Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke

À la frontière du droit public et du droit privé

Nicolas Ferrier, Christophe Albigès, Carine Jallamion, Sébastien Lebel-Grenier, Catherine Ribot et Mathieu Devinat.

Nicolas Ferrier, Christophe Albigès, Carine Jallamion, Sébastien Lebel-Grenier, Catherine Ribot et Mathieu Devinat.


Photo : Université de Sherbrooke

L’opposition entre le droit privé et le droit public a profondément influencé la pensée juridique, que ce soit en France ou au Canada. En droit français, elle a été façonnée par l’émergence d’une juridiction administrative qui a eu pour effet de scinder la communauté des juristes en deux clans distincts, les « publicistes » et les « privatistes ». En droit canadien, la distinction sert généralement à expliquer et à encadrer la portée du bijuridisme, avec un droit privé québécois rattaché à la tradition de droit civil, au milieu d’une mer de droit public régi par la common law.

Même si la raison d’être et l’importance accordée à cette opposition varient d’un système à l’autre, sa simple présence simultanée en droit français et canadien invite à s’interroger sur son impact dans la manière de penser le droit, comme outil de classification notamment, sur la formation des juristes, sur le raisonnement juridique et sur son « effectivité » dans la pratique du droit. En effet, jusqu’à quel point cette distinction est-elle vécue dans les différents domaines du droit? La frontière entre le droit public et le droit privé est-elle ouverte ou fermée aux influences de l’un sur l’autre? Les deux champs ou domaines du droit sont-ils devenus autonomes, l’un à l’égard de l’autre, ou est-ce qu’au contraire évoluent-ils de manière convergente?

Organisées par les deux facultés, les rencontres juridiques tenues le 11 juin se sont concentrées sur ces questions et sujets de recherche, avec pour ambition de comparer les regards posés par des juristes provenant de deux systèmes juridiques différents.

Nouvelle parution

Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke (juin 2013) – Résister : droit & subversion
Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke (juin 2013) – Résister : droit & subversion
Photo : Université de Sherbrooke

Les rencontres juridiques ont été l’occasion de procéder au lancement officiel du livre Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke (juin 2013) – Résister : droit & subversion, un ouvrage paru aux Éditions de la Revue de droit de l'Université de Sherbrooke (RDUS), fruit de la 8e édition des Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke tenue à Montpellier en 2013.

Lors du lancement officiel : Marie-Sophie Demoflys,Catherine Ribot, Nicolas Ferrier, Édith Vézina, Christophe Albigès, David Gilles, Sébastien Lebel-Grenier, Carine Jallamion, Stéphane Bernatchez, Hervé Cassan et Daniel Proulx.
Lors du lancement officiel : Marie-Sophie Demoflys,Catherine Ribot, Nicolas Ferrier, Édith Vézina, Christophe Albigès, David Gilles, Sébastien Lebel-Grenier, Carine Jallamion, Stéphane Bernatchez, Hervé Cassan et Daniel Proulx.

Photo : Université de Sherbrooke

Hors de leur zone de confort, où la norme s’applique sans heurts, les situations de résistance pour les juristes sont riches en interrogations, dépassant le simple oxymore apparent. Celles-ci s’expriment, dans les axes de cet ouvrage reflétant les débats lors des Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke en juin 2013, à travers plusieurs prismes comme la philosophie du droit, le droit international, la confrontation aux intérêts privés ou les réactions à l’évolution jurisprudentielle.