Juristes et gens d’affaires unis pour la Faculté de droit

Plus d’un quart de million pour une bibliothèque de pointe

Agissant à titre de maître de cérémonie, Jean Charest a donné le ton du cocktail organisé le 14 avril dernier à son initiative.
Agissant à titre de maître de cérémonie, Jean Charest a donné le ton du cocktail organisé le 14 avril dernier à son initiative.
Photo : Université de Sherbrooke

« Je vous ai promis qu’on ne parlerait pas d’argent ce soir. Et je vous ai menti! » D’entrée de jeu, avec l’humour qui lui est caractéristique, Jean Charest a donné le ton du cocktail organisé le 14 avril dernier, à son initiative, par la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Le maître de cérémonie avait effectivement menti, puisque les allocutions ont été suivies d’une annonce remarquable : avant même que le premier invité ne quitte le Club St-James de Montréal, le cocktail avait déjà permis d’amasser plus de 250 000 $ au bénéfice du Grand chantier de modernisation de la bibliothèque de droit.

Diplômé de la Faculté et grand ambassadeur de l’Université, Jean Charest est visiblement attaché à sa région et à l’Université qui lui a donné les outils pour bâtir son illustre carrière. Il répond toujours présent lorsque vient le temps de mobiliser les forces et les ressources nécessaires à la réalisation de certains projets. Et c’était précisément l’objectif de cette soirée spéciale. Dans son mot de bienvenue, l’ancien Premier ministre a soutenu que la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke avait littéralement changé sa vie et qu’il ne faudrait pas creuser beaucoup pour obtenir un aveu identique de la plupart des diplômés réunis devant lui.

Marcel Dutil, Laurent Beaudoin, Claire B. Beaudoin, Jean Charest, Luce Samoisette, Sébastien Lebel-Grenier, Normand Legault, Henri-Paul Rousseau et François Dubé.
Marcel Dutil, Laurent Beaudoin, Claire B. Beaudoin, Jean Charest, Luce Samoisette, Sébastien Lebel-Grenier, Normand Legault, Henri-Paul Rousseau et François Dubé.
Photo : Université de Sherbrooke

Pour sa part, le doyen Sébastien Lebel-Grenier a évidemment salué la présence des présidents des précédentes campagnes de financement de l’Université de Sherbrooke : Laurent Beaudoin, Marcel Dutil et Henri-Paul Rousseau. Il a aussi rappelé la réalité propre à l’Université de Sherbrooke qui, privée d’un bassin naturel d’étudiants, a choisi depuis ses débuts de se démarquer par l’innovation et l’offre d’une formation à échelle humaine. Il a ensuite rappelé l’importance stratégique du Grand chantier de modernisation de la bibliothèque de droit pour la poursuite de sa mission d’excellence. En conclusion, il a souligné le dévouement de deux diplômés de la Faculté, Jean Charest et Vincent Chiara, qui n’hésitent pas à mettre à contribution leurs énergies, leurs ressources et leurs réseaux de contacts pour appuyer le développement de la Faculté de droit et l’Université de Sherbrooke.

La rectrice, Luce Samoisette, a ensuite brossé un portrait de l’histoire singulière de la seule université francophone implantée à l’extérieur de Montréal et de Québec et n’appartenant pas au réseau des universités du Québec. Elle a insisté sur l’importance de l’appui des personnes présentes, en précisant que cet appui allait au-delà du soutien financier. En effet, l’appui sollicité doit aussi, voire surtout, prendre la forme d’un message revalorisant la formation universitaire et son caractère fondamental dans une société moderne qui aspire à progresser et à conforter une position de chef de file à l’échelle internationale. « N’hésitez pas à parler dans vos milieux, dans vos réseaux, de l’importance des universités pour assurer notre avenir collectif! »

Dernier à prendre la parole, le président de la campagne D’avenirs et de passions, Normand Legault, a prononcé quelques mots sur sa motivation et son propre passage à Sherbrooke. « Les années que j’ai passées à Sherbrooke ont probablement été les plus belles de ma vie. » Il n’a donc pas hésité à accepter la présidence de la campagne, même s’il trouvait colossal le défi de succéder à ce titre à messieurs Beaudoin, Dutil et Rousseau. Il a finalement précisé qu’il ne s’agissait pas d’une campagne comme les autres, mais bien d’une campagne fondée sur des projets, les dons étant directement affectés à la satisfaction de besoins précis.

Dans le cas de la Faculté de droit, comme le précisait le doyen Lebel-Grenier, le Grand chantier de modernisation de la bibliothèque constitue le principal projet sur la table. Construite en 1971 et ne répondant plus aux besoins inhérents à la formation de pointe que la Faculté se doit d’offrir pour maintenir sa réputation d’excellence, un réaménagement complet s’imposait depuis un moment. Or, grâce à la mobilisation de plus en plus importante de la communauté juridique, le doyen a pu annoncer officiellement que les travaux s’amorceront dès 2016.

Porté par de si puissantes voix, le message a vraisemblablement rejoint la cible et sa diffusion continuera de générer de très positives retombées pour la Faculté de droit et l’Université de Sherbrooke dans son ensemble. Concrètement, la soirée du 14 avril a permis d’amasser plus d’un quart de million de dollars et de rejoindre d’autres donateurs potentiels qui s’engageront à leur tour. L’élan de solidarité que la soirée a mis en lumière est, pour reprendre les mots de la rectrice, source de fierté et de réconfort.