Le diplômé Guy Chapdelaine jouera un rôle primordial dans les Forces armées canadiennes

Guy Chapdelaine au Gala du rayonnement 2014, lors de sa nomination à titre d’Ambassadeur de l’UdeS, entouré de Lucie Laflamme, vice-rectrice aux études, d’Alain Hade, premier vice-président, développement des affaires, ventes et services à la clientèle chez Desjardins Groupe d’assurances générales, et de Pierre Noël, doyen de la Faculté de théologie et d'études religieuses.
Guy Chapdelaine au Gala du rayonnement 2014, lors de sa nomination à titre d’Ambassadeur de l’UdeS, entouré de Lucie Laflamme, vice-rectrice aux études, d’Alain Hade, premier vice-président, développement des affaires, ventes et services à la clientèle chez Desjardins Groupe d’assurances générales, et de Pierre Noël, doyen de la Faculté de théologie et d'études religieuses.
Photo : Université de Sherbrooke

Les grandes responsabilités ne font pas peur au colonel-abbé Guy Chapdelaine, (Théologie et études religieuses 1984). C’est pourquoi, en juin prochain, il prendra la tête de la Branche des services de l’aumônerie militaire, où il dirigera plus de 220 aumôniers de la Force régulière et 100 aumôniers réservistes, qui représentent plus de 20 dénominations chrétiennes, en plus des confessions juive et musulmane.

Le ministre de la Défense nationale, le chef d’état-major de la Défense et le Comité interconfessionnel pour l'aumônerie militaire canadienne savent qu’il sera à la hauteur, alors ils l’ont promu au grade de brigadier-général et nommé Aumônier général des Forces armées canadiennes.

«Nous sommes très fiers de compter des gens de l’étoffe de Guy Chapdelaine parmi nos diplômés. Il fait figure d’exemple pour nos étudiants et c’est une des raisons pour laquelle nous l’avons choisi pour joindre le groupe sélect des Ambassadeurs de notre université», souligne Pierre C. Noël, doyen de la Faculté de théologie et d’études religieuses.

Continuité d’un cheminement exceptionnel

En 1981, l’officier de réserve Chapdelaine fait halte à l’Université de Sherbrooke pour se doter d’un baccalauréat en théologie. Parallèlement, il est stagiaire, puis vicaire au diocèse de Sherbrooke. À cette époque, la présence des aumôniers militaires au sein des Forces armées l’interpelle. Il sent que c'est en étant prêtre qu’il sera le plus heureux. Le 27 mai 1989, il sera ordonné prêtre et promu capitaine le même jour!

Les militaires se montrent forts avec leurs collègues, mais à l’aumônier, ils peuvent dire qu’ils ont peur. Armé de sa présence et de son écoute, l’aumônier Chapdelaine soutient les soldats et leurs familles dans les moments éprouvants. Ses bras sont si grands ouverts qu’il les déploie de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve, en passant par le Kosovo et l’Afghanistan!

Jusqu’en juin, le colonel Chapdelaine demeure directeur des services-aumônerie pour les Forces armées canadiennes. À ce titre, il recrute des aumôniers de plusieurs confessions religieuses. Il a même mis sur pied un cours destiné à ses pairs, puisqu’ils évoluent dans un milieu où se côtoient la plupart des religions. Il se considère privilégié de travailler avec des hommes et des femmes de différentes confessions religieuses.

C’est au lendemain du départ à la retraite de J.M. Fletcher que sa nomination supérieure au grade d'Aumônier général deviendra effective. Il assumera désormais la responsabilité de répondre aux besoins religieux des hauts gradés comme aux militaires et à leur famille, en plus de voir au bien-être spirituel des aumôniers eux-mêmes et d’enrichir la culture d’accueil et d’inclusivité des Forces armées canadiennes.

La Branche des services de l’aumônerie est reconnue au Canada et partout dans le monde pour son rôle de chef de file quant à sa vision interconfessionnelle de l’aumônerie et à sa volonté de développer et d’élargir cette expertise.