83e Congrès de l’ACFAS

200 chercheurs de l'UdeS à Rimouski

Le Congrès 2015 lance un appel à voyager, à explorer de nouveaux horizons, à concevoir la recherche sous un angle nouveau.
Le Congrès 2015 lance un appel à voyager, à explorer de nouveaux horizons, à concevoir la recherche sous un angle nouveau.
Photo : fournie

Innover, explorer, se risquer à une nouvelle approche…  Les scientifiques consacrent toute leur vie à sortir des sentiers battus. Animés par le désir de transmettre leur savoir, près de 200 étudiants, chercheurs et professeurs de l’Université de Sherbrooke participeront au 83e Congrès de l’Association francophone pour le savoir – Acfas, qui se tient du 25 au 29 mai à Rimouski. Une véritable virée au cœur du savoir!

La contribution de l’Université de Sherbrooke à l’Acfas se distingue tout particulièrement dans certains champs d’expertise comme l’incapacité au travail, l’intervention éducative, le traitement de la douleur ainsi que la lutte à la maltraitance contre les aînés. Les travaux présentés apporteront assurément un éclairage nouveau dans ces domaines de recherche.

Le Woodstock de la recherche

Cette année, la plus grande rencontre scientifique multidisciplinaire du monde francophone prévoit réunir quelque 3 500 chercheurs, dont 300 qui viendront d'une trentaine de pays autres que le Canada. « De quoi stimuler cette relève scientifique sur laquelle nous comptons pour affronter les grands défis de la société de demain! », souligne Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec et président d’honneur de l’édition 2015.

Sous la thématique Sortir des sentiers battus, le Congrès de l'Acfas lance un appel à voyager, à explorer de nouveaux horizons, à concevoir la recherche sous un angle nouveau pour favoriser la créativité, l’innovation et l’excellence. Parce que la recherche n’est pas une dépense, mais un investissement. La cuvée 2015 aborde d’ailleurs des sujets brûlants d’actualité, tels que l’exploitation des hydrocarbures, les réformes des systèmes de santé, l’absentéisme électoral et la participation citoyenne.

En cinq jours, le Congrès présentera pas moins de 2 500 communications scientifiques, 135 colloques touchant tous les domaines de la recherche, plus de 500 communications libres ouvertes à tous et une quinzaine d'activités gratuites pour le grand public. « C’est le Woodstock de la recherche scientifique francophone », affirme l’humoriste et porte-parole de l’événement Boucar Diouf, docteur en océanographie.