UdeS en 2008, Alain Lemaire est l’un des trois frères qui ont bâti Cascades et qui en ont fait un fleuron économique du Québec. Il a succédé à son frère Laurent au poste de président et chef de la direction en 2003. Pendant les dix ans où il a occupé ce poste, Alain Lemaire a permis à la société de traverser la pire crise de l’industrie papetière et ce, tout en obtenant le titre de dirigeant d’entreprise le plus vert au Canada. Aujourd’hui président du CA de Cascades, il se fait un devoir de promouvoir la culture entrepreneuriale et d’encourager la nouvelle génération de jeunes entrepreneuses et entrepreneurs.

Laurent Lemaire : un bâtisseur durable

Diplômé de la Faculté d'administration de l'UdeS en 1962 et récipiendaire d'un doctorat honorifique en 1986, Laurent Lemaire a participé, aux côtés de son frère Bernard, aux premiers pas de Cascades. Au sein du trio fraternel (avec Alain), il s’est affirmé entre tous comme l'homme de chiffres et le modérateur. Fin stratège, il a rempli ses fonctions avec brio, procurant une solide stabilité financière à la société. Au cours des onze années où il était à la tête de Cascades, il en a quadruplé la taille. De plus, il lui a inculqué une culture du développement durable, relayée et renforcée brillamment par son frère Alain. Il est toujours très actif, notamment au sein du conseil d’administration de Cascades et d’autres entreprises.

Michel L. Tremblay : combattre le cancer

Diplômé des Facultés des sciences en 1980 et de médecine 1982, Ambassadeur de la Faculté des sciences en 2002, Michel L. Tremblay a implanté le Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman, qu’il aura longtemps dirigé. Ce professeur de l’Université McGill est reconnu mondialement pour les travaux qu’il mène depuis plus de vingt ans, sur les tyrosyl-phosphatases, enzymes qui pourraient contribuer à de nouvelles démarches thérapeutiques concernant plusieurs types de cancer, le diabète et d’autres pathologies. Grâce à lui, des vaccins anticancéreux et des composés pharmaceutiques spéciaux sont en phase clinique ou en processus de brevetage. De plus, M. Tremblay est cofondateur de deux sociétés montréalaises de biotechnologies, axées sur ses principaux champs d’investigation.