Nouvelles UdeS

Initiatives de la communauté universitaire

Cultiver son potager sur un campus de l’UdeS!

Photo : Fournie

L’arrivée du printemps, c’est aussi le retour des populaires jardins urbains. Découvrir de nouveaux aliments, économiser de l’argent, agrémenter le décor, se divertir… tout un chacun a ses raisons de réaliser un jardin. D’ailleurs, le Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l’Université de Sherbrooke lançait ce printemps, en collaboration avec la Ferme Guyon en Montérégie, deux formations intensives sur l’agriculture urbaine.

Mais, cultiver un potager sur son lieu d’études ou de travail, est-ce possible? Cueillir des fruits et légumes sur un campus avant ses cours, sur l’heure du dîner ou à la pause, est-ce réaliste? Des membres de la communauté universitaire répondent oui à ces questions! Les étudiants et le personnel de l’UdeS ont la chance de réaliser des jardins au Campus de Longueuil et au Campus principal depuis quelques années.

Le vice-recteur au développement durable et vice-recteur au Campus de Longueuil, le professeur Alain Webster, salue ce genre d’initiatives : « Ces projets de production alimentaire constituent des initiatives originales des membres de la communauté universitaire qui contribuent à concrétiser la politique de développement durable en plus d’accroître la qualité de notre milieu de vie et de favoriser la santé et le mieux-être des participantes et participants. Je ne peux que me réjouir de ces initiatives soutenues par l’Université et le Fonds conjoint pour le développement durable! »

À Longueuil

Pour une troisième année, le jardin communautaire renaît sur l’Oasis du Campus de Longueuil grâce à Gina Hamilton et Sylvie Côté, deux employées du Service d’appui au Campus de Longueuil. Ce jardin, auquel peut contribuer toute la communauté universitaire, permet aux participants inscrits de semer et de récolter les fruits, les légumes et les fines herbes de leur choix. L’aire est divisée en lots et chaque personne est responsable de sa section. Le processus est simple et ne demande que quelques minutes de son temps pour désherber, arroser au besoin en période de canicule... et récolter! Les jardiniers amateurs peuvent ainsi revenir à la maison avec de la nourriture fraîche sans même devoir faire un détour à l’épicerie!

Cette initiative originale agrémente le décor de l’Oasis, la ravissante terrasse située sur le toit du Campus au 3e étage, et permet à toute la communauté universitaire d’en bénéficier, ne serait-ce que par les agréables couleurs des plantations!

Les inscriptions, gratuites, se font chaque printemps. Cette année, 14 participants auront l’occasion de se côtoyer dans le cadre de ce projet rassembleur!

À Sherbrooke

Photo : Université de Sherbrooke

Au Campus principal, un autre type de jardin est ouvert à la communauté universitaire, soit un jardin collectif. Il se différencie du jardin communautaire par le fait qu’il propose aux membres de travailler ensemble, puis de gérer collectivement les récoltes en les distribuant de manière équitable. Il mise sur une culture biologique, respectueuse de l’environnement et socialement responsable. Le groupe organise aussi des soupers de groupe, des ateliers de transformation et de conservation d’aliments (végétaux) ainsi que des activités de sensibilisation. Les légumes, les fruits, les fines herbes et les fleurs font partie des récoltes.

Le jardin collectif de Sherbrooke, démarré par des étudiants affiliés à la FEUS en 2009, a un nombre de membres actifs variable tout au long de l’année allant d’une quinzaine à une cinquantaine d’adhérents selon les saisons. Les étudiants et le personnel peuvent s’inscrire sur la page Facebook du jardin collectif à tout moment au coût annuel de 5 $. Des activités se tiennent tout au long de l’année et le jardin est situé entre les bâtiments E5 et E4 sur le Campus principal.