Michel Rivard au Centre culturel

Le poète urbain est de retour

Le Roi de rien a émergé lors d’une promenade d’automne, à la sortie d’une effervescente période de travail. L’artiste s’était pourtant promis une pause.  Qu’à cela ne tienne, c’est un Michel Rivard fier et revigoré qui chantera son dernier album, et plus encore, le 26 mars à la salle Maurice O’Bready.

«La chanson s’est montrée le bout du nez, bien lisse et ronde comme une bille de verre, explique l’auteur-compositeur-interprète.  Comme si la vie me disait: c’est ton métier d’écrire des chansons, ne perds pas de temps et clenche! Je savais dès ce moment-là que Roi de Rien serait la première d’une suite de chansons, qu’elle donnerait le ton et possiblement le titre à un nouvel album.»

C’est que le temps s’est écoulé vite entre Confiance, album solo sorti en 2006, et Roi de rien, lancé à l’automne 2013. Il faut dire qu’au cours des dernières années, Michel Rivard a enfilé plusieurs gros projets : Douze hommes rapaillés, Star Académie, Les filles de Caleb. Tantôt professeur, tantôt compositeur, invariablement créateur, l’artiste a toujours laissé l’inspiration venir à lui. Or, la production de son dernier opus a ouvert de nouveaux horizons. «Je me suis donné une discipline semblable à celle qui m’était imposée pour les Filles de Caleb», une production qui avait nécessité l’écriture de 36 chansons en un an et demi. «Et j’ai aimé ça.»

La «Montréalité» à l’honneur

C’est un Michel Rivard toujours aussi amoureux de Montréal qui s’affiche, sur scène et dans les textes. Roi de rien enchaîne des couplets qui évoquent la rue Papineau et le Parc Lafontaine, notamment, lieu de promenades régulières du poète urbain. Véritable personnage dans l’imaginaire du conteur, la ville est d’ailleurs projetée en fond de décor tout au long du spectacle, à la mise en scène soignée.

Le Flybin Band accompagne Michel Rivard dans sa tournée. C’est avec ses complices Mario Légaré (basse), Rick Haworth (guitares) et Sylvain Clavette (batterie) que le musicien-chanteur déroulera les pièces du Roi de rien, de même que quelques autres beaux morceaux allant de Beau Dommage à aujourd’hui.

Un rendez-vous savoureux attend certainement le public sherbrookois, d’autant plus que Rivard a remporté le Félix du Scripteur de spectacles de l’année 2014. Au Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, le 26 mars à 20h. Renseignements et réservations : (819) 821-1000.