Recherches en sciences humaines

Harold Bérubé, Maurice Demers et Olivier Lemieux finalistes aux Prix du livre politique 2015

Maurice Demers et Harold Bérubé, finalistes pour le Prix de la Présidence de l'Assemblée nationale, en compagnie du vice-président, François Gendron, et du lauréat 2015, Mathieu Lapointe.
Maurice Demers et Harold Bérubé, finalistes pour le Prix de la Présidence de l'Assemblée nationale, en compagnie du vice-président, François Gendron, et du lauréat 2015, Mathieu Lapointe.
Photo : Assemblée nationale du Québec

Deux professeurs et un étudiant de la Faculté des lettres et sciences humaines étaient parmi les finalistes des Prix du livre politique 2015, dont les lauréats sont maintenant connus.

Le professeur Harold Bérubé, pour Des sociétés distinctes. Gouverner les banlieues bourgeoises de Montréal, 1880-1939, et le professeur Maurice Demers, pour Connected Struggles. Catholics, Nationalists, and Transnational Relations between Mexico and Quebec, 1917-1945, étaient finalistes pour le Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale, qui souligne la qualité et l’originalité d’un livre sur la politique québécoise édité au cours de la dernière année. Chacun s’est mérité un prix de 1500$ à titre de finaliste. Le lauréat 2015 est Mathieu Lapointe pour Nettoyer Montréal. Les campagnes de moralité publique, 1940-1954.

À gauche, la lauréate dans la catégorie Mémoire de maîtrise, Andrée-Anne Bolduc, étudiante de l'ULaval, avec les finalistes Olivier Lemieux, étudiant de l'UdeS, et Ève Bourgeois, étudiante de l'UdeM, ainsi que le vice-président de l'Assemblée nationale, François Gendron.
À gauche, la lauréate dans la catégorie Mémoire de maîtrise, Andrée-Anne Bolduc, étudiante de l'ULaval, avec les finalistes Olivier Lemieux, étudiant de l'UdeS, et Ève Bourgeois, étudiante de l'UdeM, ainsi que le vice-président de l'Assemblée nationale, François Gendron.
Photo : Assemblée nationale du Québec

Olivier Lemieux, étudiant à la maîtrise en études politiques appliquées, était parmi les finalistes pour les Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant, attribués aux étudiants auteurs d'une thèse ou d'un mémoire portant sur la vie politique au Québec, plus particulièrement sur les institutions et les acteurs politiques. À titre de finaliste pour son mémoire Le discours historique comme objet politique : Regard sur l’enseignement de l’histoire du Québec du niveau secondaire de 1967 à 2012, il s’est vu remettre un montant de 750$.